Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 23:01

Le Métronome, L’Histoire de France au rythme du métro parisien

par Lorànt Deutsch Editions Michel Lafon, 2009, 384 pages.

 

laurant-deutsch-metronome.pngL’idée originale de Lorànt Deutsch a rencontré un vif succès. Se baser sur quelques stations de métro pour offrir une visite guidée de Paris au fil des siècles s’est revélé original et fort bien fait. L’auteur, très connu pour ses rôles dans différents films populaires, a ainsi fait connaître sa passion pour l’histoire, passion qu’il excelle à communiquer.

 

Le métro sert donc de colonne vertébrale au Métronome qui débute par Cité, sortant de la station de métro pour battre en brèche ce que nous avons cru longtemps : en l’an 52 avant Jésus-Christ, date de la fondation de Rome, il n’y avait rien sur l’île de la Cité. Pour trouver le village gaulois existant à l’époque, il faut aller chercher dans le sous-sol de Nanterre. La découverte date de 2003 et elle s’est faite grâce aux fouilles entreprises lors de la construction de l’A86, le super périphérique.

 

Le décor est planté. L’auteur alterne le récit parfois fort enjolivé avec des encadrés beaucoup plus précis, basés sur les découvertes des historiens.

 

Place d’Italie permet un hommage à Rome. Notre-Dame des Champs nous apprend que les vestiges de la première cathédrale de Paris sont enfouis sous un… parking. Saint-Martin nous amène enfin à Lutèce, la ville des Parisii, à la fin du IIIème siècle. Bien sûr, il est nécessaire de s’éloigner souvent de ce qui deviendra la capitale de la France pour expliquer ce qui s’y passe et bien planter le contexte historique. Les stations défilent : Louvre - Rivoli, Saint-Michel Notre-Dame, Saint-Germain des Prés, Basilique Saint-Denis, Châtelet - Les Halles, La Chapelle, Arts et métiers, Philippe-Auguste, Maubert - Mutualité, Hôtel de Ville, Château de Vincennes, Palais Royal - Musée du Louvre, Invalides, Bastille, République, Champs-Elysées - Clémenceau, pour finir à la Défense.

Le circuit suivi étant chronologique, le lecteur va et vient et cette visite détaillée de la capitale ne peut que donner envie d’y aller, livre en mains, pour suivre les indications très précises données par Lorànt Deutsch et retrouver les traces de ce passé, souvent loin des circuits touristiques…Peut-être, un jour…

Jean-Paul

 

Un grand merci à Marie-Noëlle, Marie-Thérèse, Denis et Myriam de m’avoir permis de suivre la belle visite de Paris.

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 23:01

L'extrait vidéo suivant nous amène à suivre un enfant dans le couloir longeant les salles de classe de l'école primaire. L'enfant termine son trajet en entrant dans la salle de classe.

 

Ainsi on s'aperçoit que la première chose vue par l'enfant est le bureau de l'instituteur là où les présumés gestes auraient eu lieu. Mais encore une fois et nous le répétons : aucun enfant et aucun adulte n'a signalé le moindre geste déplacé de la part de Jean-Paul Degache !

 

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans "L'affaire DEGACHE"
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 23:01

Aujourd'hui, nous avions initialement prévu de diffuser une nouvelle animation de la reconstitution vidéo mais nous avons préféré relater une information qui est plutôt passée inaperçue dans la masse médiatique. Il s'agit de l'affaire IACONO, une histoire débutée il y a onze années et qui a vu un homme, Christian, être condamné à 9 années de prison pour viol et agression sexuelle sur mineur en février.

 

L'accusateur était en l'occurence son petit-fils, qui lors des faits reprochés à son grand-père, avait entre 5 et 8 ans. Il vient de reconnaître qu'il avait menti en affirmant que son grand-père ne l'avait jamais violé. Christian IACONO avait depuis le début des accusations clamé haut et fort son INNOCENCE mais rien à faire lorsque la spirale infernale a débuté.

 

Deux procès successifs et deux condamnations. Le tout agrémenté de rapports d'expert qui viennent appuyer les accusations ! Suite au deuxième procès, il s'est immédiatement pourvu en cassation et il est dans l'attente de la réponse. Espérons pour lui, même si le traumatisme subi est immense, que l'institution judiciaire fera le nécessaire afin de le libérer au plus vite...  Pour ceux qui désireraient en savoir plus, nous vous laissons découvrir l'article publié hier sur le site internet du Figaro.

 

Quand nous lisons ce genre d'articles, nous gardons bel et bien l'espoir dans le fait que dans l'affaire Degache il se produise le même scénario...

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Actualité judiciaire
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 23:01

Nous continuons à vous proposer aujourd'hui le champ de vision qu'avait un enfant passant à l'extérieur devant la salle de Jean-Paul. Certaines des personnes l'accusant ont affirmé à la barre qu'un enfant ne pouvait pas voir ce qui se passait à l'intérieur. Vous verrez ainsi dans cet extrait qui ment... Certaines ont également affirmé qu'il y avait des volets à l'intérieur de la classe : encore une fois, c'est FAUX ! Ils étaient à l'extérieur et il s'agissait de stores que la personne à l'extérieur pouvait bouger afin de signaler sa présence.

 

Malheureusement toutes ces erreurs n'ont pu être relevées par les magistrats et les jurés car d'après Madame le Juge, il n'était pas nécessaire de visionner cette reconstitution avant l'audition des témoins. Pathétique et révoltant !

 

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans "L'affaire DEGACHE"
commenter cet article
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 23:01

La première animation dans ce film montre l'angle de vue que pouvait avoir un adulte passant à l'extérieur devant la salle de classe de Jean-Paul. On sait grâce à de multiples témoignages provenant des élèves, d'enseignants, du personnel technique ou bien encore d'intervenants extérieurs que des adultes passaient chaque jour devant cette salle sans annoncer évidemment leur présence. Alors que devons-nous en conclure ?  

 

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans "L'affaire DEGACHE"
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 23:01

Lors du premier procès en 2007, il avait été réalisé une maquette de l’école de Sarras ainsi que de la classe de Jean-Paul Degache afin de montrer l’incohérence des propos avancés par les plaignantes.

 

N’ayant pas eu le rôle escompté et devant le désintérêt des magistrats, Maître Vesson, l’un des deux avocats de Jean-Paul, a proposé qu’un spécialiste réalise un film 3D reconstituant le groupe scolaire de Sarras. C’est ainsi qu’a été déposée en 2010, comme nouvelle pièce au procès, une vidéo certifiée conforme par un huissier sur laquelle on peut visualiser les angles de vue des enfants au sein de la classe mais également de ce que voyaient, tant les adultes que les enfants, de part et d’autre de la salle de classe.

 

Celle-ci aurait donc pu être vue par les jurés ne connaissant pas du tout l’école mais à l’étonnement général, les magistrats nîmois n’ont pas accepté qu’elle soit diffusée … si ce n’est lors de la plaidoirie finale de Maître Vesson.

 

Comment ne pas être révoltés face à cela, lorsque des professionnels se privent d’éléments capitaux pour comprendre ce qui a pu réellement se passer. Encore aujourd’hui, ceci apparait comme une violation des droits de la défense et surtout comme l'impossibilité donnée à un accusé de prouver son innocence !

 

A présent place aux différents extraits et n’hésitez pas à réagir ! On a privé Jean-Paul Degache d'un élément de sa défense dont il pensait qu'il allait être déterminant et prouver son innocence. A vous d'en juger...

 

Présentation générale du groupe scolaire de Sarras

 


Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans "L'affaire DEGACHE"
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 23:01

Rosa blanca de B. Traven, Editions La Découverte, 2010, 261 pages

 

9782707165794FS.gifApparemment, Rosa blanca commence comme La révolte des pendus ou La charrette, deux autres superbes romans de B. Traven. Nous sommes dans l’état de Veracruz, au Mexique et l’auteur, avec son habituel talent, nous plonge dans le quotidien d’une hacienda tenue par l’indien Hacinto Yañez. Sur 800 hectares plusieurs familles, en parfaite harmonie, produisent maïs, haricots, chile (piments), canne à sucre, oranges, citrons, papayes, tomates, ananas mais aussi élèvent des chevaux, des bœufs, des porcs… La vie est paisible. Enfin, chacun vit et la solidarité n’est pas un vain mot grâce au système du parrain (compadre) et de la marraine (comadre) permettant aux familles de s’entraider en permanence, d’une génération à l’autre.

Cette tradition, héritée des Indiens, était forte au Mexique jusqu’à l’arrivée de Christophe Colomb… Petit à petit, les colonisateurs espagnols ont imposé leur logique d’exploitation, oubliant que la terre est d’abord nourricière.

Hélas, le patron de l’hacienda doit affronter la voracité de la Condor Oil Company (COC) qui veut à tout prix acquérir ses terres pour agrandir ses champs de pétrole. Cela se passe peu après 1920 et tout ce qu’écrit B. Traven est terriblement d’actualité, encore aujourd’hui. Nous partons alors dans le pays voisin, les USA où nous faisons connaissance avec Mr Collins, Président de la COC. Tous les détails de sa vie et de son irrésistible ascension nous permettent de comprendre les ressorts du capitalisme, de l’exploitation honteuse des mineurs à l’empire du tout pétrole. Pour conclure, l’auteur écrit cette phrase terrible : «  Que nous importe l’homme, seul le pétrole est important. » Aujourd’hui, le mot pétrole serait-il interchangeable avec le mot nucléaire ?

 

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 23:01

Lors des vacances scolaires, la publication du journal hebdomadaire "La feuille d'Hector" est interrompue pour laisser place à un numéro spécial intitulé "Hector magazine".  Ainsi, celui-ci a pour thème principal l'agriculture : Jean-Paul a  décidé de consacrer un article à son enseignement. Bonne lecture.

 

Un système d’enseignement très complet : L’enseignement agricole (Hors-série - avril 2011)

 

Trop mal connu, l’enseignement agricole est pourtant un système d’enseignement très complet permettant de former jeunes et moins jeunes depuis le CAP jusqu’au diplôme d’ingénieur, dans des domaines comme l’agronomie, l’horticulture, l’environnement et la médecine vétérinaire.

Déjà sous l’Ancien Régime, plusieurs établissements d’enseignement agricole existaient. Ils ont disparu sauf les écoles vétérinaires. Au cours du XIXème  siècle, se sont créées des écoles techniques, professionnelles et supérieures mais il a fallu attendre 1962, pour qu’une loi de modernisation instaure la parité avec l’Éducation nationale. Par contre, c’est le ministère de l’Agriculture qui conserve la mainmise sur cet enseignement. C’est pourquoi une Direction générale de l’enseignement et de la recherche existe au sein de ce ministère.

 

L’enseignement secondaire


À partir de la classe de 4ème, qu’ils soient publics ou privés, les centres de formation d’apprentis (CFA), les maisons familiales rurales (MFR) et les lycées d’enseignement général, technologique et professionnel agricole, appelés plus simplement lycées agricoles, accueillent les jeunes attirés par tout ce qui touche, de près ou de loin à l’agriculture. Certains lycées sont même spécialisés dans l’horticulture (fleurs, fruits) et se nomment lycées agricoles.

Les diplômes suivants peuvent être préparés :

. Certificat d’aptitude professionnelle agricole (CAPA) : 2 ans après la 3ème ou en apprentissage en CFA agricole.

. Brevet d’études professionnelles agricole (BEPA) : après la 3ème ou la classe de seconde générale ou encore après un CAP de préférence agricole. Le BEPA comporte plusieurs spécialités.

. Baccalauréat professionnel agricole : après un BEPA dans la même ou proche spécialité. On peut aussi le préparer en venant d’une 1ère agricole.

. Baccalauréat sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV) : en 2 ans, il mène vers un BTS agricole, certains DUT et BTS en biologie et même vers une école d’ingénieur après une classe prépa.

. Baccalauréat scientifique, spécialité Biologie-Écologie : en 2 ans après une classe de seconde générale ou technologique.

