Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 00:00

Un typhon pour avertissement  (Éditorial du 29/11/2013)

 

Au-delà d’une querelle un peu morbide sur le nombre de victimes, la catastrophe causée par le typhon Huyan, aux Philippines doit nous pousser à réfléchir davantage sur nos modes de vie et, conséquence indispensable, agir pour préserver la vie sur Terre.

 

Cette zone de l’ouest de l’océan Pacifique est celle qui concentre le plus ce type de cyclone tropical, appelé ouragan dans l’Atlantique et typhon en Asie de l’est. La source d’énergie principale de ces événements météorologiques est la chaleur dégagée par l’océan. Le typhon qui a frappé l’est des Philippines était le plus puissant jamais enregistré avec des vents de plus de 300 km/h et des vagues hautes de 5 m. Sur l’île de Leyte, Tacloban, une des villes les plus meurtries, est incapable de compter ses morts. Tous les habitants du cœur de la ville ont disparu.

 

Territoire morcelé, l’archipel Philippin compte 7 107 îles dont 2 000 seulement sont habitées. D’ailleurs, 2 400 autres n’ont même pas de nom. La capitale, Manille, se trouve sur la plus grande des îles, Luçon, qui ne semble pas avoir subi trop de dégâts. On y parle environ quatre-vingts langues différentes mais le tabalog est l’officielle alors que l’anglais est la première à être enseignée dans ce pays qui fut colonie espagnole puis sous domination étatsunienne.

 

Depuis le 8 novembre, les survivants n’ont plus de voitures, plus de carburant et cherchent de la nourriture. On campe, on s’abrite comme on peut et il faut supporter l’odeur terrible que dégagent les si nombreux cadavres. L’arrivée du typhon ayant été annoncée deux ou trois jours avant, les plus riches avaient pu évacuer les lieux mais ceux qui restent cherchent de l’eau potable et sont victimes d’épidémies de diarrhées.

 

Si loin de tout ça, il est difficile d’imaginer ce que furent ces jours, cette semaine d’attente pour voir arriver les premiers secours. Depuis, grâce à la solidarité internationale, des tonnes de nourriture, de l’eau, des tentes sont distribuées mais la tâche est immense car 13 millions de personnes ont été touchées. On compte 1,9 millions de déplacés, 2,5 millions de personnes ayant besoin d’urgence de nourriture plus les communautés isolées, sur de petites îles.

 

Au-delà du constat terrible et qui ne cesse d’évoluer, il va falloir enfin prendre vraiment au sérieux cet avertissement abominable que nous donne la nature. Le changement climatique est en marche. Nous ne pouvons que nous associer à ce qu’a déclaré Ban Ki-moon, le Secrétaire général des Nations unies : «Il faut agir avant qu'il soit trop tard. La menace d'une augmentation de seulement 2° de la température du globe nous affectera tous. La menace est bien réelle et nous avons tous la responsabilité de l'empêcher. »


Jean-Paul

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La Feuille d'Hector après le 9 juin 2013
commenter cet article

commentaires