Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 00:01

400ème jour de détention pour Jean-Paul et toujours aussi révoltés et décidés de faire éclater la vérité !

 

Voici la deuxième partie des articles publiés dans la presse régionale suite à la table ronde du vendredi 25 février. Ils reviennent sur une des parties traitées lors de la table ronde concernant la réforme de la justice et plus précisément de l'introduction des jurys populaires. La semaine prochaine, nous vous proposerons de retrouver les extraits vidéo de cette conférence.

 

- Le Dauphiné Libéré n°20619 paru le mardi 1er mars 2011
daube1.jpg

 

- Le Réveil n°3374 paru le jeudi 3 mars 2011

article-reveil.jpg

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans L'affaire dans les médias
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 00:01

En ce début de semaine, nous vous proposons, aujourd'hui et demain, les différents articles qui ont à la fois fait le point sur la situation judiciaire de l'affaire Degache et présenté la table ronde organisée le 25 février. Nous tenions à remercier sincèrement les journalistes ainsi que leurs journaux ou radio respectifs pour avoir relaté ces informations.

 

- Le Réveil n°3373  paru le jeudi 24 février 2011

 

Réveil annonce table ronde

 

- Le Dauphiné Libéré n°20613 paru le vendredi 25 février 2011


daube.jpg

- L'Indispensable n°124 février 2011

 

 

l-indispensable.jpg

 

 

- Chérie FM informations du 25 février 2011


Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans L'affaire dans les médias
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 13:25

Voici une présentation de la soirée et un point sur l'affaire Jean-Paul Degache dans les informations de midi présentées par Cyril Sanchez Sur Chérie FM Annonay-Tournon :

 

 

 

 

Merci aux journalistes de cette radio.

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans L'affaire dans les médias
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 07:42

Dans une semaine, jour pour jour, le vendredi 25 février aura lieu la table ronde portant sur « L’innocent impliqué dans une affaire de mœurs : se taire au parler ? ». Le Comité de soutien à Jean-Paul Degache a réussi à réunir deux personnes  extrêmement compétentes sur le sujet :

   

 affiche- Daniel Berthet, auteur du blog des innocents injustement accusés :  http://blogdesinnocents.canalblog.com    qui, comme son nom l’indique, dénonce les dysfonctionnements de l’administration judiciaire à travers de multiples affaires dont celle de Jean-Paul Degache. Il est également coauteur, avec son fils, de deux ouvrages dont l’un, Il faut sauver le Saint-Esprit, retrace l’histoire d’un jeune homme qui va voir sa vie se briser du jour au lendemain suite à de fausses accusations portées par un enfant.

 

 - Patrick Guillot, auteur du site « la cause des hommes » : www.la-cause-des-hommes.com qui a choisi de s’attaquer notamment au difficile problème des fausses accusations d’abus sexuels contre les hommes. Il a également écrit des ouvrages sur les stéréotypes de genre et les sexismes.

 

Vous retrouverez également l’équipe du blog de soutien à Jean-Paul. Nous serons là pour présenter cet outil unique où l’on publie quotidiennement depuis le 1er septembre 2010 des témoignages, des éléments à décharge, des nouvelles et des textes de Jean-Paul Degache.

 

Cette soirée permettra d'offrir une vision élargie du rôle que les médias peuvent avoir dans les affaires de mœurs. Ainsi, à partir de différents cas dont celui de Jean-Paul, les invités démontreront l’intérêt et le danger d’une médiatisation de ce type d’affaire. Les temps d’échange entre le public et les invités ponctueront chaque partie de la soirée.

 

Ce sera évidemment l’occasion de donner les dernières informations concernant le moral, la santé et la situation judiciaire de Jean-Paul.

 

Nous vous rappelons que cette soirée se déroulera à Annonay, au 34 avenue de l’Europe, dans la salle du Gola qui se trouve juste au-dessus du cinéma « Les Nacelles »  (escalier sur le côté).

 

VENEZ NOMBREUX !

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans L'affaire dans les médias
commenter cet article
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 07:18

Vendredi soir aura lieu l’Assemblée Générale du Comité de Soutien à Jean-Paul Degache. Le comité est né en janvier 2006 et a toujours eu pour objectifs de rassembler toutes les personnes, qui pour une raison ou pour une autre, sont convaincues de l’innocence de Jean-Paul mais également de subvenir à ses besoins et ceux de sa famille pour la recherche de la vérité.

