Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 23:01

Voilà un an, aujourd'hui, que vous nous lisez afin d'obtenir des nouvelles de Jean-Paul mais aussi pour comprendre comment l'institution judiciaire française a pu à deux reprises condamner un innocent à 8 années de prison ! 365 jours que nous sommes présents sur le web et près de 35 000 visiteurs répartis sur l'année soit une moyenne qui avoisinne les 100 personnes par jour. Merci à vous tous et nous vous promettons de continuer jusqu'à ce que Jean-Paul soit de retour parmi nous !

 

L'affaire Henry Fournier

 

Un internaute, que nous tenions à remercier, nous a fait parvenir un article retraçant une affaire judiciaire qui s'est déroulée de l’autre côté de l’Atlantique, près de Montréal au Canada. Si nous avons décidé de vous en parler, c’est pour vous montrer à quel point l’affaire de Jean-Paul est malheureusement loin d’être unique mais également pour essayer de comprendre le mécanisme infernal qui conduit des innocents en prison.

 

L’affaire que nous allons évoquer concerne un professeur d’Education Physique d’une école primaire canadienne, Henry Fournier, faussement accusé d'attouchements sexuels par 19 fillettes âgées de 8 à 11 ans, d’attouchements sexuels. Cet enseignant de 55 ans travaillait au sein d’une école possédant environ 300 élèves. Il était d’après les différents articles lus  «un homme souriant, qui adore les enfants et que les enfants adorent» ; de plus « il était encore à organiser toutes sortes d'activités, tournois et récompenses, toujours à encourager les unes et les autres. »

 

Il est rajouté : « Trente-et-un ans sans que la moindre rumeur malveillante ne l'entoure, c'est du moins ce qu'a dit une ancienne directrice de cette petite école. Pourtant, Dieu sait combien les écoles sont des nids à rumeurs. »

 

- Alors que s’est-il passé ?

 

« Au mois de février 2008, deux élèves de quatrième année se plaignent d'avoir subi des attouchements sexuels de la part de leur professeur d'éducation physique. Les parents se plaignent à la police. La directrice, de son côté, rencontre des élèves et en moins d'une semaine, une sorte de boule de neige judiciaire grossit, grossit, et tombe sur l’enseignant. »

 

En deux jours, la rumeur s'était tellement amplifiée qu'on ne parlait que de ça à l'école, et toute une série de fillettes se sont mises à dénoncer le prof pour une caresse d'il y a trois mois, subitement devenue équivoque.

De quoi s'agissait-il ? Presque toujours de la même histoire. Les élèves disaient avoir été touchées sur les seins ou près de la vulve, soit en plein cours d'éducation physique, soit dans son bureau ouvert et toujours devant témoins.

 

Le 22 février, M. Fournier est arrêté chez lui et emprisonné. Il passe presque une semaine en prison en attendant d'être libéré sous caution. Il est accusé d'agression sexuelle et de contact sexuel aux dépens de 19 fillettes.

La Presse, le Journal de Montréal, le journal local, LCN, enfin tout le monde fait état de l'arrestation. Imaginez un peu : 19 victimes ! Les médias notent que l'homme n'avait aucun antécédent judiciaire. Certains font le lien avec la directive ministérielle de 2006 voulant que le passé judiciaire de chaque personne employée par l'État pour travailler auprès des enfants soit fouillé. Malgré cette vigilance, ce pédophile-là serait passé entre les mailles du système... 

 

2ème Partie

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Actualité judiciaire
commenter cet article

commentaires

Ludo 02/09/2011 16:40



Comment fonctionne le système judiciaire canadien ? Jury populaire  ou juges professionnels ?


Merci.



Les amis et proches de Jean-Paul Degache 03/09/2011 17:28



Merci Ludo pour cette question.


Au Canada, les citoyens sont amenés à juger certaines affaires criminelles (peine passible de plus de 5 ans d'emprisonnement) et parfois certaines civiles.


Voici un excellent lien trouvé sur le site du ministère de la justice canadienne.


En ce qui concerne l'affaire Fournier, j'attends quelques précisions de journalistes canadiens.