Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 23:01

Un couple d'amis de Jean-Paul nous a fait parvenir ce message et nous souhaitons vous le faire partager. Si vous aussi, vous avez envie de nous faire parvenir votre ressenti sur cette journée du 1er octobre, nous vous encourageons à le faire. 

 

Chers Amis, 


Juste quelques mots pour vous remercier pour la belle journée que nous avons passée tous ensemble hier à Arras autour de Jean-Paul.


Une réussite à tous les niveaux ! Tout était avec nous, la météo, l'amitié, la convivialité,  il n'y avait que des gens sympas, simples et sincères, le lieu aussi : un grand merci à la personne qui a permis de mettre à disposition de l'Association ce magnifique endroit où nous étions si bien. Personnellement, j'étais ému, fier et heureux à la fois de pouvoir partager une si belle journée avec tous ces amis. Jean-Paul était avec nous...


Nous étions si bien "entre Amis" que cela se sentait ; toute la journée, la bonne humeur a plané sur ce rassemblement ; l'ambiance était belle et bien réelle ; une preuve s'il en faut une : que ce fut pénible de se séparer le soir, même une fois la nuit tombée.

 

Nous avons même ri malgré la gravité de cette pénible et insupportable situation pour Jean-Paul et tous les siens. Mais nous avions, toutes et tous au fond de notre petite tête, une pensée pour "notre Ami" qui est loin là-bas injustement enfermé à cause de la bêtise et de la méchanceté humaine.

 

Merci encore pour cette belle journée,
Jacqueline et Jean-Pierre

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Messages d'humeur
commenter cet article
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 23:01

Les vacances estivales étant terminées, le groupe scolaire rénové et Annie Duclary remplacée, l'activité journal a pu redémarrer. Les détenus volontaires ont ainsi réalisé le n°739 de La Feuille d'Hector publié le 23 septembre 2011. Ainsi nous vous proposerons l'ensemble des articles que Jean-Paul rédige au sein de cette classe atelier. Bonne lecture.

 

Nouvelle rentrée, nouveau départ (Éditorial du 23/09/2011)

 

La chaleur de l’été n’est plus qu’un souvenir et les jours sont déjà bien trop courts. Le temps a paru long au cours de ces deux mois où presque tout s’arrête dans notre pays. Côté télévision, il n’a pas été évident de trouver des programmes intéressants, ceci dès la mi-juin…Seul, le Tour de France a entretenu un peu d’excitation avant la torpeur du mois d’août malgré des championnats du monde de natation et d’athlétisme. Heureusement, les footballeurs ont repris leur championnat et la coupe du monde de rugby a débuté le 9 septembre, là-bas en Nouvelle-Zélande.

Ici, reprennent enfin les activités scolaires comme le prouve « la Feuille d’Hector » que vous êtes en train de lire malgré un retard dû à des travaux d’électricité indispensables pour une mise aux normes de sécurité. Cinq numéros de votre hebdomadaire vont se succéder jusqu’à la pause de la Toussaint et un nouveau magazine vous sera proposé à la date du 16 décembre.

Cette reprise est une occasion à ne pas laisser passer, une chance à saisir pour se lancer ou se relancer en demandant son inscription dans un ou plusieurs des différents cours proposés par le centre socio-pédagogique. L’éventail proposé est suffisamment large pour satisfaire toutes les demandes et répondre à tous les niveaux. Chaque année, sont nombreux ceux qui profitent de cette offre pour préparer et réussir un diplôme qui ne sera passé qu’au mois de juin suivant. Il y a aussi les activités proposées par le SPIP et dont nous vous tiendrons informés régulièrement dans notre page spéciale.

Une rentrée réussie conditionne toujours les semaines et les mois qui suivent. Il ne s’agit pas de se barder de belles et bonnes résolutions vite abandonnées mais d’être réaliste. Un objectif choisi et tenu, même modeste, sera un coup de pouce infiniment appréciable permettant de progresser en attendant des jours meilleurs.

 

Les chiffres de la semaine

 

420 milliards de fleurs sont visitées chaque jour par les abeilles de 20 ruches, sur une surface de 400  hectares environ.

