Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 13:01

Orange royal (Éditorial du vendredi 17/05/2013)

 

Vue depuis notre République française, la monarchie dans un pays européen voisin, est toujours une curiosité. Récemment, notre attention a été attirée par l’abdication de Beatrix d’Orange-Nassau, reine des Pays-Bas, après 33 ans de règne. À 75 ans, cette reine, peu connue chez nous, a abandonné la couronne au profit de son fils, Willem-Alexander, âgé de 46 ans. Depuis le 30 avril, celui-ci est roi des Pays-Bas, après son couronnement à Amsterdam.

 

Dans un pays où l’on constate aussi la montée du populisme, la monarchie joue un rôle fédérateur pour ce peuple réputé paisible mais qui souffre aussi d’une crise identitaire et où l’on sent monter une désaffection pour l’Europe. Bientôt, cette dynastie des Orange-Nassau fêtera ses 200 ans de règne « par la grâce de Dieu » mais elle ne se considère pas d’essence divine. Avant Beatrix, sa mère, Juliana, et sa grand-mère, Wilhelmine, avaient déjà renoncé au trône, un signe de sagesse, assurément. Toutefois, le renoncement de Beatrix a pu surprendre car elle est réputée comme une femme énergique, cassante, perfectionniste, interventionniste et au caractère inflexible. Malgré tout, elle a décidé de laisser les responsabilités « entre les mains d’une nouvelle génération », elle qui réalisait chaque semaine, un tour d’horizon de l’actualité du royaume avec le Premier ministre, Mark Rutte, comme le faisait Juliana.

 

Pourtant, cette monarchie ne fait pas l’unanimité puisque des élus de gauche ont refusé de prêter serment au nouveau roi pour ne pas cautionner cette « République avec à sa tête un monarque héréditaire », suivant la définition du Prince Claus.

Ainsi, les Pays-Bas entretiennent la monarchie peut-être la plus forte d’Europe. La magie du conte fonctionne toujours avec sa théâtralité, ses palais, ses princes et ses princesses. Le mystère qui l’entoure entretient une sorte de miracle que la couleur orange, adoptée sur les maillots des sportifs néerlandais, se charge de promouvoir. Pourtant, il faut savoir que, si les deux tiers des élus des 1ère et 2e chambres votaient la fin de la monarchie, celle-ci cesserait. Beatrix a réussi à écarter cette menace et les Orange-Nassau sont tranquilles pour un moment. Chaque année, l’État néerlandais réserve 40 millions d’euros pour sa monarchie alors que Béatrix, en bon chef d’entreprise, est à la tête d’une fortune avoisinant les 190 millions d’euros. Quant à Willem-Alexander, le nouveau roi, s’il a été bien préparé par sa mère, il n’oriente plus la formation du gouvernement. Son point faible aurait pu être son épouse, Maxima Zorreguita, fille d’un ancien ministre du dictateur argentin Videla mais Beatrix veillait. Le beau-père n’a été invité ni au mariage en 2002, ni au couronnement.

 

Ainsi va la vie d’une monarchie européenne qui maîtrise complètement tout ce qui est médiatisation ou peopolisation et qui semble en place pour longtemps encore…

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article

commentaires