Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 23:00

Le terroriste noir par Tierno Monénembo, Éditions du Seuil, 2012, 224 pages

 

le-terroriste-noir.jpeg

 

Voilà une histoire qui méritait d’être racontée, celle d’Addi Bâ, jeune Guinéen qui réussit à mettre en place la Résistance dans les Vosges. Son compatriote, l’écrivain Tierno Monénembo surprend par la façon employée pour nous faire vivre une épopée rendant hommage aux Africains venus défendre notre pays et si injustement méprisés ou ignorés.

 

Dans le village de Romaincourt, au cœur des Vosges, on n’avait jamais vu un « Nègre » avant ce jour de 1940 où un homme blessé, en uniforme de l’armée française, est découvert près d’un bois. Les gens se disputent, hésitent mais lui portent secours et le nourrissent malgré les risques, la peur des Boches. On l’appelait « le nègre » quand il n’était pas là et on disait « Monsieur » en face de lui. C’est Germaine, une fille qui avait 17 ans à l’époque, qui raconte cette histoire tellement humaine et dramatique à la fois. 

 

 

Addi Bâ était-il un héros ? Non. Il était « l’ami ou le père que tout le monde ou presque aurait voulu avoir. » Rapidement, le lecteur est surpris de rencontrer des mots inconnus qui fleurissent tout au long du récit. L’auteur semble bien maîtriser le patois vosgien et nous régale de cheûlards, de pâquis, de Mâmiche et Pâpiche, nonon, bâbette, affûtiaux, etc… Il y a aussi des expressions comme « une aouatte de chicorée », « la chaouée du matin », « il faisait le nâreux », etc… rendant bien l’ambiance du pays où les rivalités familiales sont tellement vivaces qu’elles peuvent conduire à la catastrophe.

 

Dans ces Vosges qui l’ont adopté, Addi Bâ recrute, organise, transmet les messages, s’appuyant sur les jeunes des Chantiers de jeunesse et surtout du STO, ce travail obligatoire au profit de l’occupant. Au fil des pages, nous découvrons aussi le rôle méconnu joué par la mosquée de Paris dans la Résistance et pour sauver de nombreux juifs. Hélas, tout n’est pas parfait car il y a les lettres de dénonciation et les jalousies inévitables. Addi Bâ bouge beaucoup et se fait une réputation de Don Juan. Les Allemands qui le recherchent activement, l’ont baptisé « Der Schwarzee Terrorist ! », le Terroriste noir.

 

Une phrase résume bien toute la valeur de cet homme : « Quand les Allemands l’ont fusillé, nous n’avions pas perdu un nègre des colonies tombé ici en s’échappant des bois mais un frère, un cousin, un élément essentiel du clan, un même sang que nous. »

 

Nous apprenons enfin comment Addi Bâ est venu en France et une phrase de cet auteur guinéen nous a bien fait sourire. À propos du destin et des hasards de la vie, il écrit : « Une pomme tombe en Ardèche et c’est le tsunami au Pérou ! »

 

Le terroriste noir est un livre étonnant, bien écrit par un auteur qui n’hésite pas à sortir des modes conventionnels du récit, n’oubliant pas de détailler les recherches longues et difficiles pour retrouver la famille d’Addi Bâ.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

yvette 19/04/2013 22:40


En ce qui concerne le rôle de la mosquée de Paris dans la résistance, le sujet a été traité au cinéma dans le film "Les hommes libres" (sorti en 2011) d'Ismaël FERROUKI un cinéaste originaire de
Crest que j'ai connu quand il était ado.Michel Lonsdale dans le rôle du recteur de la mosquée de Paris et Tahar Rahim dans le rôle principal.

Stéphane 19/04/2013 14:55


Vu l'auteur à la grande librairie sur France5 ... la chronique de Jean-Paul me fait encore plus envie de le lire. Bravo