Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 11:14

Macadam Bazar, Na Mbeni La, Label Du son ki avoine, 2010 

 

Mathilde et les étudiants du GENEPI (Groupement étudiant national d’enseignement aux personnes incarcérées) avaient réussi la prouesse d’inviter  Macadam Bazar à se produire dans la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-maguelone, le 2 mai 2011. Hélas, peu de monde avait eu la curiosité de profiter de ce superbe concert. Comme je l’ai remarqué pour chaque activité culturelle, il faut presque faire du démarchage individuel pour pousser les gens à s’inscrire et bénéficier de ces moments uniques dans une vie où la grisaille domine.

 

Un concert étant trop vite passé, j’avais demandé à pouvoir écouter le CD de ce groupe dynamique au possible. Après de longs mois d’attente, je peux enfin profiter à nouveau de ce groupe issu des Bouches-du-Rhône, de Saint-Chamas, près de l’étang de Berre.

Tout de suite, j’ai retrouvé des échos, une parenté avec ce que produisent des groupes qui nous enchantent depuis des années : Les Ogres de Barback ou Les Hurlements de Léo, entre autres. Je crois d’ailleurs, qu’ils ont assuré la première partie des Ogres. Ils peuvent être complètement déjantés puis redevenir pleins de douceur mais ce qu’ils disent a toujours un sens.

 

 

Cédric, Martin, Julian, Pablo, Milka et Jan m’ont rappelé parfois des airs entendus dans les films d’Émir Kusturica, avec des cuivres superbes (Vodka, Talk Jak) mais peuvent aussi puiser leur inspiration en Afrique (Na Mbeni La, Les Oiseaux). Macadam Bazar est la chanson fondatrice du groupe qui prend vraiment beaucoup de plaisir à jouer et à chanter ensemble. Aimant le contraste, ils peuvent passer d’un seul coup du délire musical le plus complet à la ballade la plus douce comme La fin du balavec son terrible refrain.

Pourquoi ? Je voudrais savoir pourquoi, pourquoi ?

Elle vient trop tôt la fin du bal

C’est les oiseaux, jamais les balles

Qu’on arrête…en plein vol.

T’as perdu ta gratte, ta femme et puis ton chien

Comme on perd ses clefs de bagnole et t’en riras pas demain.

 

Ça serait bien est une superbe chanson comme La larme à l’œil, morceaux réalistes, manifestant, protestant, sans oublier d’être festifs :

Si on allait danser

Au lieu de se flinguer au nom du progrès.

Liberté de prison parle de l’échec d’une révolution parce que la liberté d’expression est muselée. Bon voyage est un bel hommage aux tziganes, aux gitans, aux manouches, à tous les gens du voyage…Kaj sasto te aves. Latcho drom.

Enfin, Maréchal est un monument mais toute ressemblance avec un certain pays serait totalement fortuite…

 

Comme toujours, les chansons de Macadam Bazar s’écoutent encore et encore et l’immense plaisir d’une musique vivante se conjugue toujours avec des paroles ne laissant jamais indifférent. Le groupe devrait sortir prochainement un nouvel album et c’est avec beaucoup de curiosité que nous attendons cet évènement en espérant les voir à nouveau sur scène…dans un autre cadre.  

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires