Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 23:01

Nous retrouvons le témoignage de la personne ayant assisté à la conférence de l'abbé Dominique Wiel en 2007 quelques jours après la condamnation de Jean-Paul.

 

1ère partie

 

Alors non, je ne vais pas faire un compte rendu de cette soirée. Mais je vais essayer de retranscrire ce que j'ai pu ressentir ce soir.

 

Pour commencer, j'ai été frappé par la similitude des affaires, le nombre de points communs. Au cinéma, on parlerait de remake...

  • Tout d'abord, ce soir, c'est un prêtre qui nous parlait. Et comment ne pas faire aujourd'hui le rapprochement entre un prêtre, et un instituteur ? Un instituteur de la génération de Jean-Paul, pour qui l'intérêt de l'enfant passait avant le sien ? Deux hommes tournés vers les autres...
  • L'abbé Wiel nous a dit que lors de ces interrogatoires, les gendarmes finissaient par vous faire dire ce qu'ils voulaient. Quand il s'est rendu compte de cela, il ne répondait plus que de façon minimaliste.
  • L'une des parties civiles d'Outreau avait déjà tenté de déposer une plainte pour viol à l'encontre du mari d'une voisine pour se venger d'une histoire de vol de pension...
  • L'aîné des trois enfants (qui accusait leur père de viol) a commencé par accuser son père de violer sa fille aînée (16 ans, fille d'un premier mariage). Cette fille a été entendue par la police, et a certifié qu'il ne s'était jamais rien passé. Elle a été auscultée par un gynécologue qui a certifié qu'elle était toujours vierge. Et malgré cela, malgré le mensonge évident de l'enfant, sa parole n'a pas été mise en cause pour les accusations qu'il portait contre son père.
  • L'abbé Wiel nous a dit qu'il n'avait pas préparé sa défense, que lorsque les gendarmes lui avaient dit qu'il risquait 10 ans, il a répondu d'un ton léger « on verra bien, ce n'est pas fait ! » tellement il lui semblait impossible de se voir condamner pour des actes qu'il n'avait pas commis.
  • La psychologue qui a fait l'expertise des enfants, expertise accablante pour les accusés, a été très décriée par la suite…
  • Lorsque l'aîné a parlé de viol à la maman de la famille d'accueil, celle-ci a aussitôt téléphoné aux autres familles d'accueil en expliquant les accusations. Avant même d'être entendus par les enquêteurs, les enfants savaient déjà quoi répondre... Je n'ai pas pu m'empêcher de penser à certaines personnes de Sarras qui faisaient le tour des familles...
  • Et cet enfant, partie civile, qui à la question d'un avocat « qu'est-ce qu'il te faisait ? » répond... il me touchait le bras !!!

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans "L'affaire DEGACHE"
commenter cet article

commentaires