Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 18:01

Blue Jay Way par Fabrice Colin, Sonatine Editions, 2012, 496 pages

 

colin-bluejayway.jpgReprenant le titre d’une chanson des Beatles, Fabrice Colin, jeune auteur français, nous emmène aux Etats-Unis, sur les traces de Julien, un jeune écrivain, comme lui.

 

L’histoire débute à New York, en janvier 2002, mais le traumatisme du 11 septembre 2001 est bien trop proche pour ne pas influencer le personnage principal d’autant plus que son père était passager de l’avion qui s’est écrasé sur le Pentagone.

 

L’intrigue se complique très vite avec cette romancière à succès, Carolyn Gerritsen, qui propose à Julien d’aller à Los Angeles s’occuper de Ryan (21 ans), son fils, qui vit chez son ex-mari, Larry Gordon, producteur à succès. Plusieurs retours en arrière mettent en place des éléments nécessaires à la suite du drame qui se noue.

La fameuse villa, nommée « Blue Jay Way », entre alors en scène et se révèle un élément essentiel à toute l’histoire. Le luxe y est inouï mais il n’y a rien à faire et Julien est payé 5 000 $ par semaine, plus frais annexes. L’absurdité de ce monde tout en faux-semblant se révèle au fil des pages. Relations amoureuses factices, usage immodéré de stupéfiants, il n’y a plus de limites dans une société reposant sur l’argent où toutes les valeurs morales sont sans cesse bafouées.

 

De chapitre en chapitre, le cauchemar prend consistance et l’on ne sait plus trop qui tire les ficelles, tellement les manipulations sont nombreuses. Julien est au cœur de tout cela. Lorsqu’il retrouve Carolyn Gerritsen, rien n’est résolu, bien au contraire : « …un brouillard s’avançait sur son passé, une ombre blasphématoire, et la cupidité dévorait tout, un mélange de désirs brouillés et de colères inévitables. »

 

Avec un style d’écriture agréable, Fabrice colin maîtrise bien son sujet : l’écriture du polar, le drame de l’auteur devenu malgré lui acteur de l’histoire.

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 18:58

Écrans agités (Éditorial du vendredi 19/10/2012)

Cet automne, le passage de Direct 8 à D8, suite au rachat de la chaîne par le groupe Canal+, vise à faire de cette antenne l’une des plus demandées de la TNT. Ce changement mis à part, c’est du côté de France télévisions et, plus largement, vers l’audiovisuel public, qu’il faut regarder.

 

L’heure étant aux économies, le Pdg, Rémy Pflimlin a annoncé un rapprochement entre les rédactions de France 2 et France 3, d’ici à 2015. Regrouper tous les journalistes dans une même rédaction serait une révolution à France télévisions. Tout le monde comprend qu’une telle réorganisation aurait des répercussions immédiates sur l’emploi et, par conséquence, sur la pluralité de l’information.

 

Si les syndicats montent au créneau, les choses ne sont pas si simples parce qu’à  France 2, on est plutôt favorable à cette fusion. C’est donc à France 3 que l’opposition à cette réorganisation est la plus forte car les antennes régionales sont fortement menacées. France 3 a déjà annoncé la fermeture de ses bureaux dans certaines petites villes où sa présence était nécessaire et appréciée. Pour bien comprendre l’enjeu de ce qui se prépare, il faut savoir que, sur les 11 000 salariés de France télévisions, plus de la moitié travaillent dans les chaînes régionales.

 

Depuis plus de 30 ans, existe une guerre larvée entre la 2 et la 3 afin d’assurer une prédominance que France 2 a toujours eue, non seulement en matière de rayonnement mais aussi pour les salaires, comme pour les moyens techniques et humains. France 3 a toujours été la chaîne la moins gâtée et, en cette période de fortes restrictions budgétaires, elle craint d’être sacrifiée. Se greffe aussi le problème de la redevance audiovisuelle qui ne devrait pas augmenter… pour l’instant.

 

Ces chaînes étant publiques, la lutte se place aussi au niveau politique puisque les deux Pdg, Rémy Pflimlin (France télévisions) et Jean-Luc Hees (Radio-France), ont été nommés par le précédent Président de la République. Le premier voulait l’autonomie des antennes régionales de France 3 mais la ministre de la Culture et de la Communication s’y oppose comme elle s’oppose au retour de la publicité après 20 heures. Ainsi, pour l’audiovisuel public, nous sommes en plein paradoxe puisque la gauche rêvait de la supprimer et que c’est M. Sarkozy qui l’a fait. Maintenant, c’est la gauche qui se prépare à réaliser ce que la droite rêvait de faire : la fusion des rédactions…

