Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 06:29

Que pense Jean-Paul Degache de la suite de son affaire ? On sait qu’il a été condamné une première fois en 2007, puis en appel en 2010. Dès son emprisonnement à la Maison d’arrêt de Nîmes, Jean-Paul a effectué un pourvoi en cassation.

 

Persuadé de son innocence, Jean-Paul Degache a choisi de prendre le risque d’un troisième procès. Il en parle à l’un de ses amis dans une récente lettre :

 

« Maintenant, je me demande comment je faisais à Nîmes… Ma famille, malgré l’éloignement, continue à assurer les trois visites possibles chaque semaine, grâce au pourvoi en cassation. Sinon, ce serait une seule.

                                                     

Ce pourvoi, je l’ai signé et maintenu parce que je ne pouvais plus faire que ça pour clamer encore mon INNOCENCE. Pourtant, je n’en attends rien parce que je sais qu’un troisième procès donnerait le même résultat que les deux premiers et peut-être pire.

 

J’ai compris que dans l’état actuel de l’institution judiciaire, il faudrait que la principale accusatrice reconnaisse enfin qu’elle a menti et qu’elle explique pourquoi. Cela arrivera peut-être un jour, mais quand ? Le pire, c’est que je ne peux pas lui en vouloir, en faisant cela, elle deviendrait réellement LA personne qui a sauvé ma vie et m’a rendu mon honneur…

 

En attendant, ma famille a relancé le blog (http://soutien.jean-paul.degache.over-blog.com) afin de lutter contre cet oubli qui s’installe peu à peu… »

 

Tout d’abord, merci à cet ami de Jean-Paul qui a gentiment accepté de nous transmettre ce courrier, nous vous invitons à en faire autant quand le contenu vous semble intéressant.

 

Qu’apprend-on ? D’abord que Jean-Paul Degache est toujours combatif. Il a choisi la solution difficile et risquée de la cassation. Cette solution peut tout à fait le conduire en prison pour 20 années (puisque c’est le maximum qu’il encourt) mais elle laisse la possibilité à l’accusatrice principale de faire éventuellement amende honorable, il précise même qu’il est prêt à pardonner et à comprendre que l’effet d’entraînement à fini par avoir des conséquences dramatiques qui ont échappé aux auteurs des accusations.

 

Nous apprenons ensuite qu’il est bien conscient que l’institution judiciaire, composée de représentants du peuple tirés au sort, ne peut pas l’acquitter, ou alors par miracle. Il est quand même prêt à prendre le risque, même si le procès devait se tenir à une date proche de sa libération. Il ne souhaite que connaître la vérité, comprendre comment on a pu en arriver là.

 

On comprend aussi que le fait qu’il ne soit pas condamné définitivement permet – et c’est extrêmement important pour son équilibre affectif et psychologique – à sa famille de le voir plus souvent, trois fois par semaines au lieu d’une fois.

 

Jean-Paul Degache souffre, mais il veut sortir de cet enfer la tête haute, il nous invite à poursuivre le combat pour son INNOCENCE, il invite les accusatrices au repentir, sans haine ni rancune.

 

En relisant ses mots, nous nous devons de continuer… et de Ne Jamais Lâcher.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans La vie en prison
commenter cet article

commentaires