Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 07:19

Devant l’afflux de nouveaux lecteurs, dont certains ne connaissent que peu l’affaire Degache, et pour permettre à tout le monde de se rafraîchir la mémoire, nous avons décidé de revenir sur quelques uns des nombreux éléments qui nous poussent à croire que Jean-Paul Degache est innocent.

 

En 2007 à Privas puis en 2010 à Nîmes, les deux procès d’assises ont condamné l’ancien directeur de l’école publique, personnage estimé de sa commune, président d’associations sportives locales et départementales, ancien leader de l’opposition au Conseil municipal, correspondant de presse pour des journaux locaux et nationaux, à 8 années de prison pour viol et agressions sexuelles sur mineurs par personne ayant autorité.

 

Concrètement, cela signifie que l'institution judiciaire l’a reconnu coupable d’avoir violé une élève durant deux années devant toute la classe plusieurs fois par semaine, et d’avoir pratiqué des attouchements sur 6 autres pendant 2 ans et sur 7 autres durant deux années différentes. Tous ces crimes et délits sont censés avoir été commis devant plus de 20 élèves, à l’intérieur d’une classe vitrée donnant sur la cour de l’école et sur le couloir de l’école.


- Or, durant les deux procès, fruits de longues enquêtes de la gendarmerie, personne n'a jamais rien remarqué et jamais l'alerte ne fut donnée. Aucun des nombreux anciens élèves interrogés, présents dans les classes, n’a remarqué quoi que ce soit

 

De nombreuses années après, on assiste à leur dénonciation, uniquement par celles qui s'en disent victimes. Aucun témoin n'affirme avoir assisté à un viol, pourtant censé avoir été commis – répétons-le - devant plus toute une classe.

 

- Ces viols et attouchements auraient, d'après les victimes, été commis toutes les semaines pendant plusieurs années dans une classe vitrée côté cour et côté couloir, et devant laquelle il était indispensable de passer pour entrer dans l'école.

 

Malgré cette exposition aux regards de tous, jamais un adulte ou un autre enfant n'a remarqué quoi que ce soit d'anormal. Plusieurs dizaines d’adultes, ont assisté, sans qu’il le sache à des séances de classe données par Jean-Paul Degache, toute personne qui rentrait dans l’école était obligée de se trouver nez à nez avec l’instituteur face à sa classe. Les procès de Privas et de Nîmes ainsi que les enquêtes de gendarmerie ont vu défiler des dizaines d’adultes… aucun n’a assisté à quoi que ce soit d’anormal.

 

- Presque tous les élèves ont été entendus en mars 1997 par les gendarmes dans le cadre de la première enquête, qui portait alors sur des accusations d'attouchements et qui a été classée sans suite et ressortie ultérieurement. Aujourd'hui, plusieurs de ces élèves sont considérés comme des victimes de Jean-Paul Degache. Malgré ce qu'ils ont pu dire aux gendarmes, aucun d'entre eux n'a été retiré de la classe par ses parents. Au contraire, tous ont continué l'année suivante, en CM2, avec le même instituteur. Même les parents d’une partie civile ont laissé leurs filles dans la classe de Jean-Paul Degache "car c'était un bon instituteur" !

 

Autrement dit, il faut imaginer que l’on accompagne à la gendarmerie son enfant de 8 à 10 ans pour qu’il témoigne sur les agissements de son instituteur soupçonné d’être un pédophile. Malgré ce qu’il a pu dire aux gendarmes, on remet son enfant dans la même classe, sans mesure de surveillance particulière, avec le même instituteur…

 

Toutes les victimes d’agressions sexuelles ont ainsi été remises dans la classe par leurs parents le jour suivant l’interrogatoire par les gendarmes ! L’année suivante, ces mêmes parents ont laissé leurs enfants partir en classe de découverte avec ce même instituteur qui faisait l’objet d’une enquête de gendarmerie.

 

Aucun élève n’a été retiré des classes de Jean-Paul Degache. 10 ans après les faits, ce que ces enfants ont dit aux gendarmes et qui n’a même pas alerté leurs parents fait d’eux des victimes d’agressions sexuelles…

 

- Parmi ces enfants devenus adultes et étant appelés à témoigner devant la Cour d’assises, plusieurs affirment devant la Cour que leur instituteur ne leur a jamais rien fait et qu’ils n’ont rien à lui reprocher. La Cour les considèrera tout de même comme victimes ! Autrement dit, Jean-Paul Degache est en prison pour huit années pour des faits qu’il est censé avoir commis sur des personnes qui, lors du procès et aujourd’hui encore clament qu’il ne les a pas commis !

 

Malgré cela, les jurés ont considéré que Jean-Paul Degache devait purger une peine de 8 années de prison.

 

Si nous respectons parfaitement la décision du peuple français, représenté par la Cour d’assises, nous estimons que la vérité judiciaire n’est peut-être pas conforme à la vérité des faits.

 

Nous ne sommes pas les seuls, plus de 1000 personnes ont spontanément choisi de rejoindre le comité de soutien à Jean-Paul Degache. Parmi elles, on trouve l’Abbé Dominique Wiel, innocenté à Outreau.

 

Cette affaire a fait tant de bruit qu’elle a fait l’objet d’un reportage remarqué dans l’émission 66 minutes, diffusée sur M6.

 

Ce blog vise entre autres à faire connaître l’histoire de Jean-Paul Degache afin que chacun puisse se faire une idée sur cette affaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans "L'affaire DEGACHE"
commenter cet article

commentaires

Pierre DEMILS (parent d'élèves) 04/11/2010 18:22



BONSOIR, je pose la question suivante: exite t'il, un précédent, d'un enseignant, à la fois pervers (viols!!!) et obtenant régulièrement, avec toutes ses classes, de trés bons résultats. Perso,
JE NE LE CROIS PAS!...