Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 14:23

Quand nous étions révolutionnaires   par  Roberto Ampuero

Traduit de l’espagnol (Chili) par Anne Plantagenet

JC Lattès (2013), 492 pages.

 

Quand nous étions révolutionnaires est le reflet de ce qu’a vécu l’auteur qui qualifie son livre de roman autobiographique. Mario Vargas Llosa, l’immense écrivain péruvien, a d’ailleurs confié : « C’est une description honnête, véridique et lucide de cette illusion que nous avons partagée. »

 

Né au Chili en 1953, Roberto Ampuero a dû fuir la dictature de Pinochet pour vivre en Allemagne, à Cuba et aux États-Unis avant de retrouver son pays et d’assurer un temps la responsabilité du ministère de la Culture.

 

 

Ce roman débute à Leipzig en RDA dans les années 1970. C’est là qu’il rencontre Margarita Cienfuegos, fille d’un commandant haut placé du régime cubain. Pour l’épouser, il doit quitter l’Europe pour La Havane. Là-bas, Fidel Castro consolide son pouvoir face aux USA et aux contre-révolutionnaires.

 

 

Avant de plonger dans la vie cubaine, le narrateur détaille sa vie chilienne quand il faisait partie des Jeunesses Communistes et après le coup d’état sanglant de Pinochet : « Je n’avais qu’un seul désir : fuir le Chili, sa violence, ses armes, ses édits précédés d’hymnes martiaux et ses camions militaires pleins de soldats et de prisonniers. » Il part certain que la dictature ne durera pas plus d’un an…

 

 

Sur l’île de la révolution, du socialisme latino-américain, avec l’amour de Margarita, tout débute bien. Le jeune couple s’installe à Miramar, dans une des villas abandonnées par les riches bourgeois cubains qui ont fui. Dans « la routine humide et étouffante de La Havane », il voit que chaque personne a un carnet de rationnement pour la nourriture et les vêtements. Lui, on l’appelle toujours « le Chilien » et il a du mal à se faire accepter par ses compatriotes exilés qui se méfient de lui à cause de son beau-père qui intervient en sa faveur.

 

 

Pourtant, malgré tous ces problèmes, la révolution « tenait toujours debout… conservant un soutien populaire majoritaire au nez et à la barbe de l’empire et ses objectifs – éducation et santé gratuites, travail garanti, équité et solidarité avec le tiers-monde – se révélaient d’une noblesse indiscutable. » Hélas, l’essentiel vient à manquer, Raúl Castro rêve de « rééduquer les homosexuels », des livres sont détruits, des visages effacés des photos officielles…

 

 

Alors que Margarita conserve une loyauté aveugle envers la révolution, il devient sarcastique, sinon cynique. Ils ne sont plus d’accord. Il refuse de devenir Cubain comme le lui demande son beau-père car il tient à sa nationalité chilienne. « L’île est figée dans le temps » mais cela n’empêche pas les cadres de bien se servir et aux réceptions officielles d’entretenir l’illusion…

 

 

Cuba fournit des armes aux guérillas d’Amérique latine et envoie des troupes combattre en Angola ce qui aggrave la pénurie. Après bien des souffrances, un divorce inévitable et de nombreuses tentatives, notre homme réussit à quitter Cuba où son roman est interdit mais circule clandestinement : « la censure de la mémoire est la censure qui vise le plus intime et le plus profond de l’être humain. »

 

 

Roberto Ampuero a voulu « transformer la douleur en souvenirs, en littérature, en résistance. » Il n’admet pas que Michelle Bachelet, Présidente du Chili (2006 – 2010 et depuis 2014) ait gardé le silence lors de sa visite à Cuba : « Je n’aurais jamais cru qu’un chef d’État chilien, qui a été victime de la dictature militaire et a lutté pour le rétablissement de notre démocratie, fût incapable d’élever la voix devant le dictateur qui maintient la censure sur les œuvres de Pablo Neruda, de Jorge Edwards, du poète Heberto Padilla et sur les miennes. »

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 15:06

Le pilon   par   Paul Desalmand

Quidam éditeur (2011), 161 pages.

 

Dans Le liseur du 6 h 27, Jean-Paul Didierlaurent nous emmenait dans les entrailles de ce terrible pilon que redoutent tous les livres… ce que ne manque pas de nous faire vivre et ressentir, avec beaucoup de talent et d’originalité, Paul Desalmand dans Le pilon.

 

C’est un livre qui raconte, un livre de valeur, numéroté, sorti des presses de la Mayenne le 17 juillet 1983 mais qui regrette d’être affublé d’un code-barres : « J’ai l’impression de ressembler à un camembert. » D’emblée, il confie : « Quoi qu’il puisse m’arriver, j’estime ma vie réussie parce que j’ai été lu. »

 

 

Sa vie commence dans un entrepôt, trois mois à attendre la rentrée de septembre et à redouter les souris qui grignotent… « je veux être dévoré dans le bon sens du terme. » Puis c’est la première librairie avec des anecdotes savoureuses comme cette séance de dédicace, ces lycéens, ce garçon porté de bonne volonté et sa mère qui le décourage… Ce livre faisant partie des « office », il est retourné dans son carton d’origine sans avoir vu le jour et commence à redouter le pilon.

 

 

Ainsi, nous apprenons que 100 millions de livres sont broyés sur 500 millions fabriqués mais notre ami y échappe pour se retrouver chez « un libraire qui lit » où le livre est seulement aimé : « il ne manquait pas de lecteurs, il manquait seulement de bons libraires… le rôle de l’écrivain, de l’éditeur, du libraire, du livre qui est, tout simplement, d’apporter du bonheur. »

 

 

Dans la première partie de son livre, Paul Desalmand pose bien le problème, définit tous les éléments qui font la vie de son héros, de façon très vivante. Suivent encore des péripéties complètées par des réflexions très pertinentes sur la vie de notre société.

 

 

Nous rencontrons un écrivain en mal de reconnaissance, un ancien champion de ski, le monde des librairies d’occasion et surtout, ce que l’auteur réussit bien : les discussions entre ouvrages se retrouvant sur la même étagère. Après un temps sous les ponts de Paris, le livre est le compagnon d’une « mignonne » adepte du bronzage intégral… mais qui abandonne son livre dans un taxi : « le meilleur de ma vie était derrière moi. »

 

 

Son retour en librairie permet de détailler les différents positionnements d’un livre pour qu’il ait les meilleures chances d’être acheté : la vitrine, le tourniquet, le présentoir ? Chez les lecteurs, il y a le chasseur qui cherche dans un rayon et le pêcheur qui ne regarde que les livres posés à plat mais, ici, les rôles sont inversés : « le poisson doit hameçonner le pêcheur. » L’idéal semble être le dessus d’une pile mais « la librairie n’est pas un commerce comme les autres, du moins celle digne de ce nom. » Enfin, un livre peut être acheté mais sera-t-il lu ?

 

 

D’étape en étape, la vie de ce héros peu ordinaire se poursuit et permet à l’auteur de nous gratifier de quelques petits bijoux : « La lecture comme l’amour est la pierre à aiguiser de l’âme. » ou encore : « L’écrivain n’est vraiment mort qu’avec son dernier lecteur. » ou enfin : « Une maison sans livres est une âme morte. »

 

 

Un grand Merci à Élodie qui m’a incité à lire ce livre.

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 09:57

Le grand marin   par   Catherine Poulain

Éditions de l’Olivier (2016), 372 pages.

 

« Je pars pêcher en Alaska »… avec « un petit sac de l’armée pour tout bagage ». Depuis Anchorage, un petit avion l’amène sur l’île de Kodiak où la vie de celle qui se fait appeler Lili, va se dérouler.

Catherine Poulain, pour son premier roman, sait de quoi elle parle puisqu’elle a pêché pendant dix ans en Alaska. Elle veut travailler comme un homme, avec les hommes mais, pour cela, elle doit beaucoup endurer, se blesser, souffrir, se défendre et… boire.

 

Après trois semaines de préparation du bateau, le Rebel, où elle a réussi à se faire embaucher, elle part sur ce palangrier pour pêcher la morue noire au large, un travail dur et dangereux, avec des matelots endurcis.

