Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 23:01

Dormir à terre et autres nouvelles de José Revueltas

chez Les fondeurs de briques, 2008, 208 pages

 

9782916749075Tranches de vie, histoires courtes, petits plaisirs que l’on peut s’offrir sans traîner, les nouvelles peuvent intéresser tous les types de lecteurs et sont un excellent moyen d’entrer en littérature pour ceux que la longueur d’un roman effraie. En découvrant cet ouvrage de José Revueltas (1914 – 1976), on plonge dans un livre dépaysant à souhait, un livre écrit par quelqu’un qui a toujours refusé de se soumettre, envoyé au bagne parce qu’il était communiste puis exclu parce qu’il n’était pas dans la ligne officielle.

 

Avec Dormir à terre, on découvre douze autres nouvelles dans ce livre traduit de l’espagnol par Philippe Chéron. Un port, des prostituées dont l’une d’elles, la Chunca, a un enfant de sept ans, et le lecteur est tout de suite placé auprès du quotidien de ces gens simples. Sur un bateau, le Triton, le quartier-maître Galindo refuse d’embarquer l’enfant que la Chunca veut lui confier pour qu’il l’emmène jusqu’à Veracruz. Les souvenirs remontent puis la tempête arrive, terrible, et c’est la surprise finale.

 

C’est bien écrit avec des descriptions précises et beaucoup de nostalgie. José Revueltas parle aussi des Indiens, comme dans une autre nouvelle, Barra de Navidad : les Indiens restent muets, plongés dans leurs pensées, bien qu’il soit possible qu’ils ne pensent à rien. Ils donnent toujours l’impression d’avoir perdu quelque chose de fondamental, qui leur appartenait de plein droit et qu’ils ne récupèreront jamais . »

 

Les nouvelles s’enchaînent : Dieu sur la terre, terrible, dramatique, avec cette violence omniprésente au Mexique, Quelles ténèbres, du sang de la douleur, L’abîme, l’angoisse, la peur, Le langage de personne avec une épidémie de typhus et Carmelo qui veut louer un malheureux lopin de terre à Doña Aquilina qui refuse puis…, le mot sacré, etc… Tirées de trois recueils différents, ces treize nouvelles ont été écrites par José Revueltas entre 1941 et 1971 pour la plus récente, Hegel et moi. L’avantage d’un recueil de nouvelles, c’est que l’on peut papillonner au gré de ses fantaisies à l’intérieur d’un même livre. Alors, ne vous en privez pas !

 

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires