Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 11:37

Inadmissible gâchis (Éditorial du vendredi 16/11/2012)

 

Sentiment diffus jusque-là, cri d’alarme poussé parfois sans rencontrer d’écho véritable, le gaspillage des ressources alimentaires de notre planète est en train de se révéler au plus grand nombre. La réaction sera-t-elle efficace ? Cela dépend de chacun de nous mais aussi de tous les acteurs d’une chaîne rendue de plus en plus complexe au fil du temps.

 

Nous savons qu’un milliard d’êtres humains souffre de malnutrition et qu’à côté de ce drame paraissant insoluble, le tiers de la nourriture est jeté, perdu. Chez nous, chaque Français gaspille entre 90 et 155 kg de nourriture par an, en moyenne. Impressionnant. Chaque supermarché ou hypermarché en jette environ 197 tonnes. Une telle situation est inacceptable.

 

De l’autre côté de la Manche, Tristan Stuart, un Britannique de 35 ans, mène déjà une lutte acharnée contre ce gaspillage éhonté. Uniquement avec de la nourriture récupérée, il a organisé des festins gratuits réunissant jusqu’à 5 000 convives !

 

Comment cela est-il possible ? En glanant des fruits et des légumes refusés par les supermarchés, en récupérant tout ce que ces mêmes grandes surfaces rejettent de légèrement abîmé, à l’emballage à peine déchiré ou à la date de péremption imminente. Pour un détail, c’est impropre à la vente et certaines grandes surfaces aspergent même l’intérieur des bennes avec de l’ammoniaque pour tout rendre inutilisable ! Pourtant, la solution est simple pour éviter tout problème : les associations autorisées à récupérer ce que les commerçants ne peuvent plus vendre pourraient signer un contrat déchargeant ceux-ci de toute responsabilité.

 

Pour tenter de réduire au maximum ce gaspillage honteux, il existe d’autres solutions : moins produire, mieux gérer les stocks, mettre en place des rayons à prix cassés la veille de la date de péremption ainsi que des bacs discounts de fruits et légumes imparfaits et mobiliser tous les acteurs de la chaîne, du producteur au consommateur en passant par les supermarchés, les associations de solidarité et les collectivités locales. Il est possible encore de mieux organiser les stocks, d’optimiser les circuits de dons et de lutter contre les dérives de la surconsommation.

 

Dernier point qu’il est nécessaire d’évoquer : la nourriture des animaux. Ceux-ci sont de moins en moins nourris avec des déchets, contrairement à autrefois, à cause de certaines épidémies comme la fièvre aphteuse, en 2001. Au lieu d’interdire cela, la loi ferait mieux d’obliger à faire cuire la nourriture destinée aux bêtes au lieu de les gaver avec du soja cultivé en Amérique du sud, ce qui cause des dégâts irréversibles à l’environnement et accentue la déforestation de la planète. Tristan Stuart projette même d’installer des cochons en plein centre de Londres, de les nourrir avec des déchets et de les faire rôtir ensuite sur place.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article

commentaires