 

35 % de la production mondiale de nourriture dépendent des abeilles.

 

50 000 voyages (40 000 km environ) sont nécessaires pour rapporter 1 kg de miel.

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 18:22

Rendez-vous samedi 1er octobre à partir de 11 heures à Arras-sur-Rhône sur le terrain qui se trouve au dessus de la salle des fêtes du village. Si vous le pouvez, n'oubliez pas de prendre vos boules de pétanque ou un jeu de cartes si vous préférez les activités moins sportives !

 

Vu le nombre important de personnes inscrites, il est également souhaitable que vous ameniez sièges et tables de camping pour le repas du midi. 

 

A tout à l'heure

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Messages d'humeur
commenter cet article
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 23:01

Début septembre, nous vous avons relaté l’histoire d’Henry Fournier. Ce professeur canadien, injustement accusé.  « d’agression sexuelle et de contact sexuel » par 17 élèves, a finalement été innocenté par la justice canadienne en octobre 2009.

 

Suite à cette série d’articles, un internaute nous a questionnés à propos de la nature du jury qui avait acquitté Henry Fournier. Nous avons ainsi pris le temps d’analyser la décision rendue par la juge Odette Perron afin de comprendre et de comparer le fonctionnement de l’institution judiciaire canadienne à celle française à partir de deux dossiers aux nombreuses similitudes. Nous ne prétendons toutefois pas à l’exhaustivité de cette comparaison puisque selon les magistrats les procès peuvent être conduits de manière diamétralement différente. 

 

La source principale de notre article provient de cette décision judiciaire rendue disponible sur Internet et dont le lien nous a été communiqué par un journaliste canadien que nous tenons à remercier. 

 

→ Entre théorie et réalité

Si nous analysons tout d’abord les codes canadien et français de procédure pénale, nous nous apercevons qu’ils présentent d’importantes similitudes. Les deux codes stipulent que, lorsqu’il y a un doute suffisant, ce doute doit profiter à l’accusé et conduire à son acquittement.

 

En France selon l’article 304 du CPP, il est écrit :

« Le président adresse aux jurés, debout et découverts, le discours suivant : "Vous jurez et promettez d'examiner avec l'attention la plus scrupuleuse les charges qui seront portées contre X..., de ne trahir ni les intérêts de l'accusé, ni ceux de la société qui l'accuse, ni ceux de la victime ; de ne communiquer avec personne jusqu'après votre déclaration ; de n'écouter ni la haine ou la méchanceté, ni la crainte ou l'affection ; de vous rappeler que l'accusé est présumé innocent et que le doute doit lui profiter ; de vous décider d'après les charges et les moyens de défense, suivant votre conscience et votre intime conviction, avec l'impartialité et la fermeté qui conviennent à un homme probe et libre, et de conserver le secret des délibérations, même après la cessation de vos fonctions". »

 

Quant au Canada, on peut lire dans l’introduction de la décision de la juge Perron que lorsqu’un procès oppose la crédibilité de l'accusé à celle d'une plaignante, le principe est le suivant :

 

· Si le juge croit la version de l'accusé, il doit l'acquitter.

· Même s'il ne croit pas la déposition de l'accusé mais qu'il a un doute raisonnable, il doit acquitter.

· Même s'il n'a pas de doute à la suite de la déposition de l'accusé, il doit encore se demander s'il est convaincu hors de tout doute raisonnable de la culpabilité de l'accusé, en vertu du reste de la preuve qui a été acceptée.

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans "L'affaire DEGACHE"
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 07:38

La semaine dernière, Jean-Paul a eu la joie de recevoir un courrier de la journaliste Marie-Monique Robin qui nous a donné son accord pour que l'on diffuse un extrait sélectionné par Jean-Paul :

 

"Cher Jean-Paul,

A vous savoir injustement entravé, on se sent sale de parcourir le monde comme je le fais... Vu autrement, c'est aussi une motivation de plus pour poursuivre mon combat pour plus de justice et de conscience. Je continuerai donc à "mettre la plume dans  la plaie", comme le revendiquait Albert Londres, pour que cessent les injustices comme celle dont vous avez été victime."