 

 

« Embarquer, c’est comme épouser le bateau le temps que tu vas bosser pour lui, » dit un marin qui ajoute : « Manquer de tout, de sommeil, de chaleur, d’amour aussi… jusqu’à n’en plus pouvoir, jusqu’à haïr le métier, et que malgré tout on en redemande. » C’est exactement ce que vit Lili, ce « moineau » qui redoute les services d’immigration et fuit un passé dont on ne connaît jamais l’exacte explication.

 

 

Sa première campagne sur le Rebel est, sans conteste, la meilleure partie du livre car l’auteure écrit en phrases courtes, d’un style tendu, efficace. On est sur le bateau et on a de la peine à respirer. Avec Simon, l’étudiant, ils sont les greenhorns, les débutants à peine payés mais qui doivent accepter beaucoup de choses comme dormir par terre car il n’y a que six couchettes pour neuf membres d’équipage.

 

 

Lorsque l’on remonte la palangre, ce long cordage garni d’hameçons, ce sont des poissons bien vivants qui arrivent sur le pont. Il faut trancher les têtes, éventrer, racler l’intérieur des ventres et elle n’hésite pas à avaler la poche de laitance comme, plus tard, elle mangera le cœur tout palpitant du flétan qu’elle a réussi à nettoyer.

 

 

Sur ce bateau, un homme l’impressionne et la fascine : Jude, l’homme-lion. C’est lui le seul vrai pêcheur, « le grand marin ». Ils se retrouvent pour la pêche au flétan et elle ne cache pas que les poissons trop jeunes ou non homologués sont rejetés à la mer mais sont morts ! Lorsque les flétans arrivent sur le pont, « Il faut tuer au plus rapide. Le temps est de l’argent, les poissons des dollars, et quand paraît une étoile de mer, souvent plus grosse que mes deux mains réunies, qu’elle retombe flasque sur le plan de travail, accrochée à l’hameçon qu’elle suce avidement, il l’envoie s’écraser contre un montant d’acier. »

 

Pour effacer la fatigue, oublier l’incroyable dureté du travail, l’alcool est omniprésent sous toutes les formes et cela va s’amplifier jusqu’à la fin du livre. L’amour qu’elle porte au grand marin s’avère vite sans issue, même s’il offre un intermède permettant au lecteur de souffler.

 

 

Elle retourne sur l’île de Kodiak, elle qui ne veut que courir : « Je suis une runaway, une bête coureuse des routes, je pourrai pas changer. » Elle sait aussi que Jude : « Jamais il ne sera rassasié d’amour, de sexe, d’alcool. »

 

 

Le récit foisonne de rencontres. Le lecteur se perd avec tant de noms, tout cet alcool ingurgité, souffre mais Lili s’affirme et reconnaît : « Il faudrait trouver un équilibre, je dis, entre la sécurité, l’ennui mortel et la vie trop violente. » Enfin, elle peut écrire : « Je pose devant moi mes belles mains de pêcheur, les paluches informes que je ne peux plus plier. Je n’aurai plus peur de personne et je bois comme un vrai pêcheur. »

 

Photo ci-jointe : Catherine Poulain aux Correspondances de Manosque 2016.

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 15:14

Les mémoires dangereuses  « De l’Algérie coloniale à la France d’aujourd’hui »

par   Benjamin Stora  avec  Alexis Jenni

Albin Michel (2016) 231 pages.

 

Quelques entretiens avec Alexis Jenni (photo ci-jointe), entre l’été 2014 et février 2015 puis les massacres qui ont suivi, ont motivé l’historien Benjamin Stora à publier Les mémoires dangereuses, un livre indispensable afin de comprendre l’utilisation de la violence pour parvenir à ses fins, la montée des extrêmes identitaires, la place de l’islam dans la République et cette autre guerre d’Algérie (1991 – 2001). Pour ne pas céder à la haine, il faut mener une bataille culturelle contre la radicalisation et l’obscurantisme puis se mobiliser pour la fraternité.

 

 

Dans un entretien vivant et bien argumenté, Benjamin Stora et Alexis Jenni explorent ce « sudisme à la française » dont on ne parle pas et qui propose des explications aux problèmes qui se posent.

 

 

Menacé par des groupes islamistes, Benjamin Stora était au Vietnam en 1996 pendant la montée inexorable du Front National, avec les mêmes thèmes développés au temps de l’Algérie française. Trois ans plus tard, il publiait Transfert d’une mémoire, au mauvais moment et son livre n’avait pas d’écho. Quant à Alexis Jenni, c’est dans L’art français de la guerre (Prix Goncourt 2011) qu’il explore les plaies toujours ouvertes des guerres coloniales.

 

 

Le Transfert d’une mémoire (nouvelle édition)De « l’Algérie française » au racisme anti-arabe rappelle d’emblée l’analyse indispensable de 132 ans de présence française, de cette colonisation, si on veut comprendre la montée de l’extrême-droite.

 

 

Le parallèle entre la guerre de Sécession et celle d’Algérie révèle beaucoup de similitudes avec des espaces à conquérir, une mythologie du sud vu comme un Eldorado, une nouvelle Terre promise… L’auteur n’oublie pas de préciser que ceux qui ont été appelés pieds-noirs constituent un véritable melting-pot où se sont brassées toutes les populations de la Méditerranée occidentale.

 

 

« L’ennui »… ce sont « les indigènes qu’il a fallu écraser, soumettre puis protéger et éduquer… La guerre d’Algérie est cette guerre historique particulière renouant avec le passé des guerres de conquête coloniales, moment de rattachement d’un Sud à la France métropolitaine. »

 

 

Il ne faut pas oublier que l’Algérie faisait partie du territoire français depuis 1948, avec ses trois départements mais avec une « législation ni française (parce que menaçant sa suprématie à terme, par stricte application des principes républicains), ni algérienne (puisque risquant de provoquer un « ressourcement » dangereux). »

 

 

En 1954, il était hors de question d’abandonner un territoire rattaché à la France, avant même la Savoie, plus le pétrole, plus les essais nucléaires et l’on y envoie donc le contingent, les jeunes nés entre 1932 et 1943.

 

 

L’auteur détaille le parcours de Le Pen accusé d’avoir torturé en 1957. Celui qui avait été le plus jeune député de France, partit combattre là-bas pour garder l’Algérie française. Farouchement anti De Gaulle, il n’est pas réélu en 1962.

 

 

Le Front National est l’héritier des émeutiers de 1934, des collabos des années 1940 et des factieux de la guerre d’Algérie. Il regroupe « des fascistes, des pétainistes et des intégristes religieux. » Aujourd’hui, « l’extrême-droite tire sa force principale des représentations de l’islam des immigrés. »

 

Cette mémoire du Sud doit être sans cesse rappelée car elle touche les pieds-noirs et leurs enfants, les soldats partis en Algérie, les immigrés algériens, enfants, petits-enfants et les harkis, soit un total de 5 millions de personnes qui ont une mémoire du Sud avec plusieurs Algérie qui se superposent.

 

 

Benjamin Stora (photo ci-contre) livre encore quantité d’analyses pertinentes qu’il serait trop long de détailler ici mais il conclut en rappelant que les petits-enfants de l’immigration algérienne demandent : « l’égalité des chances pour tous les citoyens quelle que soit leur origine. » plus « des mesures économiques dans les domaines du travail, du logement, de l’école. »

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 16:07

Les clés retrouvées   par   Benjamin Stora

Une enfance juive à Constantine

Stock (2015), 142 pages.

 

Le 20 août 1955, Benjamin Stora a 4 ans et demi et la guerre fait irruption dans sa vie, dans cette ville de Constantine où il a appris les lettres en hébreu, parlant l’arabe avec sa mère… Une vie en harmonie avec un environnement où chacun avait sa place, se termine.

 

 

L’auteur replonge dans cette enfance retrouvée avec les clés de leur appartement de Constantine, découvertes en 2000, au fond du tiroir de la table de chevet de sa mère qui vient de décéder.

