Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 00:01

Ce dimanche 26 décembre 2010, nous vous proposons une chronique parue dans le Réveil du Vivarais du 16 décembre écrite dans notre chère langue occitane accompagnée de sa traduction. Nous remercions vivement l’auteur de cet article pour nous avoir autorisés à le publier et pour son inconditionnel soutien.

 

 

Vilanòva de Magalona

 

Qu’es una petita vila dau Lengadòc, pròche dès Montpelhièr e pròche de la mar. Magalona tant genti nom e que sona ben en lenga nòstra es una illa e poirio vos contar la legenda de la bèla Magalona que viviá au Moiens atge...mas qu’es pas lo moment. Dins aquela vilòta de quasi 10 000 abitants, quant n’i a, sus los detz milas, que son de la granda preson de la vila, una maison d’arrèst coma dison ? Quand veio una presons totjorn penso d’assurat a tots los maleiros qu’an marchat de travers, gauchat la reiá, per arrivar aquí dedins onte paian lhurs fautas, mas me diso mai que i a totjorn, dins totas las presons, d’einocents, condamnats a tòrt e aquò es tarrible. E a Vilanòva n’i a un, que coneisso, completament einocent per mi...

Qu’es pas encara çò que volio vos racontar, mas n’ai talament gròs sus lo còr !

Dins aquela vila los elegits de la comuna an deicidat d’afichar la lenga dau païs e per aquò botar de panèus qu’indican en occitan lo nom de la vila e, coma aquò se fait, n’an botat a l’intraa e a la sortiá de la vila. Se tròva qu’aquò plai pas a un grop que s’apèla : « Movament Republican de Salut Public «  (non, ai ren inventat !). An escrit doncas au maira per li demandar de levar aqueles panèus. Coma i aviá pas de rason de le faire seguèt pas fait. Portèran doncas las veiaas au tribunau administratiu de Montpelhièr. Aquò se passava au mes d’òst de 2009 e la responsa a pas tarjat, per un còp la justiça faguèt vite, qu’es lo 12 d’octòbre de 2010 que tombèt per la comuna l’obligacion de levar los panèus dins los dos mes. Dos mes an passat e diumenja passaa qu’èra lo 12 de decembre, per marcar la fin dau dos mes an manifestat dins la vila de Vilanòva, quasi mila personas que son venguas sostenir los elegits de la vila que d’assurat en fait appel de la decision. La pròva es faita un còp de mai qu’avèm veraiment besonh d’un quadre legau per nòstras lengas regionalas. De deputats se’n ocupan, mas si capitaran ?

                                                                                                          Lo Revessin

 

Villeneuve-lès-Maguelone

 

C’est une petite ville languedocienne, proche de Montpellier et de la mer. Maguelone est une île, un nom qui, prononcé à l’occitane, sonne bien, et je pourrais vous conter la légende de la belle Maguelone qui vivait au moyen-âge... mais ce n’est pas le moment. Cette petite ville compte presque 10 000 habitants mais combien y en a-t-il sur ces dix mille qui appartiennent à la grande prison de la ville, une maison d’arrêt comme on dit ? Quand je vois une prison je pense toujours à ces malheureux qui ont fait un pas de travers, gauché la raie, pour aboutir là, où ils payent leurs fautes. Mais je me dis aussi qu’il y a toujours, dans toutes les prisons, des innocents condamnés à tort et ça c’est terrible. Et à Villeneuve il y en a un, je le connais, il est, pour moi, complètement innocent... Ce n’est pas encore ce que je voulais vous raconter, mais j’en ai tellement gros sur le cœur !

Dans cette ville les élus communaux ont décidé d’afficher la langue du pays et pour ce faire ont, comme ailleurs, placé des panneaux en occitan à l’entrée et à la sortie de la ville. Il se trouve que cela déplait à un « Mouvement Républicain de Salut Public » (je n’invente rien !). Ils ont donc écrit au maire pour lui demander d’enlever ces panneaux et comme il n’avait aucune raison de le faire, la réponse fut négative. L’affaire fut portée devant le tribunal administratif de Montpellier. Ceci se passait au mois d’août 2009, la réponse ne tarda pas car pour une fois la justice fut rapide, c’est le 12 octobre 2010 que tomba pour la commune l’obligation d’enlever les panneaux dans un délai de deux mois. Les deux mois ont passé et dimanche dernier le 12 décembre, près de mille personnes ont manifesté pour soutenir les élus de la ville qui bien sûr ont fait appel de cette décision. La preuve est faite, une fois de plus, que nous avons vraiment besoin d’un cadre légal pour nos langues régionales. Quelques députés s’en occupent, mais réussiront-ils ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Messages d'humeur
commenter cet article

commentaires