Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 00:01

Le 10 novembre dernier, Jean-Paul a pu avoir le « plaisir » d’ouvrir sa 2000ème lettre. Ce courrier symbolique a été rédigé par Alain et Liz, couple d’amis de longue date. Nous les avons contactés pour avoir leur accord afin de publier une partie de leur correspondance. On en a profité pour demander à Alain ce qui les avait lié d’amitié avec Jean-Paul, ainsi que son ressenti, en tant que Directeur d’école à la retraite, sur cette affaire hors-norme. Nous les remercions d'avoir bien voulu accepter nos demandes.

 

« Salut mon Jean-Paul,

 

Ce qui est bien avec l’ordinateur, c’est que l’on peut reprendre des documents que l’on avait laissé traîner et que l’on peut continuer à l’endroit où l’on veut.

Ce qui suit a été écrit au cours des mois de septembre et d’octobre ! Puis le temps a passé ; je me disais souvent  «il faut que je termine cette lettre à Jean-Paul», mais soit je n’ai pas eu le temps, soit je l’avoue, j’ai oublié.

Ce soir, promis, je la termine et la poste demain !

Je vais maintenant continuer quelques lignes plus bas, histoire que la chronologie soit respectée.

 

Je commence une nouvelle lettre mais je ne la posterai pas comme indiqué sur le blog pour tes « 600 jours » mais un peu plus tard, car je me dis que peut-être ce sera la seule lettre de la journée que tu auras et qu’elle t’apportera un peu de « distraction ».

Donc quoi de neuf depuis notre dernière lettre postée d’Angleterre ?

[…]

Samedi dernier (1er octobre) fut une belle journée, le Comité de Soutien avait bien fait les choses et tes amis ont répondu présents. Nous aurions aimé rester un peu plus longtemps mais le soir j’avais une manifestation avec le club d’Astronomie à Privas, donc j’ai dû abandonner mes partenaires de la pétanque après 2 parties (une gagnée et une perdue à 11) ! Ce fut un vrai plaisir de revoir toute ta famille (notamment tes petites-filles qui ont bien grandi) et certaines personnes que nous avions rencontrées à Nîmes ou à St Rambert.

[…]

Ce fut une journée très particulière pour moi car après avoir passé cette journée à Arras (où tu étais présent dans nos pensées), je suis allé à Privas. La manifestation « le jour de la nuit » (pour faire prendre conscience aux gens de la nuisance de la pollution lumineuse) avait lieu… au cloître des Récollets juste à côté de ..… la prison. Quand je suis arrivé sur cette place face à la prison, j’ai pensé à toi tout de suite ! Et en partant  (à plus de 1h du matin), j’avais du mal à quitter des yeux les petites fenêtres encore éclairées et je t’imaginais tout seul dans ta cellule. Mais comment fais-tu ? Je ne sais pas si je pourrais tenir le coup …

 

Quelle ne fut pas ma surprise mercredi en relevant le courrier, de trouver ta carte d’anniversaire ! MERCI Jean-Paul, ça m’a fait tellement plaisir que j’ai appelé Ghislaine le soir même. Il n’y a pas beaucoup de personnes qui y ont pensé !

Tu parles de la défaite à Paris ; j’espérais un résultat nul mais avec cette équipe jeune et nos blessés, c’était difficile ; dommage que Bafé n’ait pas réussi à en mettre un cela aurait changé le match. On prendra notre revanche à Gerland en février !

[…]

Je vais terminer cette lettre ; je t’y joins un dépliant intitulé « les chemins de la liberté », que j’ai trouvé dans le Vercors. C’est quelque chose d’assez récent, je ne connaissais pas tous ces lieux et je pense que cela t’intéressera.

 

Je t’embrasse ; courage à toi !

Alain »

 

→ La rencontre avec Jean-¨Paul

Pour ce qui est de notre rencontre, elle remonte à septembre 1974 quand nous nous sommes retrouvés à l’Ecole Normale pour un stage de remplaçant. On a sympathisé tout de suite ; il est vrai que le fait d’être les 2 seuls garçons d’un groupe de 8, avait favorisé certainement les choses ; mais comment ne pas devenir ami avec Jean-Paul !?

Que de similitudes dans notre vie professionnelle et familiale ! Nous avons débuté dans le métier en 1969 comme suppléants éventuels, puis remplaçants, avec ce stage d’un an. Plusieurs années de galère, puis un retour rapide dans notre ville ou village natal et ensuite un poste de directeur !

Mariés le même jour (3 août 74), le premier enfant en 77 (avec quelques jours d’écart) et même le premier petit-enfant à 8 jours de décalage !

Et bien sûr …. Grands supporters de l’OL ! et c’est Jean-Paul qui m’a (nous, Maxime et moi) fait connaître Gerland, il y a plus de 15 ans !

 

Ce que je pense de cette affaire :

C’est pour moi une grande incompréhension devant toutes ces invraisemblances et le fait que les 2 jugements n’en aient pas tenu compte !

En effet,  il est IMPOSSIBLE que cela ce soit passé : IMPOSSIBLE qu’une fille d’une dizaine d’années ne réagisse pas devant l’ensemble de ses camarades mais également IMPOSSIBLE qu’aucun autre élève n’ait jamais signalé quoi que ce soit ! De plus, si des parents avaient « des doutes », ils auraient enlevé leurs enfants de l’école. J’ai connu plusieurs cas d’élèves que les parents changeaient d’école car quelque chose ne leur convenait pas avec l’instit’ (travail, comportement ou autre).

 

Cette histoire m’a fait changer mon comportement avec mes élèves pendant les dernières années de ma carrière. De rares « bisous », une distance mise entre eux et moi, grande prudence dans les toilettes, et surveillance des douches confiée aux collègues femmes pendant les classes vertes, par exemple. Quand je pense au nombre de fois que j’ai pris des élèves sur mes genoux !! Si j’étais tombé sur des parents accusateurs je serais moi aussi en prison en ce moment !!

Ce qui est sûr c’est qu’il est devenu très difficile de s’occuper d’enfants pour un homme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article

commentaires