Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 15:15

Investir, employer  (Éditorial du 28/02/2014)

 

Rendre la France plus attractive afin que les investisseurs étrangers viennent y créer tous ces emplois qui manquent, ce n’est pas chose facile. Les idées existent mais ne résistent guère à une mondialisation galopante.

 

Globalement, la France est plutôt un exportateur de capitaux comme l’a vérifié Élie Cohen, économiste et chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Les flux de capitaux depuis 1999, début de l’euro, donnent un solde positif net de 641 milliards d’euros en faveur de l’étranger.

 

De plus, il faut se méfier des annonces affirmant que notre pays est la seconde destination la plus attractive pour les capitaux, après le Royaume-Uni. Ce classement est trompeur puisqu’il mélange tout : les flux de trésorerie, les vrais investissements et divers autres comme les rachats de réseaux de distribution en France.

 

Si nous comparons avec notre voisin allemand, il y avait deux fois plus d’implantations chez nous, dix ans en arrière. Maintenant, l’Allemagne en attire 50 % de plus. Pourtant, les bonnes nouvelles se succèdent pour les investisseurs potentiels comme une fiscalité globalement plus avantageuse, le crédit impôt recherche (CIR), les accords avec les partenaires syndicaux…

 

La France est en train de se convertir à économie de l’offre. C’est pour cela que François Hollande, après avoir rencontré des patrons en Californie, en a reçu d’autres à l’Élysée pour vanter l’attractivité de la France. L’enjeu est de taille car, aujourd’hui, 1 emploi sur 7 dépend des investissements étrangers.

 

Une nouvelle agence de promotion de la France prendra la place de deux déjà existantes avec 1 500 personnes animant un réseau dans 65 pays. Un « passeport talent » pour créateurs et jeunes diplômés, valable 4 ans, s’ajoutera à des visas express pour investisseurs, visas délivrés en 48 h au lieu de plusieurs semaines et pour 5 ans. Les étudiants et les chercheurs pourront obtenir une carte de séjour pour la durée nécessaire à leurs travaux. Les start-up auront droit à un accueil VIP avec une aide de 25 000 € plus un accompagnement à l’installation et des aides de la Banque publique d’investissement. Enfin, les procédures d’import et d’export seront dématérialisées et la TVA simplifiée.

 

Espérons que toutes ces mesures se révèleront efficaces car l’objectif numéro un est, plus que jamais, de fournir de l’emploi et des possibilités de travail à tous afin de laisser le moins de monde possible au bord du chemin.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La Feuille d'Hector après le 9 juin 2013
commenter cet article

commentaires