 

 

Elle vivait au foyer pendant que son père vendait de la semoule : « La paix, la santé étaient au-dessus de tout. » Scolarisé à l’école publique, il consacre le jeudi et le dimanche à l’école talmudique dans cette ville d’Algérie bâtie sur un rocher, à 600 m d’altitude, avec ses ponts suspendus au-dessus des gorges du Rummel.

 

 

Constantine qui s’appelait Cirta lorsqu’elle était capitale de la Numidie, est une ville chargée d’histoire. C’est « une ville du sud… retranchée derrière ses remparts »« la vie était laborieuse et fastidieuse, mais aussi entraînante et gaie. »

 

 

Après avoir salué la victoire d’Alphonse Halimi, un enfant du pays, Champion du monde des poids coq, le 25 octobre 1960, Benjamin Stora insiste sur le décret Crémieux du 24 août 1870, naturalisant les juifs d’Algérie. Ils ne sont plus des dhimmis protégés mais soumis en terre d’islam, mais des Français.

 

 

Dans cette ville, la musique tient une place importante avec le maalouf aux sonorités arabo-andalouses. Au cours de ses études, l’historien qu’est devenu Benjamin Stora découvre que les juifs d’Algérie, malgré quelques racines espagnoles, sont presque tous des Berbères, « les véritables indigènes de ces terres. »

 

 

L’abrogation du décret Crémieux, par le régime de Vichy, en octobre 1940, fut un véritable traumatisme : « les juifs n’étaient plus des citoyens français mais des juifs indigènes algériens. » Ce décret est rétabli en 1943 mais deux courants se sont créés : ceux qui croient en le socialisme représenté par l’Urss et ceux qui soutiennent Israël et le sionisme. Sur place, l’auteur constate une réelle coupure entre les européens et les juifs qui ne vivent pas dans les mêmes quartiers.

 

 

À partir de 1957, les appelés du contingent sont là et il les voit comme « des touristes en uniforme kaki » dans Constantine. Comme les autres, les Stora et les Zaoui, la famille de sa mère, ne se doutent pas de ce qui va advenir. La mort se rapproche et la peur, l’angoisse augmentent.

 

 

Le 22 juin 1961, Raymond Leyris, « Cheikh Raymond », le musicien juif chantant en arabe le plus célèbre d’Algérie, est abattu sur le marché et cela déclenche une émotion considérable à Constantine où une foule énorme suit son enterrement.

 

 

À l’école, c’en est fini de la convivialité entre juifs et musulmans. Les départs sont massifs vers la France. Pour ses parents, cela était impensable mais il faut s’y résoudre le 12 juin 1962 et ressentir, à Paris ou dans sa banlieue, « un sentiment d’inquiétude et de solitude. »

 

 

L’auteur détaille toutes les difficultés rencontrées : « la solitude, le mépris, le fait d’être mal considéré, mal accepté. » Cette mémoire reste vive et douloureuse et Benjamin Stora (photo ci-jointe) a bien fait de faire revivre tout ce passé en peu trop vite mis sous l’éteignoir, l’histoire de « ces juifs d’Algérie qui se sont voulus simplement des « pieds-noirs », jetés dans l’exode de l’été 1962. »

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 10:25

Le temps est assassin   par  Michel Bussi

Presses de la Cité (2016), 531 pages.

 

Après m’être régalé en lisant Un avion sans elle, j’étais curieux de découvrir le dernier roman de Michel Bussi, roman que l’auteur est venu présenter à La Grande Librairie, lors de sa sortie.

 

 

L’histoire se passe en Corse et il faut même dire que la presqu’île de la Revellata, près de Calvi, en est le personnage principal. Michel Bussi ne se prive pas d’évoquer toutes les batailles secrètes, toutes les terribles luttes d’influence visant à transformer l’île en rente touristique, en bétonnant une nature à la beauté incomparable.

 

 

Comme à son habitude, l’auteur s’attache à une description très détaillée des lieux, les faisant vivre et vibrer au fil de la lecture. Le lecteur aurait envie d’y être mais les mots sont là pour nous transporter dans cette bergerie d’Arcanu, en août 1989 et durant le même mois en… 2016, en alternance.