 

Depuis sa création, plusieurs équipes ont ainsi composé le Bureau et le Conseil d’administration de cette entité associative. Chacun a ainsi pu apporter son énergie, ses idées et son aide envers Jean-Paul. L’association compte actuellement plus de 1300 adhérents ! Parmi eux, nous retrouvons des amis, des collègues de travail, des membres de la famille et beaucoup d’anciens élèves. On trouve également un nombre important de personnes qui ne connaissent pas Jean-Paul et qui ont été sensibilisées suite aux manifestations organisées par le Comité.

 

Comment ne pas citer la conférence-débat menée par Dominique Wiel, un des nombreux acquittés d’Outreau,  incarcéré à tort pendant près de 30 mois ! Ce fut à cette occasion, devant plus de 300 personnes à Tournon, que l’abbé Wiel adhéra au comité et devint le 1000ème adhérent. Lors de cette soirée, nous avons ainsi pu nous rendre compte du traumatisme procuré par les semaines de prison et aussi des éléments qui amènent l’institution judiciaire à parfois se tromper. Voici un extrait de l’un de ses interviews réalisé lors de la sortie de son livre, Que dieu ait pitié de nous en 2006 chez Oh éditions :

 

 

 

 

9782707146755FS

 

 

La deuxième conférence-débat fut l’occasion d’accueillir la journaliste Marie-Monique Robin, couronnée par une dizaine de prix internationaux, connue du grand public notamment grâce à son reportage sur l’entreprise de biotechnologies Monsanto. Elle répondit favorablement à l’invitation dans le cadre de son travail sur les souvenirs induits et les fausses allégations dans ce type d’affaires. Lors de cette soirée qui se déroula à Saint-Vallier, le public put visionner le documentaire L’école du soupçon (France 5, 52 minutes, 2007) tiré du livre L’école du soupçon : les dérives de la lutte contre la pédophilie(La Découverte, 2005). Nous ne pouvons que vous conseiller de lire cet ouvrage ou de voir la rediffusion à la télé qui démontre comment des centaines d’innocents ont vu leur vie brisée à partir d’importantes investigations.

 

 


D’autres manifestations comme des concerts, une randonnée, des journées et des soirées familiales sont venues également ponctuer ces années. Ainsi, ce vendredi, nous invitons tous les adhérents à venir afin de continuer à apporter  leur soutien à Jean-Paul et sa famille et d’être informé des prochaines manifestations.

 

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans L'affaire dans les médias
commenter cet article
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 06:32

 

Alors, quel rôle peuvent jouer les médias ? Une affaire de timing.

 

Les amis et proches de Jean-Paul Degache ne croyaient plus vraiment qu’il serait possible d’éviter les articles traditionnels, uniquement factuels, comportant parfois quelques interviews.

 

Ce fut donc une opportunité inouïe lorsque, quelques jours avant le procès en appel, un journaliste de l’émission 66 minutes sur M6 prit contact avec nous. Forcément, on se dit que cela va être comme d’habitude, un reportage rapide, qui raconte l’histoire d’un instituteur qui divise son village en deux, sans creuser un peu l’affaire mais Jean-Paul Degache finit par accepter de le rencontrer.

 

Mathieu Jego, autant le nommer, est un journaliste tout à fait classique, mais il a un avantage : il ne connaît rien de l’affaire. Il va donc faire quelque chose que Jean-Paul Degache attendait depuis longtemps : interroger les deux parties, face à la caméra, sans a priori particuliers.

 

Il a donc suivi le Comité de soutien, a interrogé ses défenseurs et Jean-Paul lui-même. Parallèlement, il est allé interroger chacune des accusatrices ayant accepté de témoigner.

 

Loin des pleurs et de l’aspect dramatique du procès, on assiste à une enquête intelligemment menée. Elle est parfaitement équilibrée, c’est d’ailleurs l’avis du public qui aura eu l’occasion de la visionner sur M6.

 

Jean-Paul Degache est représenté tel qu’il est, face à la caméra. Il a l’occasion de développer les arguments de sa défense, il a aussi l’occasion de reconnaître qu’il était sans doute trop proche des élèves, ce qui a pu – et c’est hélas le cas pour certaines – les perturber.

 

Les accusatrices peuvent également raconter ce dont elles accusent Jean-Paul Degache : des viols commis devant toute la classe derrière le bureau de l’instituteur. Elles sont toutes réunies chez l’une d’entre elles et racontent.