Cordialement,

Marie-Monique Robin


 

Pour rappel, Marie-Monique Robin est l'auteur du documentaire "L'école du soupçon : Les dérives de la lutte contre la pédophilie" publié aux Editions La découverte en 2006 et diffusé à la télévision l'année suivante. Elle montre ainsi comment de nombreux innocents ont vu leur vie brisée lorsque la chasse aux sorcières dans l'enseignement a été lancée suite à l'adoption de la circulaire Royal en 1997. Nous avions eu la chance de la recevoir pour une projection-débat à Saint-Vallier en 2008.

 

Actuellement, elle a créé sa maison de production pour son prochain film (et livre) "Comment on nourrit les gens?" qui sera diffusé sur ARTE fin 2012. Pour soutenir ce projet, elle a lancé un appel à souscription.

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 23:01

Quelle perception du temps Jean-Paul peut-il avoir à l’intérieur de ce lieu d’enfermement ? Telle est la question que beaucoup d’entre nous se posent très régulièrement. Comment peut-il tenir alors que ce samedi 24 septembre, il passerra son 600ème jour au sein d’une prison ?

 

La réponse nous la connaissons partiellement : énormément de force et de courage mais également les liens d'amour et d'amitié qui l'unissent à nous tous. Ainsi pour cette occasion, nous faisons à nouveau appel à vous. Alors qu’il sera sans doute plus seul que jamais à cette date, il est indispensable qu’il reçoive un maximum de courriers venant de ses amis, de ses proches, de sa famille, mais aussi d’inconnus qui le soutiennent et croient en lui.

 

C’est pour cette raison qu’à partir du 20 septembre, nous vous demandons de lui envoyer une lettre de soutien, qui lui fasse part de tout ce que nous pensons de lui, une lettre qui puisse lui transmettre un peu de chaleur humaine. Lors des précédentes opérations, Jean-Paul avait reçu 153 lettres en décembre 2010 lettres et 158 cartes postales en juin 2011. Essayons de dépasser encore ces chiffres ! N'hésitez pas à transmettre l'information aux personnes que vous connaissez, notamment celles qui ne peuvent pas se connecter à Internet.

 

Beaucoup d’entre vous lui écrivent déjà régulièrement et nous ne pouvons que vous en féliciter, nous savons à quel point ces mots le réconfortent et l’empêchent de sombrer.


Jean-Paul Degache
33670 Bat A 326
Maison d'arrêt
avenue du Moulin de la Jasse
34753 Villeneuve les Maguelone Cedex

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 23:01

La Tour des miracles de Georges Brassens

publié en 1953 et réédité aux éditions Librio en 2010, 94 pages.

 

Fan de Brassens depuis bien longtemps, j’ignorais qu’il avait été romancier à ses heures. « La Tour des miracles » est son deuxième roman et… son dernier… D’ailleurs une courte interview, placée en introduction, permet de comprendre pourquoi cet artiste génial n’a pas poursuivi dans cette voie.

Si Brassens a très bien fait de nous régaler de tant de chansons , l’ami François, fan lui aussi, a eu la bonne idée de me permettre de lire cette « Tour des miracles » qui a été écrite alors que j’avais tout juste trois mois…

Georges Brassens nous fait découvrir « L’abbaye gré-du-vent » avec une succession de portraits tous plus loufoques les uns que les autres. Au fil du texte, l’auteur nous gratifie d’incroyables trouvailles au niveau du vocabulaire. Il nous parle de « pupazzo de pacotille », appelle un chat un « grippe-fromage » pour ne citer que deux expressions mais le texte fourmille de trouvailles bien dans la veine du Brassens truculent que l’on aime..

Le refuge peu ordinaire où règnent « corne d’Auroch » et sa terrible épouse « Pile-face », est envahi par les chats :

«Impossible de marcher ailleurs que sur une queue. D’ailleurs, il n’y avait pas d’ailleurs : il n’y avait que des queues. »

Les calembours se succèdent. On évolue en plein fantastique et l’auteur de « L’Auvergnat » fait assaut de jurons tous plus incroyables les uns que les autres. C’est grivois et complètement rabelaisien.

