Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 23:01

Cette semaine, il nous paraît indispensable de revenir sur l'affaire Sécher dont l'épilogue judiciaire a eu lieu vendredi dernier et qui s'est traduit par l'acquittement de l'accusé injustement condamné. Ainsi, nous vous proposons d'analyser les défaillances de l'institution judiciaire et de les mettre en parallèle avec l'affaire de Jean-Paul Degache.

 

 

Pascale Robert-Diard avait écrit dans "Le Monde", le 14 avril 2010, un poignant article sur Loic Sécher, quelques jours avant un premier examen de son dossier par la Cour de révision.

 

Cet article, nommé « les dangereuses vérités d’Emilie » et dont nous reproduisons quelques lignes nous montre plusieurs éléments caractéristiques de ce type d’affaire, qu’évidemment, on retrouve chez Jean-Paul Degache.

 

D’abord, une affaire sans preuves, où c’est « parole contre parole », ensuite, un coupable idéal, ici, le marginal du village, là, le directeur d’école très exposé…

 

Ensuite, des accusatrices qui ont déjà accusé à tort des hommes d’abus sur elles… des versions qui varient et qui évoluent.

 

Enfin, des experts qui à aucun moment ne jouent leur rôle en prenant un minimum de recul, persuadés que la parole de l’accusatrice est sacrée, et que les variations, les accusations précédentes renforcent leur crédibilité !

 

On pourrait ajouter une instruction à charge menée par des enquêteurs dépassés, trop impressionnés par ce qui s’avère être « l’affaire de leur vie » et des éléments à décharge tellement évidents qu’ils sont ignorés.

 

Pourtant, quelques journalistes en ont parlé, un peu, ont souligné les dysfonctionnements de l'institution judiciaire, son emballement… mais qu'en restera-t-il dans quelques semaines, dans quelques mois ?

 

L’ennemi de la justice reste le lieu commun, l’évidence, le jugement à l’emporte pièce et l’avis systématique des observateurs doublé d’une capacité à s’émouvoir et à s’outrer quasiment automatique à la moindre affaire. Là où la règle de droit devrait être respectée, ici le doute qui doit profiter à l’accusé, là, la présomption d’innocence, ailleurs, l’instruction à charge ou à décharge, on se retrouve avec des raisonnement complètement viciés, des raccourcis, des pressions qui finissent par conduire des innocents en prison, Loïc Sécher, Dominique Wiel, Jean-Paul Degache… et combien d’autres encore ?

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Actualité judiciaire
commenter cet article

commentaires