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 08:25

Les mémoires de Butch Cassidy  par Roger Martin

aux Éditions Dagorno (collection Mort ou vif), 1994, 146 pages

 

2189026-M.jpgQuand on a fini ce livre, il faut relire aussitôt le prologue qui se passe dans le village indien de San Vicente, au sud de la Bolivie. Deux Yankees arrivent à cheval, avec trois mules et tout l’attirail de chercheurs d’or. Le caporal Gallego reconnaît la mule de son ami Ignacio qui aidait au transfert de fonds pour payer les mineurs d’Aramayo. Or, les convoyeurs avaient été attaqués trois semaines auparavant…bien sûr, les choses vont dégénérer mais ce que l’on ignore en débutant ce livre bien écrit, avec des descriptions haletantes , c’est que nous venons de faire connaissance avec les deux principaux protagonistes de l’histoire qui va suivre.

 

Cette histoire, ce sont les Mémoires inachevées  de George Leroy Parker, alias Butch Cassidy. Avec lui, il faut ajouter son plus fidèle compagnon, Harry Longabaugh, dit le Sundance Kid. Afin d’être jugé sur ses actes et non sur ce que police et journaux ont raconté, Butch Cassidy a rédigé sa vie , racontant les aventures qui l’ont conduit au dénouement qu’il sera indispensable de relire comme nous l’avons mentionné plus haut.

 

Ce livre nous replonge dans cette fin du XIXe siècle où le Far-West était encore une réalité. Ses grands-parents, devenus mormons en Angleterre, étaient arrivés sur le territoire américain en 1856. Son père, guide pour les immigrants, a fait la guerre contre les Indiens puis a épousé Ann Campbell qui lui a donné sept enfants. Avant de devenir Butch Cassidy, celui-ci raconte le parcours qui l’a poussé à prendre l’argent où il se trouvait. Il dresse un tableau social de cet ouest des USA où les gros éleveurs, bien soutenus par le pouvoir, n’hésitaient pas à employer tous les moyens pour éliminer les petits exploitants. Violence et cruauté entraînent des conséquences inévitables bien détaillées dans ces mémoires qui n’occultent pas les bons moments ni les erreurs commises, erreurs qui seront fatales. Depuis la constitution de la Horde sauvage à Brown’s Hole jusqu’à la tragédie finale, Kid, taciturne et renfermé, et Butch, ouvert et souriant, se complètent parfaitement dans les pires et les meilleurs moments.

 

Complétant avec objectivité son livre, Roger Martin y a même inclus le rapport de l’agence Pinkerton qui n’a eu de cesse de poursuivre Butch Cassidy et le Kid, jusqu’à l’issue que l’on connaît.


J’adresse un immense merci à Vincent qui m’a offert ce livre sans oublier de le faire dédicacer par l’auteur, Roger martin, qui a noté que « Ces mémoires de Butch Cassidy » sont « inspirées par la réalité et où s’illustrent des personnages rebelles et chaleureux. »

  Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 13:18

 Lundi prochain, le 29 octobre 2012, Jean-Paul effectuera son 1000ème jour enfermé et loin de ses proches. Inimaginable mais pourtant bien réel ! Pourtant, il parvient à tenir le coup tout en continuant de clamer son innocence depuis Villeneuve-lès-Maguelone.

 

Ainsi, pour lui témoigner à nouveau notre inconditionnel soutien, nous vous proposons de lui écrire ne serait-ce que quelques lignes. Pour que l'opération fonctionne, l'idéal serait de poster son courrier le jeudi 25 octobre en sachant que l'on ne distribue pas de courrier le samedi à la maison d'arrêt.

 

D'avance, merci à tous.

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 12:52

Aujourd'hui, nous vous proposons de faire le point sur les cartes postales reçues par Jean-Paul depuis le début de l'année 2012. Comme nous le faisons régulièrement, veuillez retrouver la carte de France puis le planisphère et enfin un zoom sur l'Europe. Sur chacune de ces cartes, vous observerez les localités d'où ces courriers ont été postés.

 


Afficher Cartes postales françaises 2012 sur une carte plus grande

 


Afficher Cartes postales mondiales 2012 sur une carte plus grande

 


Afficher Cartes postales mondiales 2012 sur une carte plus grande
Enfin, à l'occasion du 1000ème jour de détention, nous relançons une opération courrier. Toutes les informations seront indiquées d'ici quelques jours.
Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 10:16

Bien ou mal traités (Éditorial du vendredi 12/10/2012)

 

Au début de ce mois d’octobre, le débat sur l’adoption du Traité européen, dénommé Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance de l’union économique et monétaire (TSCG), a été à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale. Le débat entre ceux qui sont favorables à ce traité budgétaire et ceux qui le rejettent mérite que nous nous y arrêtions quelques instants, même si le sujet est complexe.

 

Tous les problèmes que tente de régler le TSCG, viennent de la crise financière et de ses conséquences, c’est-à-dire les sommes colossales que les États ont dû dépenser pour la colmater. Ces mêmes États sont incités à intégrer, dans leur constitution, la règle de l’équilibre structurel pour éviter les excès et les dérives des comptes publics et de la dette publique.

 

Ce que redoutent les opposants au traité, c’est la remise en cause des acquis sociaux et démocratiques conquis au cours de la seconde moitié du XXe siècle. En tête des partisans de ce traité, l’Allemagne affirme qu’elle veut bien aider les pays en difficulté mais exige des garanties en contrepartie. Si l’on parle de solidarité européenne, il y aurait d’abord un énorme travail d’harmonisation à accomplir pour gommer les disparités évidentes que l’on constate entre les pays de l’Union, notamment sur le plan fiscal.

 

Il faudra bien arriver à ce que les Européens puissent un jour choisir leur projet de société afin que se mette en place une stratégie beaucoup plus vaste.

 

Pour l’instant, nous en sommes plutôt à la politique de gribouille où le chacun pour soi semble la règle. Il suffit de constater la part des dépenses sociales dans le Produit intérieur brut de quelques pays. Elle est de 12% à Chypre, 18% au Luxembourg et en Slovénie, et culmine à 24 % en Finlande et en France. Le traité budgétaire veut combattre les dérives des déficits excessifs mais sans projet commun, il semble que l’on pense plus à sanctionner qu’à proposer.

 

Nous sommes aujourd’hui en train de vivre une crise de confiance gravissime entre les citoyens et les institutions. Même l’idée européenne se trouve menacée. La désertification industrielle qui s’intensifie, n’arrange pas les choses. Nous en sommes arrivés à un point critique où un pays ne peut plus faire ce qu’il veut alors qu’en contrepartie, l’union des 27 pays européens est loin d’être une réalité.

 

La belle idée d’une Europe unie ne doit pas sombrer dans la tempête mais la tâche qui nous attend est immense. Ne dit-on pas que triompher des obstacles les plus rudes, rend plus fort ?

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 17:45

Deux programmes ont retenu particulièrement notre attention cette semaine. Tout d'abord, mardi soir à 20h50 sur Arte, le nouveau documentaire de Marie-Monique Robin, Les moissons du futur. Voilà la preuve qu'une agriculture durable est possible pour nourrir la population de demain.

                                                        

                                                                                    

 

Le lendemain, à 20h45 sur France 2, le téléfilm Médecin chef à la Santé adapté du livre-témoignage de Véronique Vasseur. Ce docteur qui a passé huit années à la prison de la Santé dénonce les conditions de détention scandaleuses.9782253151739-G.jpg Jean-Paul regardera évidemment ces deux programmes alors n'hésitez pas à échanger par courrier vos impressions.

 


Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Messages d'humeur
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 20:41

Belles et bonnes plantes (Éditorial du vendredi 5/10/2012)

 

Trop longtemps négligées depuis que notre époque dite moderne a débuté, les plantes reprennent petit à petit la place qu’elles n’auraient jamais dû cesser d’occuper car partie intégrante de la vie sur Terre. Tout naturellement, nos lointains ancêtres, comme tous les êtres vivants, ont appris à utiliser ce qu’ils trouvaient dans la nature pour se nourrir mais aussi pour se soigner. L’avènement de l’ère industrielle a mis à l’honneur les médicaments dits de synthèse et nous avons commencé à oublier la richesse extraordinaire et le pouvoir des plantes.

 

L’initiative du SPIP (Service pénitentiaire d’insertion et de probation) menée autour d’un projet sur l’agriculture raisonnée, en partenariat avec la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF), est ainsi la bienvenue, avec trois volets au programme. Avant d’aborder le chocolat et les cours de cuisine, Mme Doutremepuich, Directrice adjointe du SPIP de l’Hérault, a présenté Mme Corinne Fabre, venue faire connaître ou redécouvrir les plantes médicinales. Cette herboriste agathoise a très bien mené son intervention en s’appuyant sur les cinq sens : la vue, le toucher, l’odorat, le goût (étonnante stévia au pouvoir sucrant 300 fois supérieur au sucre !) et même l’ouïe.

 

Le matin même de sa venue, elle a cueilli dans son jardin, fenouil, sarriette, hysope, sauge, lavande, romarin, verveine, passiflore, souci et même coupé une branche d’olivier. Après un premier examen de ces échantillons de plantes et de fleurs, elle a assuré une reconnaissance visuelle à partir de photos de dix-huit plantes dont certaines revenaient à plusieurs reprises, sollicitant ainsi la mémoire. Boîtes à senteur, sacs à toucher perfectionnaient ensuite ce qui avait déjà été appris.