Les amours d’  « Annie pan-pan-pan » et de  « Voirie-Voirie »sont un des temps forts de cette histoire folle et déjantée. Quelle imagination !

 

Jean-Paul

Merci François !

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 07:54

Chamelle  de Marc Durin-Valois, 2002,  publié en 2004 aux éditions Le Livre de Poche, 185 pages.

 

chamelle-marc-durin-valois-L-NTvXzN.jpegLa sécheresse, la soif, la souffrance, la quête constante et oppressante de l’eau sont omniprésentes dans cet excellent roman de Marc Durin-Valois, une formidable leçon de courage et de vie.

Rahne est instituteur et a déjà été victime d’un drame familial alors qu’il vivait en ville. Il raconte. Nous sommes dans un petit village africain. Si le pays n’est pas précisé, il est vrai que l’actualité nous rappelle, hélas, que là-bas, la sécheresse, la faim et la soif déciment toujours autant de populations. La pluie n’étant plus tombée sur le village depuis de longs mois, il faut maintenant 4 heures pour aller chercher de l’eau et revenir. D’ailleurs, ce dernier puits se tarit et ne donne plus qu’une eau grise que Rahne rapporte avec sa chamelle. Il a dû économiser pendant six mois pour l’acheter. La seconde famille de Rahne est composée de Mouna, sa femme, de trois garçons dont Ravil, l’aîné, a 12 ans. Enfin, il y a la petite dernière, Sasha. Tous les habitants du village, une cinquantaine de personnes, sont conscients de la nécessité de partir mais ne sont pas d’accord avec Rahne qui veut aller vers l’est et non vers le sud, chercher un lieu où il est possible de subsister.

Toute la famille part de nuit emmenant tous ses biens : les chèvres, les brebis et Chamelle qui fournit encore un lait âcre et chaud. Seule, la famille d’Assambô les suit. Ils rencontrent des centaines d’autres personnes chassées par la guerre, la sécheresse et la faim. Quand ils obtiennent la protection des militaires, cela implique toujours une contribution à verser. Les ravages de la soif et la fatigue qui s’accumule sous un soleil écrasant, commencent à causer des dégâts. Tout contact avec d’autres êtres humains est synonyme de danger. Il y a bien ces humanitaires et ces journalistes qui leur donnent de l’eau mais une famille en perdition, cela ne les intéresse guère.

Alors que Rahne et sa famille avancent encore et encore, les drames se succèdent mais aucun puits ne se trouve sur leur chemin. La présence de Chamelle est une véritable assurance-vie tout au long de cette progression hallucinante dans le désert.

« Le soleil carbonise ma peau, fait éclater mes lèvres, c’est une fournaise insupportable ». Marc Durin-Valois écrit simplement, son style est efficace et très prenant. Malgré la dureté de ce que le lecteur découvre au fil des pages, le livre est passionnant de bout en bout. Même si « dans la misère, l’homme isolé est toujours perdant, quelque voie qu’il prenne », l’histoire ne se termine pas dans le néant.

 

Jean-Paul

Un grand merci à Elizabeth pour m’avoir permis de découvrir cet auteur et cet excellent roman

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 10:20

Depuis ce mercredi, vous pouvez retrouver dans les salles de cinéma le film "Présumé Coupable" signé Vincent Garenq. Ce film, adapté du livre "Chronique de mon erreur judiciaire" écrit par Alain Marécaux, retrace le calvaire qu'a dû subir cet huissier de justice lors de l'Affaire d'Outreau. Celui-ci est incarné au cinéma par l'acteur français Philippe Torreton, qui signe d'après Alain Marécaux lui-même, une sacrée performance !

 

 

presume-coupable-20098-77645161.jpg

 

Différentes raisons nous ont amené à vous parler de ce film.

Cette erreur judiciaire a eu tout d'abord le "mérite" de soulever les multiples dysfonctionnements de l'institution judiciaire française et de comprendre pourquoi des personnes innocentes peuvent être condamnées injustement en France : la qualité de l'enquête menée, la sacralisation de la parole des enfants légitimée par la circulaire Royal, le rôle et le poids des experts... Ces éléments nous amènent inévitablement à rattacher Outreau à l'affaire de Jean-Paul.

De plus, après la première condamnation de Jean-Paul en 2007, nous avions contacté l'abbé Dominique Wiel condamné lors du premier procès d'Outreau en 2001 puis acquitté en 2005. Il avait ainsi raconté, lors d'une conférence-débat à Tournon-sur-Rhône, cette terrible expérience en décortiquant les différents dérapages qui avaient eu lieu durant cette affaire. Dominique Wiel avait conclu la soirée en adhérant au Comité de soutien à Jean-Paul Degache dont il était devenu le 1000ème adhérent !

 

Enfin, dans les nombreux projets du Comité de soutien pour l'année à venir, nous sommes en train de finaliser un évènement qui se déroulera probablement dans les semaines à venir...

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Actualité judiciaire
commenter cet article
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 23:01

1ère Partie

 

Cependant, le traumatisme subi ne sera jamais effacé. Henry Fournier a courageusement repris son travail dans l’école où il avait été suspendu. Au bout de 4 jours, « il ne se savait plus capable d'enseigner. Il a donc fait part de sa décision à la directrice de l'établissement. Il trouvait dur de croiser ses accusatrices dans les couloirs. Il souhaite pour l'instant se refaire une santé mentale et reprendre les cours en septembre. » Il faut savoir qu’aucune des fillettes impliquées, ni leurs parents, n’ont présenté d’excuses au professeur.

 

Elles n'ont pas fait non plus l’objet de sanctions de la part de leur école. Financièrement, on n’a pas remboursé à Henry Fournier les deux années de salaire dont il a été privé. De surcroît, il a dû dépenser près de 80 000 dollars pour assurer sa défense.

 

On se pose indéniablement la question suivante : comment une personne injustement accusée peut-elle s’en sortir si elle n’a pas les moyens financiers suffisants et si elle n’est pas entourée par sa famille et ses amis ? Jean-Paul Degache a pu compter dès le départ d’un soutien important qui continue de grandir avec notamment le soutien de personnes qu’il ne connait pas personnellement. On peut affirmer que sa force et son courage, il les puise dans ce soutien.  

 

Enfin, Yves Boisvert conclut son article de la façon suivante : « C'est l'époque, sans doute. Personne ne veut prendre la chance de laisser courir un présumé pédophile. Accusons d'abord, on verra bien plus tard. Et puis, c'est sa photo à lui qu'on verra dans le journal, pas celle d'une direction qui l'aurait laissé courir impunément. C'est ce qu'ils appellent le risque zéro, j'imagine. »

 

Henry Fournier disait en 2010  « Je veux que ce qui m’est arrivé serve à quelque chose.  La façon de le faire, c’est d’en parler. » Olivier Kaestlé rajoute dans son article « Pas de doute, dans le cas de toute victime, la meilleure tactique, pour se réapproprier sa vie, reste indubitablement de briser le silence. » Briser le silence c’est évidemment le rôle de ce blog mais c’est également le vôtre, à vous lecteurs, en faisant connaître cette injustice autour de vous. Car encore une fois, cela peut arriver à n’importe qui !

 

Enfin, pour ceux qui le désirent, voici l’excellent reportage audio réalisé par radio-canada sur Henry Fournier avec des interviews des acteurs de cette affaire.

 

Malheureusement, la voix d’Henry Fournier, qui a voulu que tout cela serve à quelque chose, n’a traversé l’Atlantique que trop tard. La principale différence de son affaire avec celle de Jean-Paul Degache, c’est que l’enseignant canadien a eu la chance de se retrouver face à des juges capables d’imaginer l’inimaginable : qu’un nombre important de témoins puissent se tromper face à un enseignant innocent.

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Actualité judiciaire
commenter cet article