Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 07:33

 Les Vivants et les Morts de Gérard Mordillat (8 épisodes de 52 minutes, France 2, 2010)

 

En ce dernier dimanche du mois d'octobre, Jean-Paul nous fait partager la chronique d'un livre qui a été ensuite adapté en téléfilm pour France Télévision.


            Ghislaine et moi avions adoré le livre de Gérard Mordillat, et j’ai été agréablement surpris de voir que ce même auteur avait réalisé un film pour la télévision afin d’adapter son roman qui avait été sélectionné pour le Prix du Livre Inter.

affiche-Les-Vivants-et-les-Morts-2009-1.jpgAprès avoir vu les six premiers épisodes, je me rends compte que cette immense fresque sociale et souvent très intimiste, ne pouvait être adaptée que par son auteur lui-même. Le récit est tellement dense que la réalisation a imposé de résumer certaines parties de l’histoire en deux épisodes.

Les Vivants et les Morts permet de comprendre de l’intérieur ce qui s’est passé et se passe encore lorsque la finance l’emporte sur l’humain. Cette recherche permanente et obsessionnelle du profit détruit tout simplement la vie. L’auteur décortique bien le mécanisme diabolique mis au point pour réussir à déposséder les ouvriers de leur outil de travail. Ils sont prêts à tous les sacrifices pour conserver ce qui est leur dignité et leur fierté. D’autres hommes – méritent-ils ce nom ? – n’hésitent pas à employer tous les stratagèmes pour parvenir à leurs fins. Témoins de ce spectacle désolant, les hommes politiques sont pathétiques et Gérard Mordillat démontre bien toute leur impuissance devant ce véritable massacre. Les vrais décideurs sont ailleurs et ils se gardent bien de se montrer.

La montée en puissance de l’histoire, pendant les trois premiers épisodes, avait été un peu ralentie dans les trois suivants où les rapports amoureux prenaient le dessus mais l’on comprendra ensuite que cela était nécessaire pour expliquer ce qui suivra.

Les deux derniers volets de cette terrible histoire bien trop contemporaine m’ont laissé KO. La révolte de toute une ville qui sent qu’on est en train de l’assassiner, est montrée avec brio et beaucoup de réalisme par le réalisateur : « Qui sème la misère récolte la colère ! »

Ce sont les femmes qui font prendre conscience à tous du drame qui se joue alors que, de réunion en réunion, responsables et hommes politiques tentent d’en finir en douceur. Arrive alors la répression aveugle et dévastatrice des forces de l’ordre. L’auteur nous montre bien que ce sont eux qui les dirigent, de loin, par radio, qui portent la faute de la catastrophe qui s’amorce. Marie Denarnaud qui joue le rôle de Dallas, se révèle vraiment dans ses deux derniers épisodes où elle est tout simplement extraordinaire de présence, de force et d’émotion. Elle vole même la vedette à son mari, Rudy, joué par un très bon Robinson Stévenin, et finit par imposer sa volonté.

 

 

Inutile de détailler tout ce qui se passe dans Les Vivants et les Morts, tellement cette histoire est dense et riche en émotions. L’œuvre cinématographique réalisée est à la hauteur du roman et tout le mérite en revient à Gérard Mordillat et à tous ceux qui l’ont soutenu pour réaliser cette superbe fresque. Si vous n’avez pas pu voir le film, lisez sans plus tarder le livre, vous ne le regretterez pas !

 

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires