Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 23:00

Réfugiés, un drame permanent (Éditorial du vendredi 5/04/2013)

 

À mesure que le temps passe, pour des raisons très diverses, le nombre de personnes à la recherche d’un lieu hospitalier pour vivre ne cesse de croître.

 

Le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR), seul organisme international habilité à organiser l’aide aux civils fuyant les combats, recense officiellement 42,5 millions de réfugiés, déplacés et apatrides, dans le monde. Ces derniers mois, c’est au Mali que l’exode massif de certaines populations a été constaté. Que ce soit pour fuir les groupes jihadistes puis les bombardements et les combats, suite à l’intervention conjointe de la France et de quelques pays africains, ils sont 64 000 Maliens en Mauritanie, 52 000 au Niger, 43 000 au Burkina Faso, plus quelques milliers en Algérie et dans d’autres pays voisins. Malgré les efforts déployés par les Nations unies (Onu), ces gens qui ont tout abandonné pour vivre sous des toiles précaires, ne veulent pas rentrer. Même à l’intérieur du Mali, des populations fuient le nord pour le sud du pays.

 

Le HCR, agence de l’Onu qui agit depuis 1951, ne doit s’occuper, en principe, que des gens qui passent les frontières. Malgré tout, même à l’intérieur d’un pays, le HCR apporte aide médicale et alimentaire…à condition que ce pays accepte. Pour ceux qui ont choisi l’exil, des camps de toile sont dressés sous la responsabilité de l’Onu qui peut s’opposer à toute tentative d’expulsion.

 

Hélas, ces camps qui ne devraient être que provisoires, durent des années, même lorsque le conflit a cessé. Il faut savoir que ceux qui ont fui, ne sont pas toujours les bienvenus lorsqu’ils reviennent au pays. Il arrive aussi qu’un nouvel exil soit nécessaire comme pour ces réfugiés palestiniens vivant en Syrie depuis longtemps et qui doivent à nouveau fuir des combats pour la Turquie, le Liban ou la Jordanie.

 

Le budget du HCR, pour 2012, s’élevait à 3,6 milliards de dollars dont une faible partie sert à payer 7 600 salariés travaillant dans 126 pays. Au total, cette organisation gère des personnes originaires de 64 pays différents. Ce sont les pays du Sud qui abritent 80% des réfugiés du monde. Pour tous ces gens, la vie est des plus difficiles avec des problèmes alimentaires, sanitaires et médicaux, sachant que près de la moitié de ces gens a moins de 18 ans et qu’il faut leur assurer un minimum d’éducation scolaire. Enfin, pour se chauffer et cuisiner, il faut du combustible et, autour des camps, arbres et buissons sont coupés, contribuant à l’avancée du désert et à l’assèchement des oueds.

 

Augmentant sans cesse un peu partout dans le monde, le nombre de réfugiés cause de plus en plus de problèmes insurmontables. Une situation qui devient de plus en plus critique…

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article

commentaires