Puis la dégustation des sirops n’a pas manqué d’étonner les participants. Basilic, sauge (la reine des plantes), sarriette, verveine, hysope et lavande, chaque plante a macéré longtemps pour produire un concentré mêlé ensuite à un sirop de sucre de canne, grâce à une légère cuisson. Chaque sirop a ses vertus propres mais chacun est délicieux.

 

Pour finir, chaque participant a pu sélectionner trois plantes, selon ses besoins, et en emporter un peu pour faire de la tisane. Ainsi, lavande (voies respiratoires et désinfectant), romarin (tonique et digestif, bon pour la réflexion), hysope (voies respiratoires), basilic (digestion), sarriette (grand tonique), thym (désinfectant des voies respiratoires), menthe (digestion), ortie (reminéralisant, articulations), verveine (digestion, calmant), souci (peau), fenouil (digestion), coquelicot (stress, sommeil, gorge) ont pu être sélectionnés par les participants, repartis convaincus par les possibilités infinies des plantes aromatiques et médicinales.

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 17:26

Journal d’un corps par Daniel Pennac aux Éditions nrf – Gallimard, 2012, 400 p.

 

journal-d-un-corps-M69625.jpgÀ juste titre, ce livre a marqué l’actualité littéraire de ces derniers mois. Lire Journal d’un corps, de Daniel Pennac, est une véritable aventure à la fois réjouissante, inquiétante, divertissante et tellement vraie.

 

Le narrateur, censé être né en 1923, lègue son journal, pas un journal classique mais le journal de son corps, à sa fille. Il vient de mourir, à 87 ans, et celle-ci découvre toute l’intimité de cet homme, décrite à partir de ses 13 ans.

 

Un jour de septembre 1936, alors qu’il fait partie des scouts, il est ligoté à un arbre… les fourmis arrivent, la terreur aussi et son corps se lâche… C’est à partir de cet événement qu’il décide d’écrire le journal de son corps. Le lecteur suit alors, étape par étape, un âge après l’autre, l’évolution très personnalisée de cet homme. Il s’oppose d’abord à sa mère qui lui dit, un jour : « Tu ne ressembles à rien ! » C’est alors que, pour la première fois, il ose se regarder, nu, dans la glace… et décide de faire des pompes pour se muscler.

 

Petit à petit, Daniel Pennac nous délivre toutes les expériences qui font une vie, qu’elles soient heureuses ou malheureuses, agréables ou douloureuses. Avec lui, nous sommes bien obligés de reconnaître que l’homme doit tout apprendre de son corps, comment marcher, se moucher, se laver, etc…

 

Il y aurait tant de passages savoureux à citer que la meilleure solution est de dévorer sans plus attendre Journal d’un corps.

Jean-Paul

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 15:39

affiche journée champêtreUn grand merci à toutes les personnes qui se sont déplacées à Arras-sur-Rhône samedi dernier. Près de 2 ans et demi après le procès de Nîmes, un peu plus de 100 personnes étaient là au rendez-vous proposé par le Comité de soutien aux côtés de Ghislaine et de toute la famille. On aurait pu penser à un essouflement au niveau du soutien apporté... bien au contraire. L'innocence clamée depuis sa cellule fédère un soutien inébranlable autour de Jean-Paul.

 

Malgré une météo capricieuse en début de matinée, de belles éclaircies ont permis à ceux qui le désiraient de manger dehors. Après le repas du midi conclu par une succulente dégustation de macarons fabriqués par Sébastien, les triplettes du concours de pétanque prirent place sur le terrain tandis que les plus frileux tapaient le carton à l'intérieur. Les premières parties se déroulaient sous un ciel de plus en plus grisonnant. En milieu d'après-midi, les premières gouttes firent leur apparition jusqu'à ce qu'une pluie soutenue prenne la suite. Mais cela ne découragea pas les plus vaillants boulistes qui terminèrent le tournoi. On peut ainsi féliciter isabelle, Charly et Vincent pour leur belle victoire aux dépens d'Annie, Alain et Frédéric.

 

  En fin d'après-midi eut lieu le tirage au sort de la tombola qui vit le tableau "Innocence Captive" de Bernard Devenasse remportée par Yvette.

 

On n'oublie évidemment pas toutes les personnes qui n'ont pu se déplacer ce jour-là mais qui restent mobilisées dans ce combat. Nous en profitons pour vous donner les prochaines dates :

     - Soirée folklorique le vendredi 16 novembre 2012 à Ozon 

     - L'assemblée générale du comité de soutien le vendredi 7 décembre 2012 à Sarras

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Messages d'humeur
commenter cet article