 

 

Clotilde, ado gothique et quelque peu rebelle, son casque sur les oreilles, écoute Manu Chao sans oublier de rédiger son journal, procédé déjà utilisé par Michel Bussi dans le roman précité avec le détective privé. Il faut dire que c’est un lien extraordinaire avec le passé d’autant plus que nous ignorons l’identité de la personne en train de lire les confidences de Clotilde…

 

 

Ce 23 août 1989, ses parents quittent Papé Cassanu et Mamy Lisabetta pour se rendre à un concert polyphonique corse « dans une chapelle perdue dans le maquis ». Dans leur Fuego rouge, ils emmènent Clotilde et son frère Nicolas. Survient alors l’accident, terrible, car seule Clotilde échappe à la mort.

 

 

Vingt-sept ans plus tard, nous retrouvons cette même Clotilde, avec sa fille Valentine (15 ans) et son mari, Franck, sur les lieux de la tragédie où elle demande quinze minutes « pour mon enfance ratatinée. »

 

 

L’histoire est lancée. L’auteur nous emmène et nous tient avec son style vivant, enlevé, choisi et les pages tournent vite, pas assez… Au passage, l’auteur rend un petit hommage à Fred Vargas puisque son héroïne lit Temps glaciaires.

 

Arrive ce 13 août 2016 et cette lettre remise la veille, au bungalow C 29, loué par la famille de Clotilde au camping des Euproctes. Sur cette lettre, elle reconnaît l’écriture de… sa mère ! Celle-ci est-elle vivante ? Impossible ! Clotilde a vu son corps déchiqueté sur les rochers après l’accident. Pourtant, les événements se succèdent, la tension monte et nous découvrons tout ce qui s’est passé au cours de ce mois d’août 1989, faisant connaissance avec beaucoup d’autres personnages dont chacun a son importance.

 

En dire plus serait éventer tout suspense. Tout le plaisir de cette tension que l’auteur sait mener à merveille, s’évanouirait. Alors, il ne vous reste plus qu’à dévorer Le temps est assassin pour tout savoir.

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 18:15

Isabelle Huppert a reçu dimanche le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique pour son rôle dans "Elle" de Paul Verhoeven, sacré meilleur film en langue étrangère. Dans cette adaptation d'un roman de Philippe Djian, elle interprète une femme violée qui, loin de s'effondrer, va traquer son agresseur, se lancer dans un jeu érotique, masochiste avec lui.

"Oh !..."

Le roman dont a été tiré le film est présenté ci-dessous...

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 10:33

La nuit de Zelemta   par   René-Victor Pilhes

Albin Michel (2016), 184 pages.

 

Profondément marqué par ses deux années passées sous l’uniforme en Algérie (1955 – 1957), René-Victor Pilhes, écrivain reconnu, livre à 82 ans, un roman poignant qui sort de l’oubli Abane Ramdane, « l’oublié, voire l’évacué de la révolution algérienne… Pourtant son rôle a été déterminant et capital. »

 

Pour faire revivre cet homme liquidé par les siens, au Maroc, le 27 décembre 1957, alors qu’il était le numéro 1 de la lutte pour l’indépendance de son pays, l’auteur donne la parole à un vieux curé qui a recueilli les confidences de Jean-Michel Leutier, jeune lieutenant en train de mourir de ses blessures.

 

Construisant bien son récit, l’auteur nous ramène quelques années en arrière, à Toulouse, où Leutier est élève en classe de philo car ses parents l’ont envoyé étudier en métropole. Son père est sous-officier de gendarmerie et sa mère, infirmière. Ils vivent à Aïn-Témouchent, en Oranie.

 

Ébloui par Rolande Jouli, sœur de son meilleur ami, il se fait inviter chez eux, à Albi. Or, Mme Jouli assure un soutien aux personnes emprisonnées, avec sa fille. Jean-Michel, pour gagner leurs faveurs, les accompagne et tombe sur Abane Ramdane avec qui il va parler de l’Algérie…

 

C’est l’occasion, pour l’auteur, de rappeler ce que furent ces huit années, de 1954 à 1962, avec 1 350 000 conscrits mobilisés pour deux ans, 13 000 morts, 70 000 blessés et des milliers de traumatisés, « sale guerre, honteuse, inavouable, vécue comme quasi déshonorante et perdue. » La torture est pratiquée par les services spéciaux et les unités de choc des paras.