 

Pour les adultes ou en suivant la filière de l’apprentissage, il est possible d’obtenir les qualifications suivantes :

. Brevet professionnel agricole (BPA), diplôme de niveau V

. Brevet professionnel Responsable d’exploitation agricole (BPREA), diplôme de niveau IV

. Certificat de spécialisation (CS)

 

L’enseignement supérieur

 

Comme dans l’enseignement supérieur court, il est possible, dans les lycées agricoles, de préparer des brevets de technicien supérieur agricole (BTSA). Ces diplômes peuvent être aussi acquis en alternance dans un CFA agricole ou en formation pour adulte (Centre de formation professionnelle pour adultes).

Pour ceux qui voudraient suivre un cycle d’enseignement supérieur long, il faut entrer dans une école supérieure publique ou privée, soit après le bac, soit sur concours après deux ans de classes préparatoires Biologie, chimie, physique et sciences de la terre (BCPST) ou Technologie et biologie (TB).

Ces grandes écoles sont les écoles nationales vétérinaires, à Toulouse et Alfort, auxquelles il faut ajouter six grands établissements :

. l’Institut des sciences et industries du vivant et de l’environnement ou Agro Paris Tech,

. le Centre international d’études supérieures en sciences agronomiques ou Montpellier Sup Agro,

. l’Institut supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage ou Agrocampus Ouest,

. l’Institut national supérieur des sciences agronomiques, de l’alimentation et de l’environnement ou Agrosup Dijon,

. l’Institut d’enseignement supérieur et de recherche en alimentation, santé animale, sciences agronomiques et de l’environnement ou Vet Agro Sup,

. l’École nationale vétérinaire, agroalimentaire et de l’alimentation, Nantes-Atlantique.

 

La formation des enseignants des lycées agricoles publics est dispensée an sein de l’École nationale de formation agronomique, à Toulouse.

 

Pourquoi choisir l’enseignement agricole ?

 

Tout ce qui touche à la culture du sol, les céréales, les fleurs, la forêt, l’élevage des animaux, la pêche, la vigne et le vin peut intéresser beaucoup de monde. L’enseignement dispensé vise à former les élèves pour un métier précis. C’est donc une formation concrète qui est proposée, ce qui implique immédiatement une forte motivation pour ceux qui entament ces études-là parce qu’ils savent qu’ils pourront trouver rapidement du travail.

Malgré tout, la formation générale n’est pas délaissée puisque les élèves reçoivent un enseignement général en lettres modernes, mathématiques, sciences physiques, histoire-géo, etc…

Matière spécifique de l’enseignement agricole, l’éducation socioculturelle, est très intéressante pour les élèves parce qu’elle leur permet de comprendre les règles, les us et les coutumes de la société dans laquelle ils vont évoluer. C’est un véritable apprentissage de la citoyenneté qui est dispensé pour « apprendre à regarder par-dessus la haie », avec la vision la plus large possible afin de contribuer à accompagner les changements sociaux et culturels. Ainsi, les jeunes se forment à l’environnement social et culturel sans oublier une éducation artistique complétée par une formation à la communication humaine, à l’autonomie et à la coopération.

Les établissements étant de taille modeste avec souvent un internat et une exploitation à demeure, élèves et enseignants travaillent en étroite collaboration ce qui développe la sociabilité et les aptitudes à la communication.

Il n’est pas obligatoire de vouloir devenir agriculteur pour entrer dans l’enseignement agricole parce qu’une multitude de débouchés existe dans l’alimentation, pour la production, le contrôle de qualité ou encore l’encadrement. Du côté des animaux, de nombreux métiers permettent de leur apporter des soins et de s’occuper de la reproduction… Il faut ajouter encore tout ce qui touche à la forêt, l’environnement, le paysage, l’horticulture, les services, la commercialisation, la recherche, le développement… On dénombre plus de 120 métiers différents à la sortie de toutes ces formations.

 

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 23:01

Depuis l’ouverture de ce blog, de nombreuses personnes sont venues apporter leur témoignage sur cette affaire puisqu’elles avaient, soit travaillé avec Jean-Paul, soit été élève dans sa classe ou soit parce qu’elles ont un lien de parenté.


Aujourd’hui, nous avons décidé d’interviewer une personne, Charlotte B., qui n’a jamais rencontré Jean-Paul et qui a eu la gentillesse de bien vouloir répondre à nos questions et nous l’en remercions vivement.

Bonjour,

- Tout d’abord connaissez-vous Jean-Paul Degache, un de ses amis ou un membre de sa famille ?

 

Non, je ne connais ni Jean Paul Degache ni aucune de ses connaissances, amis ou famille.

- Alors de quelle manière avez-vous été mise au courant de l’affaire ?


En regardant le reportage de M6 dans l'émission 66minutes.
1

- Quelle a été votre réaction suite au visionnage de ce reportage sur M6 ?

 

J'ai d'abord été bouleversée. Au fur et à mesure que la soirée avançait, cette histoire tournait dans ma tête. Je n'arrivais pas à penser à autre chose. J'étais triste et révoltée.

- Quels sont les moments qui vous ont fortement marquée durant ce reportage ?

Le moment où Jean Paul et sa femme préparent la valise au cas où il irait en prison et bien sûr, le moment du verdict et le malaise de Jean Paul.

- Qu’avez-vous décidé de faire suite à l’émission « 66 minutes » ?

 

J'ai d'abord tapé le nom de « Jean Paul Degache » sur Google. Moi qui suis beaucoup les informations, je n'avais jamais entendu parler de cette affaire. J'ai eu le sentiment d'une histoire étouffée. J'ai ensuite trouvé son site de soutien et j'ai tout de suite voulu soutenir Jean Paul et sa famille. Je ne savais pas comment faire mais dans une telle tragédie, la simplicité est ce qui fait le plus de bien : écrire à Jean-Paul, dire à sa famille qu’on le sait innocent au plus profond de nous.

 

 - Quels sont les éléments qui ont pu vous mettre un doute quant à la décision rendue par la justice?

 

Le discours des femmes qui se disent victimes était tout d'abord confus. Je ne les ai pas trouvées convaincantes. Bien sûr, qui suis-je pour les juger ? Leurs accusations sont extrêmement graves mais leurs comportements, leurs gestes et paroles ne sont justement pas en accord avec la gravité de la situation. Et puis, surtout, quand on apprend que la scène des classes de Jean Paul qui a été refaite afin de prouver de manière criante que les accusations étaient fausses n'a pas été prise en compte2, on a envie d'hurler au scandale !  

Pour finir, une élève n'a pas été entendue car elle était dans la classe de Jean Paul au moment où un membre de sa famille était également élève. La jeune fille voulait dire qu'il était innocent et son avis n'a pas été pris en compte. Pour des accusations aussi graves, je trouve qu’il y a énormément de flou et un manque d’équité flagrant.


- Au final, quel message voudriez-vous faire passer à Jean-Paul Degache et ses proches ?

J'aimerais leur dire que nous sommes nombreux à les soutenir. Que, pour ma part, je ferai de mon mieux pour garder le contact avec Jean Paul, d'essayer de le divertir quelques instants avec mes lettres. A sa famille, qu'elle n'est pas seule. Restez soudés et je souhaite que nous soyons tous réunis à la sortie de Jean Paul car oui, il sortira. Cela ne réparera pas les années volées, mais savoir que l'on est aimé et soutenu est un bonheur immense. Je vous trouve tous extrêmement courageux. Je repense à cette affaire lors des moments difficiles de ma vie. Je perçois mieux le bon côté des choses. Par sa force, Jean Paul nous donne du courage. Par notre force, nous lui donnons du courage. Le chanteur Renaud disait « L’innocent qu’on enchaîne sera toujours mon frère » !

 

1 : Le dimanche 28 mars, lors de la première diffusion du reportage, M6 a enregistré près de 3 millions de téléspectateurs ! 

2 : Mme le Président n’avait pas jugé nécessaire de visionner cette vidéo durant les débats. Elle fut utilisée par Maître Vesson lors de la plaidoirie. L’autre élément qui n’a pas été accepté est le bureau d'élèves de l'époque.

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans "L'affaire DEGACHE"
commenter cet article
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 10:40

De nombreux lecteurs nous ont envoyé un mail pour nous signaler cette interview de Maître Dupond-Moretti interrogé sur France Inter.


Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Actualité judiciaire
commenter cet article