Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 11:55

Et sur cette pierre… (Éditorial du vendredi 23/11/2012)

 

Transmettre un patrimoine aux générations futures, nous avions relevé, il y a quelques semaines (voir Hector n° 777) toute la difficulté que représente cette conservation indispensable, touchant tous les domaines.

 

Invités par le Spip (Service pénitentiaire d’insertion et de probation), Jackie Estimbre, chargée de la valorisation des patrimoines et du suivi des dossiers Unesco, ainsi que Thierry Dubessy, ingénieur du patrimoine, travaillant tous les deux à la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) sont venus faire découvrir le patrimoine et sa restauration à une assemblée très attentive de bout en bout. Cette conférence documentée et vivante permettait de préparer la sortie prévue début 2013, sortie présentée par Mme Doutremepuich, directrice-adjointe du Spip de l’Hérault, elle-même accompagnée de Nathalie, assistante culturelle au Spip.

 

Après une présentation assez générale, l’attention se focalisait sur la cathédrale Saint-Pierre de Montpellier où se déroule actuellement un chantier de rénovation. Cet édifice religieux représente plusieurs époques. En 1300, c’était l’église du monastère faisant partie de la faculté. En 1356, cette église devenait une cathédrale, le siège de l’évêque. Enfin, entre 1860 et 1870, cet édifice était bien agrandi. La différence entre les époques de construction se remarque et la visite prévue sur le chantier en cours permettra de constater cela. Cet édifice étant classé monument historique, la France, état laïque, se charge de sa restauration. Si les tailleurs de pierre sont à l’ouvrage, ce n’est qu’après un nettoyage par micro-gommage avec des billes de verre.

 

Un architecte spécialisé a ensuite étudié pierre par pierre ce qu’il faut faire. Parfois, il faut dégarnir les joints avant de les refaire et s’il le faut, remplacer les pierres abîmées. Le plus grand ennemi de la pierre étant l’eau, il faut évaluer le degré d’humidité de chaque partie de l’édifice puis traiter le problème de l’évacuation des eaux de pluie afin d’éliminer toute remontée d’eau.

 

Pour ne pas se tromper et effectuer une restauration réussie respectant le monument, la pierre est analysée scientifiquement jusqu’à obtenir une fiche d’identification très précise. Ainsi les équipes de recherche, en lien avec les géologues, ont pu retrouver les différentes carrières d’où ces pierres avaient été extraites plusieurs siècles auparavant. Ces carrières se situent à Saint-Geniès-des-Mourges et à Vendargues (Hérault) ou encore à Saint-Jean de Védas pour d’autres monuments.

Tous ces chantiers et les métiers qu’ils impliquent ont beaucoup intéressé les personnes présentes à la conférence, ouvrant même des pistes très intéressantes et motivantes pour l’avenir de chacun.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article

commentaires