Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 00:01

Il y a quelques semaines, nous avions débuté une série d'articles consacrés à l'affaire Fournier, affaire comportant des similitudes avec celle de Jean-Paul. Nous allons essayer de comprendre comment son acquittement a été possible et par la même occasion analyser les défaillances de l'institution judiciaire française.

 

Partie 1

 

→ Un travail méticuleux

 

Avant d’analyser les raisons qui ont amené la juge Perron à acquitter M. Fournier, lisons le deuxième paragraphe de la décision judiciaire intitulé « Le Droit » où il est rappelé un élément important :

 

« L'analyse de versions contradictoires n'implique pas que le juge doit faire le choix de celle qui lui paraît plus plausible ou la plus vraisemblable.

Pour conclure à la culpabilité, il faut davantage qu'une probabilité. Il n'est pas suffisant qu'il soit probable que le défendeur ait commis l'infraction qu'on lui reproche. Le fardeau de la preuve appartient à la poursuivante et jamais, au cours du procès, il ne se déplace sur le défendeur. Il faut une preuve hors de tout doute raisonnable, une norme qui se trouve en fait le corollaire du principe fondamental tenant qu'en droit pénal toute personne accusée jouit de la présomption d'innocence.»

 

Comment ne pas réagir à ces quelques lignes lorsque l’on sait le nombre important d’incohérences dans l’affaire de Jean-Paul. Et pourtant ce fut à lui de démontrer qu’il était innocent ! Comment des magistrats, censés être au courant de l’évolution du monde judiciaire, notamment au niveau de la parole de l’enfant, des faux témoignages ou encore de la recherche du statut de victime, peuvent à ce point être naïfs ? Le nombre d’accusatrices ? Ne pas prendre de risque et satisfaire la majorité ?... Dans l’affaire Fournier, nous l’avons déjà dit, le nombre de plaignantes aurait pu être un facteur déterminant puisque l’on en trouve 19 ! Et pourtant l’acquittement a été possible. Comment ? Pourquoi ?

 

Tout d’abord, les témoins sélectionnés : 10, dont le sergent détective qui a mené l’enquête en réalisant les interrogatoires d‘enfants, interrogatoires filmés ! Les 9 autres témoins sont la Directrice en fonction au moment des accusations et celle qui l’a précédée ainsi que 7 personnes ayant une fonction au sein de l’école. Ils ont tous côtoyé Henry Fournier. La Juge Perron prend soin de stipuler l’ensemble des éléments principaux de chaque témoignage ce qui permet d’avoir une vision très claire de l’affaire. On s’aperçoit très rapidement :

 

 

- que l’affaire a débuté par une rumeur sur l’instituteur lancée par les enfants et qui est remontée jusqu’aux parents ; ensuite tout s’est accéléré avec la convocation de l’instituteur chez la Directrice ; le lendemain, il est suspendu et les gendarmes démarrent l’enquête.

- l’ensemble des témoins ayant travaillé avec Henry Fournier le décrivent comme un professeur « paternaliste »,« souriant » et             « chaleureux » n’hésitant pas à faire des «accolades», des « caresses » et à  « répondre aux câlins des enfants ».

- l’ensemble des témoins ayant travaillé avec Henry Fournier assurent ne l’avoir jamais vu faire des « gestes déplacés ».

- une éducatrice de l’école affirme même qu’elle fonctionnait de la même façon que l'accusé !

 

Cette première synthèse de témoignages pose certainement déjà le doute dans l’esprit des magistrats. Si vous en avez le temps, relisez les interviews des personnes ayant travaillé avec Jean-Paul pendant des années (page d’accueil – les pièces qui démontrent l’innocence de Jean-Paul Degache). Tous sont convaincus de son innocence. Pourtant, tout au long de l’enquête et des deux procès, ces témoins clés n’ont jamais été pris au sérieux et leurs témoignages furent décrédibilisés sous prétexte que, soit ils défendaient leur profession, soit ils avaient adhéré au Comité de soutien, soit parce qu’ils étaient amis de Jean-Paul. C’est tout simplement incroyable et révoltant !

 

A suivre...