Les colons sont environ 40 000 pour 3 millions d’indigènes mais le drame de Sétif, le 8 mai 1945 annonce ce qui va suivre. L’assassinat du couple Monnerot, deux instituteurs, montre que « les Algériens ne voulaient plus qu’on les éduque mais, désormais, aspiraient à s’éduquer eux-mêmes. »

 

Avec Abane Ramdane, Leutier parle de l’Algérie : « le comble, c’est qu’il éveillait ma compassion alors qu’il aurait dû me terrifier. » Plus loin, il ajoute : « Cet Abane m’avait flanqué brutalement à la figure ma famille, mon pays natal, mon enfance, mon adolescence, avec une agressivité étrange. » Loin d’Aïn-Trémouchent et de la grande plage de Béni-Saf, il aurait aimé avoir son père près de lui mais le doute instillé par ce cadre politique qui lit Marx, Mao, Lénine, fera son chemin dans la tête du jeune homme…

 

Lorsqu’il retourne à Aïn-Trémouchent, il constate que ses copains arabes ont changé, que le « syndrome d’Abane » fait son chemin alors que les « pieds-noirs » restent « joyeux et insouciants. »

Au lieu de se consacrer à une carrière d’avocat, Leutier résilie son sursis et devient Aspirant dans le 2ème Peloton du 6ème Chasseurs dans le grand Oranais. Il se bat, prend des risques excessifs mais n’y croit plus jusqu’à cette fameuse nuit où il patrouille dans le massif de Zelemta…

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 17:03

Le banquet des affamés   par   Didier Daeninckx

Nrf - Gallimard (2012), 232 pages.

 

Qui connaît Maxime Lisbonne (1839 – 1905) ? Ce héros de la Commune, compagnon de Louise Michel, méritait d’être sorti de l’oubli, ce qu’a fait Didier Daeninckx avec son talent habituel dans Le banquet des affamés.

 

 

Sans tergiverser, l’auteur donne la parole à son héros qui s’est toujours dressé contre le mensonge. « Bohème, mauvais soldat, criminel vulgaire, incendiaire et assassin », l’a qualifié le capitaine Charrière, commissaire du gouvernement auprès du conseil de guerre. Cela a beaucoup choqué notre homme qui ne reconnaît qu’un mot dans cette liste : bohème.

 

 

Dès l’âge de 16 ans, il était engagé dans la troupe de Napoléon III au siège de Sébastopol où le choléra faisait plus de victimes que la guerre. Affecté au théâtre Zouave, il découvre sa vraie vocation et il signe pour sept ans ce qui l’emmène en Italie puis en Syrie où un officier découvre que son nom cache un changement de patronyme effectué par son père, juif expulsé de Lisbonne, changeant son prénom, Jacob, pour Auguste.

 

 

Conter toutes les aventures vécues par Maxime Lisbonne serait bien trop long. Il faut noter simplement qu’il épouse Élisa Dodin en 1866 et reconnaît leur fils, Félix, qui a déjà 10 ans. Il se lance dans l’organisation de spectacles mais la situation politique de la France est très chaotique. Paris est assiégée le 1er septembre 1870 et Napoléon III hisse le drapeau blanc à Sedan. La République est proclamée. Victor Hugo revient après dix-huit ans d’exil.

 

 

Hélas, la famine sévit dans Paris et Maxime Lisbonne ne peut rester indifférent : « Je n’avais qu’un désir en combattant : aider à la conclusion d’une paix honorable et rentrer la tête haute dans la vie civile, consacrer mon existence au théâtre. »

 

 

Commence alors une lutte sans merci entre la Commune et les Versaillais dirigés par Adolphe Thiers. « Ferry l’affameur » a fui et notre homme déplore un attentisme qui se révèlera néfaste. Thiers fait tirer sur Paris. C’est la guerre civile. Maxime Lisbonne (photo ci-dessous) est un meneur d’hommes, se battant au milieu des cadavres et des ruines.

