Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 13:20

Samedi dernier, près d’une quarantaine de cyclistes ont formé un peloton cycliste afin de réitérer leur soutien à Jean-Paul Degache. Ils ont ainsi parcouru trente kilomètres autour du village de Saint-Jeure d’Ay, en évitant miraculeusement la pluie, sur des routes que Jean-Paul connaît par cœur. Sur demande de son ami François, il nous raconte ce parcours dont il est privé depuis 827 jours maintenant !

IMG_4755.JPGPar un passage resserré entre deux maisons, la petite route des Ubacs s’ouvre sur la campagne. Le village de Saint-Jeure d’Ay est rapidement derrière nous. Chacun cherche son rythme, la bonne allure, pour pouvoir aller au bout de cette sympathique randonnée sur des routes ardéchoises que l’on dirait inventées pour le vélo.

 

Entre les champs et quelques zones boisées, la route prend son temps pour se rapprocher du col du Juvenet. Parfois, une légère pente se fait sentir dans les jambes mais c’est un vrai régal de pédaler ici. Tout en faisant attention aux quelques défauts de la route qui manque par endroits un peu d’entretien, chacun peut admirer le beau village de Preaux qui ne se contente plus de se regrouper autour de son fier clocher mais s’étale de plus en plus. La vue est superbe sur ce piémont du Haut-Vivarais qui a bien reverdi après un hiver trop sec. De temps à autre, une ferme est installée à proximité de la route et plusieurs chemins donnent envie de s’enfoncer dans les bois à la recherche de champignons… mais ce n’est pas la bonne saison.

IMG_4780.JPG

Voilà que l’on distingue le col du Juvenet après avoir serpenté un long moment entre forêts et prairies. Il sera temps de souffler un peu avant de plonger sur Vaudevant. La descente est courte et rapide et certains virages s’abordent avec prudence. Pour traverser Vaudevant, il faut se dresser sur les pédales car la route s’élève à nouveau pendant plusieurs centaines de mètres. Au centre du village, la route bascule d’un seul coup et descend doucement jusqu’à Saint-Félicien. Certains en profitent pour rouler côte à côte et échanger quelques mots lorsqu’une accalmie dans la circulation le permet. Quelques-uns font un petit détour par le centre de la cité de l’Ardéchoise pour aller se désaltérer. Le moment est bien choisi car, après une courte descente sur une portion très roulante, débute le morceau de bravoure de la randonnée : le col de Fontay.

 

Au sortir du pont enjambant un ruisseau, soudain la vitesse diminue et il faut trouver le rythme du grimpeur, sans s’affoler. Chacun cherche son style pour adapter sa respiration et sa fatigue musculaire afin de dompter la pente. Comme toujours, les premiers hectomètres sont les plus délicats mais le revêtement est bon. Une fois franchie la grande épingle avec vue imprenable sur Saint-Félicien, à droite, la seconde partie de l’ascension demande de puiser un peu plus dans ses réserves. En danseuse ou assis sur la selle, chacun(e) progresse à son rythme et le sommet approche. Là, tout près de la fromagerie, on bascule pour une belle ligne droite avec Saint-Victor en point de mire.

 

Quelques courbes et la route remonte doucement pour traverser ce beau village. La descente est rapide et une magnifique ligne droite presque plate nous rapproche des Clots, un carrefour stratégique entre Annonay, Tournon, Lamastre et Saint-Félicien d’où nous venons. Il avait été question, à une époque, de bâtir un collège, ici… mais le projet est resté dans les cartons….

 

Saint-Jeure d’Ay n’est plus très loin. Ca roule bien même s’il faut encore se dresser sur les pédales pour avaler une dernière petite montée. Un ultime faux-plat nous ramène au point de départ d’une randonnée au relief varié et qui a su nous enchanter grâce à des paysages dont on ne se lasse jamais.

Jean-Paul 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Messages d'humeur
commenter cet article

commentaires

Charlotte 11/05/2012 10:37


Voilà qui fait envie ! 

éric 10/05/2012 19:50


Je ne crois pas me vanter en disant que des sorties de vélo: j'en ai fait plus de mille! Mais celle ci, avait quelque chose de particulier!  la générosité, l'amitié, la solidarité n'étaient
plus seulement des jolis mots, de belles formules.