 

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans "L'affaire DEGACHE"
commenter cet article
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 00:01

Une Constituante pour la Tunisie (Éditorial du vendredi 4/11/2011)


Conséquence directe et logique du retour à la démocratie, l’élection de l’assemblée constituante tunisienne de ce dimanche 23 octobre a vu une quantité impressionnante de listes et donc de candidats se mettre en évidence dans tout le pays.

Cette assemblée, composée de 217 membres, aura la lourde charge de rédiger une nouvelle Constitution, l’ensemble des textes fondamentaux  règlementant le fonctionnement du pays. Voilà pourquoi, après tant d’années d’une autocratie policière, 1600 listes comportant près de 12 000 candidats se sont présentées aux suffrages des Tunisiens qui ont voté sur simple présentation d’une carte d’identité car à peine la moitié d’entre eux s’étaient inscrits sur les listes électorales. Les récentes attaques menées par les intégristes contre la chaîne de télévision Nessma qui avait diffusé le film Persepolis ne manquent pas d’inquiéter. Dans la société tunisienne, le débat est lancé afin de définir le régime politique voulu par la population mais aussi le socle des valeurs. Le débat sur la place de la religion a fait un retour en force en pleine campagne électorale. Les principales formations de centre gauche, le Forum démocratique pour les libertés et le travail (FDTL) et le Parti démocrate progressiste évitent d’envenimer les choses tout comme le parti islamiste modéré Ennahdha qui a condamné Nessma et la violence des manifestants. Ce parti légalisé depuis le 1er mars 2011, affiche sa volonté de pluralisme et il ne faut pas oublier qu’il a lutté, avec d’autres, depuis 2005, au sein du Mouvement du 18 octobre. La Tunisie a entamé un long et difficile chemin vers la démocratie et c’est une étape importante qui vient d’être franchie à la fin du mois d’octobre.

 

Ici, quelques jours avant la parenthèse des vacances de la Toussaint, l’équipe d’Hector  a reçu Deborah, une jeune femme de 28 ans qui a vécu six mois en Guinée Conakry, comme soigneur animalier bénévole. Elle a répondu à une quantité de questions, souvent très pertinentes, sur son travail et surtout sur ces chimpanzés communs, en voie d’extinction, pour lesquels elle était une véritable nounou. Dans le prochain Hector magazine qui paraîtra le 16 décembre, nous publierons l’intégralité de l’entretien.

 

 

Les chiffres de la semaine

En échange avec Gilad Shalit, un soldat israëlien, 1027 prisonniers palestiniens devraient être libérés.

 

2h 03’ 38’’ c’est le nouveau record du monde du Marathon établi à Berlin par le Kényan Patrick Makau.

 

2 860 157 personnes ont voté lors du second tour de la primaire du Parti Socialiste.

 

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 00:01

Des gens très bien d’Alexandre Jardin chez Grasset, 2011, 300 pages.

 

poster_80532.jpgCe livre écrit à la première personne, commence très fort et il s’en dégage, tout au long de la lecture, une impression pénible, désagréable, une gêne sûrement salvatrice mais difficile à accepter.

En effet, Alexandre Jardin, auteur à succès très connu, fils de Pascal Jardin (le Zubial) qui a fait carrière aussi dans la littérature, parle de son grand-père, Jean Jardin, dit le Nain jaune, qui fut le principal collaborateur de Pierre Laval, du 20 avril 1942 au 30 octobre 1943, à Vichy. En tant que directeur de cabinet du Vice-président du Conseil dirigé par le Maréchal Pétain, Jean Jardin, fidèle et loyal serviteur, a livré des juifs par familles entières, sans oublier les enfants. Durant cette période pendant laquelle le Nain Jaune a travaillé au plus près du chef d’un gouvernement qui collaborait avec l’occupant, il y a une date terrible : le 16 juillet 1942, jour de la rafle du Vel’ d’Hiv. Or, ce sont les policiers et les gendarmes français qui ont arrêté ces milliers de gens, faisant souvent du zèle et les envoyant à la mort. Tout au long du livre, Alexandre Jardin s’emploie à décortiquer le mécanisme de cette logique infernale et dénonce le silence qui a suivi, permettant de protéger les puissants personnages compromis durant cette période de notre histoire.