 

Le reportage s’intéresse ensuite au fameux bureau, dont on voit bien qu’il ne permettait pas de violer un enfant, mais également à la reconstitution vidéo de la salle de classe qui démontre qu’il était impossible pour un élève assis dans la classe de ne pas voir un viol se commettre devant ses yeux.

 

Il se termine par la scène – terrible – du verdict où la salle explose en même temps que Jean-Paul Degache s’effondre et est emmené en prison pour les 8 prochaines années.

 

Lorsque l’on observe les réactions suite à la diffusion du reportage, une chose revient systématiquement : le doute. On ne sait pas si on a à faire à des manipulatrices ou à un pervers pédophile. On ne sait pas, parce qu’il n’y a pas de preuves, on ne sait pas parce que matériellement, ça paraît un peu gros, on ne sait pas parce que les accusatrices semblent nombreuses…

 

La charge émotionnelle de ce reportage aurait pu retourner l’affaire, dévoiler le fait qu’elle était en fait un nouvel Outreau. Ce reportage aurait dû en entraîner d’autres et mobiliser autour de la cause de Jean-Paul. Cela a été le cas, puis le soufflé est retombé car le reportage a été diffusé après le procès en appel, là où il a tenu à Outreau car la presse s’est mobilisée après le procès en première instance.

 

Réjouissons-nous pour les innocentés d’Outreau dont le plus connu, Dominique Wiel, est d’ailleurs membre du Comité de soutien à Jean-Paul Degache et fut l’un des principaux artisans de la relance de sa défense après le procès de Privas. Mais ayons une pensée pour tous ceux, comme Jean-Paul Degache, qui ne sont pas passés loin, pour qui il aura manqué quelques mois, quelques jours, pour que la presse fasse son travail et contribue à mobiliser l’opinion en lui montrant qu’une injustice se jouait à Nîmes.

 

http://www.dailymotion.com/video/xcv6mi_l-instituteur-de-la-discorde-premie_news

 

http://www.dailymotion.com/video/xcv92o_lyinstituteur-de-la-discorde-deuxie_news

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans L'affaire dans les médias
commenter cet article
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 06:36

Précisons, avant de commencer, que si nous paraissons comparer l'histoire de Jean-Paul Degache avec l'affaire d'Outreau, c'est simplement en essayant de comparer le traitement médiatique réservé aux deux dossiers. En aucun cas nous ne souhaitons établir d'autres parallèle. Et pour cause: les accusés d'Outreau sont aujourd'hui libre alors que Jean-Paul Degache est en prison.

 

Pour l’affaire d’Outreau, mais également lors d’autres dossiers criminels qui ont défrayé la chronique, il faut attendre, pour qu’un réel doute existe et soit relayé dans un média, que des journalistes spécialisés, qui ont l’expérience de ce type de cas, s’intéressent à l’affaire.

 

Et encore, cela ne suffit souvent pas comme le rappelle cet article du Monde diplomatique : de Libération à TF1, ce travail de recherche d’archives montre que pour Outreau, tout le monde s’est trompé.

 

http://www.monde-diplomatique.fr/2004/12/BALBASTRE/11719

 

 

Malheureusement, ces affaires judiciaires où des innocents se retrouvent accusés sans preuves sont nombreuses et souvent traitées dans l’anonymat le plus complet.

 

C’est d’ailleurs pour cela que les médias qui ont le plus relayé l’affaire Degache sont d’abord des sites internet spécialisés dans les affaires judiciaires ou les affaires de mœurs dont sont parfois accusés les enseignants.

 

On relèvera, en particulier :

 

http://blogdesinnocents.canalblog.com/tag/DEGACHE

http://jamac.ouvaton.org/misencaus.htm

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article304

 

Cependant, même lorsqu’un doute existe sur le rendu d’une décision de justice, on se heurte souvent au mur du silence et du fameux dicton : « on ne critique pas une décision de justice ».

 

Une fois que le peuple français a rendu sa décision on ne pourrait pas le remettre en cause ?

 

Rappelons que l’on divise le « pouvoir » en trois : le pouvoir législatif, judiciaire et exécutif.

 

Nous sommes bien placés, en France, pour constater que la presse et les citoyens critiquent très librement et démonstrativement le pouvoir exécutif (Gouvernement, Chef de l’Etat…), le pouvoir législatif (critiques de nombreuses lois votées qualifiées d’« injustes » de « liberticides »…) et on n’aurait pas le droit de critiquer une décision du pouvoir judiciaire ?

