Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 16:13

La démocratie, toujours à conquérir  (Éditorial du vendredi 7/02/2014)

 

Les moments de liesse de ce qui a été appelé le Printemps arabe paraissent bien lointains. Ce que nous avons mis plusieurs décennies à obtenir, nous voudrions le voir réalisé immédiatement ailleurs. Plus que jamais, nous constatons que la démocratie est difficile à conquérir et qu’il faut sans cesse la peaufiner.

 

Mot hérité de l’antiquité grecque, démocratie signifie souveraineté du peuple mais Abraham Lincoln (1809 – 1865) avait précisé ce mot, tant de fois galvaudé, de façon plus complète, en affirmant que la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». L’esprit de cette définition a d’ailleurs été repris dans la Constitution adoptée en 1958, dans notre pays.

 

Bien que son origine remonte à l’antiquité, la démocratie n’a commencé à gagner de plus en plus de pays qu’au cours du XXe siècle. La disparition de Nelson Mandela a été l’occasion de rappeler que ce n’est qu’en 1994 que l’Afrique du sud a permis à tous ses citoyens de voter.

 

Toujours en Afrique mais au nord, cette fois, la conquête démocratique avance malgré tout. Dans un contexte économique très délicat, avec un chômage important, l’Assemblée nationale constituante, le 26 janvier, a adopté une nouvelle constitution pour la Tunisie, trois ans après la fameuse révolution qui a lancé le Printemps arabe. Le pays sera dirigé par un exécutif bicéphale, un Président et un Chef de gouvernement, la place de l’islam est réduite et l’objectif de la parité hommes-femmes dans les assemblées élues est un objectif à atteindre. De plus, cette nouvelle constitution garantit la liberté de conscience, une première dans les pays arabes.

 

Chaque jour, l’actualité nous rappelle que cette conquête de la démocratie est une lutte, même dans les pays où on la croit bien installée. Depuis longtemps, la démocratie directe n’est plus d’actualité car les nombreux essais qui ont jalonné l’Histoire, ont échoué. Reste la démocratie indirecte, celle qui voit les citoyens élire leurs représentants que le régime soit parlementaire, présidentiel comme aux Etats-Unis ou semi-présidentiel comme en France depuis le début de la Ve République.

 

Enfin, ce type de fonctionnement, censé demander l’avis de toutes les personnes concernées, se retrouve aussi dans les organismes sociaux, les associations et certaines entreprises où l’égalité entre tous les membres doit être respectée et se concrétiser par des votes et des élections.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La Feuille d'Hector après le 9 juin 2013
commenter cet article

commentaires