Au cours de la lecture, Alexandre Jardin explique pourquoi il a été à l’initiative de l’opération Lire et faire lire1. Ainsi, nous comprenons tout l’engagement de cet écrivain pour que les enfants lisent, une action qui devrait sans cesse être mise en valeur.

Le livre se termine par une conversation imaginaire entre l’auteur et son grand-père, un soir, à Vichy. Celui-ci, persuadé de faire le bien, explique sa logique mais ses justifications, décortiquées tout au long de l’ouvrage, laissent sceptique. Alexandre Jardin, en écrivant Des gens très bien, a voulu rétablir une vérité trop longtemps cachée, parce qu’elle dérange trop de monde et en particulier, sa propre famille. Ainsi, il a fait preuve de beaucoup de courage.

 

Jean-Paul

Un grand merci à Agnès qui m’a permis de lire et d’apprécier ce livre.


1Grâce à Vincent qui avait rencontré Alexandre Jardin, à Grenoble, j’avais tenté de lancer «lire et faire lire» à l’école publique de Sarras. Hélas, mes appels aux retraités étaient restés vains. Une seule personne, membre de la communauté des religieuses encore installée à Sarras à l’époque, avait proposé son aide mais ce n’était pas suffisant.

Quelques années après, j’ai été heureux d’apprendre que « lire et faire lire » fonctionnait bien à l’école grâce, en particulier, à quelques amis ayant pris leur retraite entre temps.

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 00:01

Partie 1

 

Débute alors un intermède marqué par le calme. Nous sommes les quelques « privilégiés » à rester le temps que les familles descendent et que de nouvelles arrivent. On apprécie ce moment. Débute ensuite la deuxième et dernière partie de la rencontre. Le fait d’avoir le double de temps nous permet d’échanger plus sereinement puisque nous pouvons aborder tous les sujets. 

 

Vers 11h30, un surveillant vient ouvrir la porte. C’est l’heure de nous quitter. Nous grappillons quelques secondes et nous serrons à nouveau très fort. Le surveillant, compréhensif, repasse et nous fait comprendre gentiment  qu’il est temps pour Jean-Paul de partir. A ce moment-là, un jeune détenu du box jouxtant le notre vient saluer respectueusement Jean-Paul et il vient même nous saluer. C’est plutôt rassurant de voir cela. Voilà une dizaine de minutes écoulées depuis que Jean-Paul est parti et nous restons enfermés dans le box dans l’attente qu’un surveillant vienne nous ouvrir. C’est à ce moment-là que j’apprends que la France l’a emporté de justesse. Puis, c’est à nouveau un temps d’attente puisque pour sortir nous devons patienter jusqu’à ce que tous les détenus soient fouillés. Ainsi, s’il y a le moindre problème, la famille est encore présente. Une demi-heure après, nous regagnons le hall d’entrée et récupérons nos affaires laissées initialement dans le casier.  

 

Il faut à présent reprendre la voiture et la direction du Nord ! Un bon casse-croûte, composé de la délicieuse quiche de Ghislaine, pris au volant. Le retour passe pour une fois assez rapidement. Nous nous séparons à Loriol pour que chacun puisse prendre la route de son domicile. Vers 15h30, me voilà rentré à Grenoble. Direction le lit, exténué…

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Messages d'humeur
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 00:01

 Partie 1

 

Chaque famille est appelée par ordre alphabétique. Ce matin, cela se passe assez vite. Les passages obligatoires par le portique s’enchaînent très bien. La surveillante nous indique le numéro du box dans lequel nous nous installerons tout à l’heure.  Certaines personnes discutent de la fouille qui s’est produite la semaine précédente et qui a débouché sur plusieurs arrestations !  Pendant ces temps d’attente relativement longs et pénibles, j’essaie de ne penser à rien et de faire abstraction de tout ce qui m’entoure. A présent, nous allons franchir plusieurs portes sécurisées, traverser une cour, accéder à un nouveau bâtiment, prendre un escalier afin de rejoindre les salles du parloir. Avant de gagner notre box, Ghislaine dépose les sacs que Jean-Paul récupèrera lorsqu’il regagnera sa cellule. Evidemment tous les sacs sont fouillés et les objets non autorisés sont rendus aux familles.

 

Nous entrons à présent dans la pièce que le surveillant referme juste après nous, question de sécurité. Encore quelques minutes à patienter et voilà enfin les premières personnes détenues qui cherchent leur famille ! Jean-Paul fait partie des premiers à arriver. Il avance dans un couloir dans lequel, de part et d’autre, sont installés les box. A travers la grande vitre, il nous aperçoit et l’on se fait signe. Il dépose sa carte de détenu à côté de la porte et un surveillant vient lui ouvrir. Nous nous embrassons et nous serrons très fort pendant de longues minutes. Cela fait quelques semaines que je n’ai pu le faire… Je le regarde et je trouve qu’il a l’air plutôt en bonne forme physique. Nous lui demandons tout de suite de ses nouvelles. Il nous avoue s’être fait une petite déchirure musculaire en jouant au basket mais a priori il a bien récupéré. Nous revenons sur le succès de la journée champêtre. Jacqueline, la Présidente du Comité de soutien lui a fait parvenir par courrier tous les messages laissés lors de cette journée. On sent très vite que cela l’a profondément touché. La première heure passe relativement vite. On entend les portes d’à côté s’ouvrir : les détenus regagnent le couloir central ; il s’agit de la fin du premier parloir de la matinée.

 

Partie 3

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Messages d'humeur
commenter cet article
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 23:01

Une primaire en hors d’œuvre (Éditorial du vendredi 21/10/2011) 

 

L’élection présidentielle de 2012 est maintenant bien lancée. Tous ceux qui espéraient voir l’initiative du Parti Socialiste sombrer dans l’indifférence générale en sont pour leurs frais. L’UMP, le parti au pouvoir, moqueur et très critique pendant de longs mois, parle aujourd’hui d’organiser aussi des primaires citoyennes en …2017. D’autres voix se font entendre, proposant d’étendre le système des primaires à toutes les élections, aussi bien locales que régionales, ce qui transformerait en profondeur la vie démocratique de notre pays.

Pour la première fois, en France, le choix du candidat d’un parti politique a été ouvert à tous et, à la surprise de tous les observateurs, a mobilisé 2,6 millions de personnes alors que l’on estimait raisonnablement qu’un million de votants aurait été gage de succès. Une fois de plus, ce sont les électeurs qui décident et non les sondeurs. Côté résultats, le premier tour a créé un net écart entre François Hollande et Martine Aubry mais l’autre surprise a été le score élevé réalisé par Arnaud Montebourg. Pour Ségolène Royal, il apparaît qu’elle a perdu les faveurs des Français qui estiment qu’elle a déjà eu sa chance en 2007.

resultats-partiels-au-premier-tour-de-la-primaire-socialist.jpg

Autre point positif pour les organisateurs de cette consultation nationale, un million et demi de votants ont laissé leurs coordonnées pour être informés de la suite de la campagne, des données utilisables tout de suite. Favori depuis de longues semaines, François Hollande sera le candidat du Parti Socialiste en 2012.

Comme le résultat d’une élection nationale, l’attribution des différents prix Nobel est très attendue. Cette fois, ce sont trois femmes qui se partagent celui de la Paix. En 110 ans, seules quinze femmes ont obtenu cette belle récompense. La dernière en date était l’écologiste kenyane, Wangari Maathai. Pour 2011, Ellen Johnson-Sirleaf, Leymah Gbowee et Tawakkol Karman ont été choisies. La première a 72 ans et elle est la Présidente du Libéria, première femme élue à la tête d’un état africain. La seconde, Libérienne aussi, âgée de 40 ans, a été surnommée « la guerrière de la Paix » pour sa lutte contre le dictateur Charles Taylor. Enfin, Tawakkol Karman, Yéménite de 32 ans, est une figure importante du soulèvement contre le président Saleh. Elle est la première femme arabe à  obtenir ce prix. Cette distinction ouvrira-t-elle la voie à une solution pacifique pour tous ces pays qui veulent conquérir la démocratie ?

 

 

Les chiffres de la semaine

 

1000 personnes ont défilé, le 7 septembre, dans les rues de Philadelphie (USA), contre l’exploitation du gaz de schiste.

 

Au Mexique, 10 022 assassinats liés à la drogue ont été dénombrés depuis le début de cette année.

 

Les droits de scolarité en licence s’élèvent à 177 €.

A cette somme, il faut ajouter 203 € pour la Sécurité Sociale.

 

25 millions d’euros ont été dépensés pour réaliser la série « Borgia ».

 

Gérard Depardieu a reçu le Prix Lumière 2011 lors du 3e festival du cinéma lyonnais, pour l’ensemble de son œuvre.

 

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 23:01

Voilà bien longtemps que je n’avais pas réglé mon réveil à 4h15 le matin ! Pourtant, durant cette matinée du samedi 7 octobre, je dois rallier Villeneuve-lès-Maguelone avant 8 heures, pour rendre visite à Jean-Paul, en compagnie de Ghislaine. Nous avons ainsi réservé par téléphone le premier parloir de la journée, celui de 8h30, afin que l’on puisse bénéficier d’un double parloir. Chaque mois, Jean-Paul peut formuler par écrit une demande à l’administration pénitentiaire. Si cela est accepté, la rencontre dure 2h30 au lieu d’1h15 en temps normal. Ce régime est accordé aux personnes condamnées définitivement puisqu’elles n’ont plus qu’un parloir hebdomadaire au lieu de trois.

 

Vers 5h45, je rejoins Ghislaine au sud de Valence afin de réaliser la plus grande partie du trajet ensemble. Nous voilà ainsi sur l’autoroute du soleil qui n’est plus autant fréquentée que pendant la saison estivale. Aujourd’hui nous ne nous arrêterons pas sur l’aire de repos acheter la presse quotidienne puisque tous les kiosques sont encore fermés !

Les paupières commencent à être lourdes mais pas le droit au relâchement. Il faut maintenir le compteur à 130 km/h pour arriver à l’heure. Les informations du jour reviennent sans cesse sur la demi-finale de rugby qui va voir s’affronter Gallois et Français. Fatigué, il est temps de faire appel au thermos de café préparé comme à chaque fois par Gigi. Cela permet une nouvelle fois de tenir sur les derniers kilomètres…

 

Et nous voilà ainsi devant la Maison d’arrêt de Villeneuve vers 7h45. Pour une fois le parking est quasiment vide puisque nous sommes les premiers visiteurs de la journée. Ghislaine vérifie une dernière fois que l’on n'ait rien oublié : le sac de vêtements, le sac des revues, la bouteille d’eau fraîche, les pièces d’identité ainsi que la pièce de 2 euros. Nous avons même quelques minutes pour nous rendre au local de l’association AVISO. On peut d’ailleurs féliciter l’ensemble du personnel qui reste à disposition des familles de détenus et qui demeure inlassablement à l’écoute. Avant qu’un gardien nous convie à entrer, nous feuilletons le dernier numéro de la Feuille d’Hector installé sur un présentoir et disponible pour toutes les familles. A peine le temps de terminer l’éditorial de Jean-Paul que c’est l’heure d‘entrer ! 

 

Partie 2

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Messages d'humeur
commenter cet article
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 10:56

Rorschach  de Terreur Graphique

Editions 6 pieds sous terre (2011)

 

Publiée par  6 Pieds sous terre éditions, l’éditeur languedocien de Saint-Jean de Védas, cette BD faisait partie de la sélection du dernier Festival International du Roman Noir, le FIRN. Comme son titre le laisse supposer, l’auteur plonge dans les délices de ce test employé par de nombreux psychologues mais qui avait été créé, à l’origine, pour soigner les soldats de l’armée des Etats-Unis.

 

Sans délai, nous plongeons dans les salles d’attente des médecins pour arriver chez le psy…avec le début du fameux test et de la sueur qui coule …et nous voilà partis  dans un délire du type cauchemardesque. Le héros retourne dans son enfance, retrouve son père, règle ses comptes. Chaque tache, n’importe laquelle, déclenche aussitôt un véritable voyage psychédélique, jusqu’à la solution extrême, pour en sortir enfin…

 

Très bien dessinée, cette BD en noir et blanc foisonne de détails et propose aussi de remarquables planches très impressionnantes. Il fallait oser dessiner et écrire sur ce test. Terreur Graphique l’a fait et c’est réussi.