 

C’est pourtant le passe temps favori des étudiants en droit, notamment, qui sont soumis à de nombreux « commentaires d’arrêts » dont l’objectif est justement, de commenter, voire de critiquer des décisions de justice.

 

Mais ce lieu commun, lorsque l’on n’est pas spécialiste du droit, apparaît comme un mur infranchissable : quand la justice a rendu un verdict, on ne dit plus rien.

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans L'affaire dans les médias
commenter cet article
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 08:16

Lorsque la justice semble, pour les raisons que nous avons précédemment évoquées, céder à la dictature de l’émotion et ne pas examiner froidement les faits et les preuves, il ne reste plus beaucoup de solutions pour les défenseurs qui estiment qu’un homme est innocent.

 

Il s’agit de rendre l’affaire médiatique, de faire en sorte que des journalistes puissent, en toute indépendance et en consultant les deux parties, rendre compte de ce qui a pu se passer et éclairer l’avis de l’opinion publique.

 

Pour cela, il faut que l’événement soit exceptionnel, et qu’un soupçon d’injustice existe.

 

C’est le cas pour l’affaire de Jean-Paul Degache, mais cela n’est pas suffisant.

 

Le premier filtre reste la presse locale. Aussi professionnelle puisse-t-elle être, elle est aussi généraliste et ses journalistes également. Autrement dit, rares sont les journalistes locaux à être spécialisés dans les affaires criminelles, et encore moins les affaires de mœurs.

 

On retrouve donc des résumés très factuels qui font confiance à la décision de justice. En les lisant, on imagine ce qu’ont dû ressentir les jurés.

 

Lorsque l’on soutient Jean-Paul, on peut avoir le sentiment que ces articles sont à charge et sont faits pour influencer les jurés. Mais en prenant un peu de recul, on est contraint de se dire que les journalistes ont assisté à un procès où des accusatrices se sont succédées pour accabler un homme. Ce dernier était contraint de prouver son innocence, ce qui, dans des affaires de ce type, est tout simplement impossible. Tout juste a-t-il pu prouver qu'il était impossible qu'il ait commis les faits décrits, mais nous avons bien vu que même cela n'était pas suffisant.

 

Il est donc hélas naturel, quand on est un observateur extérieur peu habitué à ce type d'affaires, d’être sensible à la situation des victimes présumées. C’est ce que l’on retrouve dans les articles de la presse locale :

 

Le Réveil du Vivarais

http://www.reveil-vivarais.fr/Infos-du-jour/Sarras-Jean-Paul-Degache-condamne-a-8-ans-et-28-000-euros

 

Le Midi Libre

http://www.au-troisieme-oeil.com/index.php?page=actu&type=skr&news=32616

 

http://www.nimes.maville.com/actu/actudet_-Assises-La-lecon-d-expertise-du-temoin-de-l-instituteur_dep-1310023_actu.Htm?xtor=RSS-4&utm_source=RSS_MVI_nimes&utm_medium=RSS&utm_campaign=RSS

 

France 3 région

http://rhone-alpes-auvergne.france3.fr/info/rhone-alpes/Le-proc%C3%A8s-de-Jean-Paul-Degache-renvoy%C3%A9-au-22-mars--58049521.html

 

D’autres journaux locaux, comme le Dauphiné Libéré et plusieurs radios ont à peu près relaté les mêmes faits : l’histoire d’un homme accusé de pédophilie, condamné au cours d’un second procès à 8 ans de prison.

 

L’histoire est simple : les accusations contre un instituteur participent à déchirer un village en deux, ceux qui le soutiennent et ceux qui l’accusent. C’est une histoire comme une autre à raconter, sauf que cette querelle de clocher se termine en cour d’assises. On voit bien, à la lecture des comptes-rendus d’audience, que les accusatrices sont beaucoup plus convaincantes que la défense aux yeux des journalistes locaux présents.

 

Les journalistes, témoins privilégiés, sont eux aussi sous le coup de la dictature de l’émotion. Le fait qu’il n’existe ni preuve, ni témoin ayant assisté aux faits allégués importe peu : les victimes présumées apparaissent convaincantes, c’est donc suffisant pour condamner quelqu’un.

Repost 0
Published by soutien.jean-paul.degache - dans L'affaire dans les médias
commenter cet article