 

 

 

Pour protéger Henri Bauër, fils naturel d’Alexandre Dumas, il se laisse accuser d’avoir fait brûler la rue Vavin et cela va le poursuivre longtemps. Blessé grièvement, il a la gangrène et demande à ce que soit inscrit, sur sa tombe : « Maxime Lisbonne, Colonel de la Commune, membre du Comité central. »

 

Le 25 janvier 1873, il embarque, à Toulon, avec 360 forçats de droit commun et 60 déportés de la Commune pour Nouméa et l’île de Nou, matricule 4589, où il retrouve Louise Michel quelques mois plus tard. Il est choqué par ce qui est écrit sur la Commune par George Sand, Flaubert, Théophile Gautier, les Goncourt, Dumas fils.

 

 

Les conditions de vie sont très dures mais, en France, Hugo, Zola, Raspail, Jules Guesde, Clémenceau, Naquet… demandent la clémence pour les déportés de la Commune. Enfin, après sept ans, il revient, prend la parole à la gare Montparnasse et retrouve Élisa. Tous les deux, ils reprennent la vie théâtrale, organisant ce fameux Banquet des affamés pour les malheureux du VIIIe arrondissement.

 

 

Retiré à La Ferté-Alais, il meurt à 66 ans, peu après Louise Michel et seul, le journal L’Humanité lui rendra vraiment hommage.

Jean-Paul

 

 

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 10:26

« Oh !... »   par   Philippe Djian

nrf, Gallimard (2012), 236 pages. Folio (2014) 256 pages.

Prix Interallié 2012

 

Après avoir vu le film de Paul Verhoeven, « Elle », salué par la critique*, il fallait aller à la source et lire le roman de Philippe Djian intitulé aussi sobrement « Oh !... ».

 

 

Le film étant très fidèle à l’histoire concoctée par l’auteur, il n’y a aucune surprise, juste le plaisir de lire cet auteur qui fait parler son héroïne, Michèle, interprétée magistralement au cinéma par Isabelle Huppert, à la première personne du singulier. Celle-ci reconnaît d’emblée qu’elle est superstitieuse et qu’elle se méfie toujours des mauvais présages.

 

 

Son fils, Vincent, lui cause des soucis côté professionnel mais aussi parce que Josie, sa copine, est enceinte mais pas de lui… Il y a Richard, son ex-mari, qui excite sa jalousie en sortant avec une femme nettement plus jeune. Sa mère, Irène (75 ans), vit « avec un jeune type athlétique mais tout à fait ordinaire. » Quant à son père, un monstre qui a assassiné des enfants, il est en prison pour longtemps et Irène insiste pour que sa fille lui rende visite. Celle-ci ne veut pas en entendre parler.

 

 

Seulement, il y a ce vase cassé, cette petite goutte de sang au coin de la lèvre, sa coiffure en désordre… Il est 17 h : « J’ai tellement de mal à croire qu’une telle chose me soit arrivée par un ciel si bleu, par ce si beau temps… J’appelle le traiteur et je fais livrer des sushis. »

 

 

Pendant qu’elle se faisait agresser par cet inconnu cagoulé, son chat, Marty, n’a pas bougé : « Ce chat est resté assis à quelques mètres de moi tandis que je me faisais violer. » Le voisin d’en face, un jeune banquier, lui fait un signe amical mais cela ne la rassure pas vraiment : « En fait, je crois que je suis folle, je crois que j’aimerais qu’il soit là, tapi dans l’ombre, qu’il surgisse et que nous en venions aux mains… »

 

 

Toute l’ambiguïté de ce roman est dans cette phrase. Pendant que Michèle gère son entreprise, AV Productions, avec son amie Anna, elle reconnaît : « mon jeune banquier éveille en moi de troubles sentiments et j’y suis sensible. » Nous n’en dirons pas plus pour ceux qui n’ont pas vu « Elle » afin de leur laisser tout le plaisir de la découverte d’une histoire où amour et haine se disputent jusqu’à l’issue finale.

Jean-Paul

* Elle, de Paul Verhoeven est le film français sélectionné dans la catégorie Meilleur film étranger lors des prochains Oscars du cinéma.

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article