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 23:01

Au pays du long nuage blanc (Éditorial du 14/10/2011)

 

Encore une bonne semaine et la Nouvelle-Zélande, « le pays du long nuage blanc », sera à la veille de la grande finale prévue le dimanche 23 octobre à 10 h (heure française), dans l’Eden Park d’Auckland, un stade de 60 000 places.

Ce pays du bout du monde, dernier grand territoire peuplé par les occidentaux mais découvert par les Polynésiens et colonisé par les Britanniques, compte aujourd’hui 4,4 millions d’habitants répartis sur deux grandes îles, celle du nord et celle du sud. Là-bas, la nature est somptueuse, préservée, avec des volcans, des fjords, des baies abritées et beaucoup de végétation. Si les Néo-Zélandais adorent les chevaux, ils aiment aussi le cricket et surtout le rugby à XV, le sport des colons britanniques pratiqué par tous. Depuis 1905, l’équipe nationale s’habille tout en noir. Ce sont les fameux All Blacks. Ils portent la fougère argentée comme emblème.

L’événement sportif ne doit pas nous faire oublier Christchurch, ville dévastée par un tremblement de terre de 6,3 sur l’échelle de Richter, le 22 février 2011. 75 personnes y ont laissé la vie. Cette importante ville de l’île Sud qui devait accueillir deux quarts de finale, est en pleine reconstruction. Comment ne pas évoquer enfin le fameux Haka (Ka Mate ! Ka Mate ! C’est la mort ! C’est la mort ! Ka Ora ! Ka Ora ! C’est la vie ! C’est la vie !), un rite ancestral de la tribu Ngati Toa qui est leur propriété intellectuelle. Les All Blacks se sont engagés à le pratiquer avec respect. 

 

Plus près de nous, la bataille contre l’exploitation des gaz de schiste vient d’obtenir l’abrogation de trois permis de recherche à Nant (Aveyron) , Villeneuve de Berg (Ardèche) et Montélimar (Drôme) mais la lutte  est loin d’être terminée parce qu’il reste encore soixante et un permis toujours valides dont plusieurs à Alès (Gard).

 

Les chiffres de la semaine

La répression exercée par le régime de Bachar al-Assad a fait 2700 morts en Syrie, depuis le mois de mars.

 

64 500postes ont été supprimés  dans l’Éducation Nationale, depuis 2007.

 

Le budget 2012 prévoit 14 000 nouvelles suppressions d’enseignants.

 

8000 personnes meurent chaque année à cause de la mauvaise prise de médicaments (erreurs, surdosages, effets secondaires).

 

Une panne géante a privé 10 millions de chiliens d’électricité pendant plusieurs heures, le 24 septembre.

 

2h 03’ 38', c’est le nouveau record du Marathon établi par le kenyan Patrick Makau au marathon de Berlin.

 

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 23:01

Jean-Paul nous a sollicités afin de vous annoncer le passage de Pierre-Louis Chevalier, personne intervenant au centre scolaire  de la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, à l’émission de télévision Salut les Terriens animée par Thierry Ardisson. Ce programme qui débute à 19 heures sera diffusé ce samedi 22 octobre sur Canal+ (en clair).

 

A partir de 20 heures, Pierre-Louis Chevalier interviendra sur la thématique des Roms en compagnie de Léonard Sandu, jeune homme vivant actuellement dans un campement à Montpellier. Pour information, voici un article concernant l'engagement de Pierre-Louis auprès de la population de ce camp.

 

Jean-Paul nous fait part de ce programme puisqu’il s’agit d’une question de société sujette à de nombreux débats et polémiques comme on peut le constater lors des évacuations de camps par les forces de l’ordre.  

C’est également parce qu’il apprécie énormément ce professeur de philosophie, retraité de l’Education Nationale, qui a récemment cessé ses cours à la Maison d’arrêt de Villeneuve puisque l’administration pénitentiaire vient de décider de ne plus payer certains intervenants extérieurs !

 

 

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Messages d'humeur
commenter cet article