Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 23:00

On retrouve Jean-Paul, accompagné de Ghislaine, à l'intérieur du Musée Fabre. Voici la deuxième partie de cette journée du 25 juin... une journée bien particulière !

 

Partie 1

 

Plus nous approchions du groupe, plus l’émotion montait. Comment allais-je être reçu ? Quelle allait être la réaction des mes anciens camarades de détention ? Ghislaine aussi appréhendait ce moment des retrouvailles mais tout s’est superbement passé. Nous avons été accueillis à bras ouverts, c’est le cas de le dire ! Fred, Matthieu, Bernard et Hicham m’ont embrassé après que nous ayons salué Audrey, guide-conférencière du Musée, et les personnes du SPIP. Nous avons dit bonjour aussi aux personnes invitées par mes camarades. Hélas, nous avions manqué la présentation d’un tableau par chacun des quatre membres du groupe mais Michel était lancé dans des explications passionnantes à propos d’une oeuvre dont j’ai oublié l’auteur, encore sous le coup de l’émotion…


Par contre, nous avons beaucoup apprécié toute la séquence consacrée aux œuvres de Pierre Soulages dans les salles réservées à cet immense artiste qui dérange mais va très loin dans la recherche en peinture, celle de couleur noire en particulier. Notre guide nous a d’ailleurs ensuite menés devant un tableau du peintre espagnol, Zurbarán, dont Soulages dit s’être inspiré pour le noir. J’espérais avoir été oublié, que la visite se poursuivrait et se terminerait sans que je sois sollicité… Il n’en a rien été et j’ai dû y passer…

 

Ainsi, le petit groupe d’une vingtaine de personnes s’est retrouvé devant « Vertumne et Pomone », un tableau, chef-d’œuvre de Jean Ranc, peintre né à Montpellier en 1674 et mort à Madrid en 1735.

tumblr mp2jxbUYIU1rwahceo1 500

Ce tableau aurait été peint au début du XVIIIe siècle et a été acquis par la ville en 1964. C’est au cours de ma deuxième visite, le 4 juin 2013, que j’ai eu un coup de cœur pour ce tableau dont les personnages sont d’une finesse remarquable, particulièrement les visages et les mains. Les couleurs acidulées, surtout le jaune et l’orangé, ravissent le regard et le fond, très sombre, met encore plus en valeur les deux personnages. Le drapé des vêtements est remarquablement rendu. L’ombrelle que tient Pomone est bien exploitée par le peintre pour renvoyer la lumière tout autour. La corbeille de fruits est là pour rappeler l’origine du mythe.


Ici, Vertumne, divinité des saisons et des arbres fruitiers, tente de séduire la belle Pomone, nymphe, considérée comme la divinité des fruits. Comme elle refusait de le laisser approcher, Ovide raconte, dans ses Métamorphoses, que Vertumne a pris l’apparence d’une vieille femme pour courtiser la belle. Après lui avoir raconté une histoire, il a repris sa véritable apparence et Pomone n’a plus résisté au beau jeune homme se trouvant devant elle. Elle accepta son amour.

Notons enfin que plusieurs autres peintres, comme Hyacinthe Rigaud, ont représenté la même scène et que Camille Claudel (Musée Rodin, à Paris) en a réalisé une superbe sculpture.

 

J’aurais aimé passer plus de temps dans ce superbe musée, en particulier devant les tableaux de Gustave Courbet mais cela nous motivera pour revenir… plus tard. La demi-journée devait se terminer par une heure réservée aux familles, le SPIP offrant un goûter sur la terrasse de L’Insensé, bar-restaurant du musée. C’était le moment de discussions informelles et amicales entre tous les participants mais surtout un temps privilégié pour resserrer encore plus les liens familiaux.

 

Avec Ghislaine, nous pensions à ce que cela aurait pu être si je n’avais pas obtenu cet aménagement de peine qui me permet d’être enfin chez moi depuis le 9 juin… Avec beaucoup d’émotion, j’ai salué mes camarades qui ont dû repartir en taxi pour Villeneuve-lès-Maguelone avec les trois conseillères du SPIP que nous avons remercié chaleureusement pour la qualité de ce qu’elles organisent afin de permettre aux gens privés de liberté de préparer leur réinsertion, leur retour dans la vie normale.

 

Enfin, nous avons exprimé beaucoup de gratitude à Audrey et à Michel, du Musée Fabre, car ils ont réalisé un magnifique travail au cours des cinq séances et surtout donné envie de revenir…

Il nous restait quelques instants pour flâner sous le soleil et dans le vent Place de la Comédie, passer par la librairie Sauramps, avant de reprendre le tram, direction Odysseum et retour à Sarras… avant 22 h.  


Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie sous surveillance électronique
commenter cet article

commentaires