"Jean-Paul Degache, un enseignant exemplaire" Témoignage de Gilbert Risson Partie 1

Avant de vous faire part de mon témoignage, je tiens à me présenter afin de bien faire comprendre la relation que j’ai entretenue avec Jean-Paul Degache.

 

Je m’appelle Gilbert Risson, je suis retraité de l’enseignement. J’ai témoigné par écrit lors du procès de Privas et de vive voix à Nîmes. Durant ma carrière professionnelle, j’ai été Instituteur à l'Ecole de Félines à partir de 1968 et je n'ai cessé d'être, jusqu'à ma retraite en 1999, un adepte du sport scolaire USEP. J'en ai même été président départemental de 1996 à 1999. Pendant cette période j'ai fréquenté les enseignants de Sarras (M. Valla d'abord puis M. Degache après 1976) lors des rencontres sportives d'athlétisme d'automne que nous organisions régulièrement sur le stade de Sarras fin octobre. J'ai participé aussi avec Jean-Paul à des sorties ski de fond à Presles (26) et surtout à une classe découverte de 11 jours en Tunisie fin mars - début avril 1996.

 

Pendant toute cette période, je n'ai eu avec Jean-Paul Degache d'autre relation amicale, je ne connaissais sa famille que par ce qu'il m'en disait et je n'ai jamais été reçu chez lui pour un repas, rencontre amicale… Nos relations étaient donc strictement professionnelles et je n'ai connu ses deux enfants que lors du procès de Privas.

 

Alors pourquoi Jean-Paul Degache était-il selon moi un enseignant exemplaire ?

Parce que l'on sentait en participant à ses côtés à ces rencontres scolaires son professionnalisme, sa rigueur, ses méthodes éducatives. Il savait utiliser à merveille la pédagogie coopérative, qui laisse aux enfants leur part de responsabilité, leur ouvre le sens critique, leur apprend l’autonomie. Par exemple, il était un des rares enseignants à laisser ses élèves gérer seuls, tout en étant attentif, l'organisation de l'atelier USEP. Il y avait également une assemblée générale en début d'année durant laquelle les élèves élisaient leurs responsables puis ils rédigeaient des comptes-rendus pour l'USEP 07…

 

J'ai témoigné lors du procès et le redis clairement : "un enseignant pour qui l'ouverture d'esprit, le sens de responsabilisation de ses élèves étaient exercés ainsi, ne peut avoir commis en classe, devant tous les autres élèves, les actes qui lui sont reprochés, sans qu'aucun autre élève présent ne s'aperçoive de rien et ne témoigne contre lui de cela "

 

Et preuve en est aucun élève n'est venu témoigner de ces prétendus agissements…

Employait-il des méthodes autoritaires ? Non.

Interdisait-il à ses élèves de parler ? Non.

 

Je peux témoigner aussi de cela, ayant participé avec ma classe à la formidable classe de découverte que nous avons organisée en Tunisie en 1996.

 

Jean-Paul utilisait énormément dans sa pédagogie l'ouverture vers d'autres cultures, d'autres personnes. Et tout cela  avec l'accord et le contrôle de l'Inspection Académique de l'Ardèche. Il fut l'instigateur de sorties scolaires hors du commun emmenant ses élèves en Allemagne et même en Tunisie. Pour certains, ces sorties extraordinaires et très riches n'étaient pas à faire avec des enfants de 10-12 ans… Mais avec la préparation faite, cela se révéla toujours très enrichissant pour eux.

 

Gilbert Risson

Partie 2

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Thème Noodle -  Hébergé par Overblog