Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 07:43

Aujourd'hui, voici un article envoyé par Daniel Berthet qui s'occupe du blog des innocents dont nous vous conseillons vivement la lecture. Daniel nous donne un aperçu de ces multiples erreurs judiciaires dont très peu ont abouti sur des révisions de procès.

 

            Votre blog existe depuis le 1er septembre 2010. Je le lis régulièrement pour prendre des nouvelles de Jean Paul Degache. Je précise que je ne connaissais pas « l’affaire Degache » avant le premier procès de Privas mais grâce à Internet, j’ai lu les cris d’innocence de cet homme et j’ai suivi son deuxième combat. Il a été condamné pour la seconde fois par une Justice faite d’hommes et de femmes. Cette Justice est respectable, je n’en doute pas, mais cela ne signifie pas qu’elle est infaillible et les faits le démontrent.

            60 978 personnes étaient détenues au 1er janvier 2010. Un tiers, environ, le sont en détention provisoire, donc considérées comme présumées innocentes. Parmi elles, certaines bénéficient d’un non lieu ou sont acquittées lors de leur procès.

 Les dernières statistiques publiées par la commission de détention provisoire datent de janvier 2008. Sauf ignorance de ma part, il n’y a pas eu de publications en 2009 et en 2010, ce qui est, pour le moins, regrettable. Ces statistiques de 2008 indiquent qu’en 2006, 645 personnes ont sollicité une indemnisation pour détention injustifiée. Ce sont 645 innocents qui ont été injustement présumés coupables au point de les priver de liberté. Il s’agit, selon moi, d’une faillite de la Justice pour 645 victimes car les quelques euros attribués pour le préjudice ne peuvent réparer les traumatismes engendrés.

            Certaines bonnes consciences diront qu’il s’agit seulement de détention provisoire et que la Justice a su, à bon escient, reconnaître leur innocence et ne pas les condamner définitivement pour des infractions qu’elles n’avaient pas commises.

C’est vrai !

            Alors, venons-en aux décisions définitives de la Justice !

            Depuis l’affaire Jean Callas (1792), il y a eu 9 révisions de condamnations définitives en assises. 9 en 220 ans, c’est un nombre d’erreurs très faible diront encore ceux qui ne connaissent pas bien la procédure judiciaire ! C’est encore vrai mais c’est déjà 9 aveux d’erreurs judiciaires reconnues officiellement par l’Institution quand on sait que cette Institution met logiquement tout son poids dans la procédure pour éviter de se « déjuger ».

            Et, diront encore les bonnes consciences, la loi du 15 juin 2000 sur la présomption d’innocence a autorisé l’appel en cour d’assises. Ce fut un progrès incontestable ! Mais la Justice n’est pas devenue infaillible pour autant !

            L’observation des décisions judiciaires de l’année 2010 le démontre. Je citerai 4 personnes condamnées définitivement qui ont ou vont bénéficier d’un nouveau procès.

            Loïc Sécher, condamné en 2003 puis en appel en 2004, à 16 années de détention et 350 000 € d’indemnités et frais de justice par deux cours d’assises sur les seules accusations d’une jeune fille de 14 ans. Loïc Sécher a été remis en liberté, enfin, deux ans après les déclarations écrites de la jeune fille auprès des autorités judiciaires pour affirmer que cet homme ne l’avait jamais agressée.

            Marc Machin, condamné à 18 ans de détention par deux cours d’assises en 2004 et 2005 pour le meurtre d’une femme. Marc Machin a été remis en liberté en 2009 après les aveux spontanés d’un autre homme se déclarant coupable du meurtre et pour lequel la Justice a retrouvé des traces de son ADN sur les vêtements de la victime.

            Vamara Kamagaté, condamné à 18 mois de détention par le tribunal correctionnel pour attouchement sur une jeune fille. Il a été remis en liberté et innocenté définitivement après les déclarations de la jeune fille affirmant devant les autorités judiciaires quelle avait tout inventé.

            Dany Leprince, condamné à perpétuité pour un quadruple meurtre en 1994. Il a été remis en liberté en juillet 2010 après la relance de l’enquête.

 

            Non, réellement, la Justice n’est pas infaillible et a un devoir d’humilité devant les vies  d’innocents qu’elle a pu briser.

 

            Je ne sais pas combien d’innocents sont actuellement derrière les barreaux, définitivement condamnés pour des faits qu’ils n’ont pas commis mais je sais seulement qu’il y en a !

Je sais aussi que la souffrance  pour supporter les conditions d’enfermement est mille fois plus dure pour un innocent que pour un coupable !

Alors, lorsqu’un condamné réussit à dépasser cette souffrance et à crier son innocence au-delà des barreaux pour tenter de se faire entendre, j’essaie de l’écouter humblement et d’espérer avec lui qu’un jour, peut-être…

 

Daniel Berthet    - Blog des innocents injustement accusés -

 

Daniel Berthet et son fils Karim ont déjà écrit un ouvrage Il faut sauver le Saint Esprit  dont Jean-Paul avait fait le commentaire il y a quelques semaines. Ces mêmes auteurs publient un second roman Justice aux poings qui sortira en décembre 2010. Pour ces deux romans, les auteurs s'engagent à reverser une partie du prix de vente,10 euros pour le premier roman et 6 euros pour le second, au Comité de Soutien à Jean-Paul Degache. Vous n'avez qu'à préciser sur le bon de commande "Soutien à JP Degache". Alors n'hésitez pas à commander ces romans de qualité.

 

Encore merci à Daniel et aux lecteurs toujours plus nombreux du blog.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Messages d'humeur
commenter cet article

commentaires