Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 00:01

Jean-Paul nous a fait parvenir des extraits d’une lettre poignante rédigée par une de ses anciennes élèves. Celle-ci nous a donné son accord pour les publier et nous l’en remercions sincèrement. Elle débute sa lettre par une citation d’Alexandre Soljenitsyne :

« On ne peut murer l’innocence…

un beau jour elle aveugle de sa probité ceux-là mêmes qui ont cru l’étouffer. »

 

 

Cher Jean-Paul,

 

C’est l’émotion qui guide mes doigts sur le clavier… l’émotion qui se mue en colère, colère qui, malgré tout, s’avère souvent mauvaise conseillère. Comment réagir autrement quand on te sait entre quatre murs, innocent ? Alors, on serre les poings et la raison prend le dessus. Comme l’a si bien déclamé Me Rault, il existe la vérité judicaire, celle qui t’a coupé des tiens violemment et il existe la vérité historique, celle, plus précieuse que toute autre : ton innocence à tous les chefs d’accusation !

Je tenais à t’écrire au nom de tous les miens… Nous serons toujours là, avec toi, et aucune cellule de prison, aucune décision de justice ne nous éloignera du soutien et de l’amitié que l’on te porte. On compte te revoir, t’offrir un bon morceau de gâteau au chocolat et discourir librement… Nous souhaitons sincèrement, avec toute la pugnacité de l’amitié, que tu tiennes le coup !

Toute ma vie, j’ai agi conformément à l’éducation qui m’a été inculquée par mes parents et d’autres personnes-clés. Tu es une personne-clé dans la construction de mon enfance et de l’adulte que je suis. Tu m’as légué certainement sans le savoir une part de l’altruisme et de l’investissement pour le bien d’autrui. Mes parents ont tracé la voie et sur cette voie tu as été un guide bienveillant, pédagogue et juste. De mes années de CM, je n’ai qu’un mauvais souvenir et il m’est imputable : un zéro mérité puisque je n’avais pas appris ma récitation !

Encore aujourd’hui, je me souviens de ces chansons que nous apprenions avec toi… des chansons tristes mais aussi enthousiastes. C’est toi qui nous as fait chanter « Santiano » d’Hugues Aufray…  Alors Hisse et haut, hisse et haut l’innocence ! […]

Je suis ton ancienne élève Jean-Paul. J’ai pu t’observer, te côtoyer pendant deux ans et je n’ai que de bons souvenirs : des moments d’apprentissage, des voyages scolaires, des séances de sport…. Un instit’ extra et un homme bon, honnête et droit. Jean-Paul, nous ne sommes pas toutes mauvaises… Alors bien sûr, tu dois être miné, tu dois te poser des questions parfois mais n’oublie jamais, Jean-Paul, que ce n’est pas toi qui as fait du mal, que tu n’es qu’un bouc-émissaire d’une minorité qui ne vit que par le prisme du mensonge et de la vanité. […]

Durant 10 ans, j’ai été entraîneur de sport… J’ai pu goûter au plaisir de faire évoluer jeunes filles et jeunes garçons. Samedi dernier, quatre de mes anciennes élèves m’ont invitée au restaurant. Je n’avais pas réalisé à quel point j’avais été marquante dans leur vie, de par mon attitude, ma rigueur et mon humour. Cela m’a fait penser à toi, Jean-Paul. Cette reconnaissance que j’ai eu le plaisir de ressentir samedi, je te la renvoie. Merci Jean-Paul !

 

Avec toute mon amitié. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article

commentaires

Claire Avril 04/01/2011 10:36



Des mots si généreux, si profondément sincères, une si belle âme ne peut soutenir qu'une autre belle âme, Jean-Paul, et ce sont seulement les forces positives qu'il faut écouter et abonder. Bien
amicalement.



Marie-Claire Nohl 04/01/2011 10:15



Très poignante cette magnifique lettre !! j'avais la chair de poule en la lisant !


Comment peut-on encore douter de l'innocence de Jean-Paul?


Ses accusatrices, que cherchent -elles comme bénéfices à faire accuser un homme de cette valeur ?


Je souhaite très vivement que la Justice reconnaisse ses erreurs et redonne sa dignité un homme qui est dans la souffrance .


Merci pour ce message vrai



bernard 03/01/2011 23:19



un temoignage si fort, si émouvant, merci