Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 16:41

Inconnu à cette adresse par Kressmann Taylor,  Editions Autrement, 64 p.


couv10703321.gif.jpgComment est-il possible, en à peine soixante pages et quelques lettres échangées entre San Francisco et Munich, comment est-il possible de faire ressentir tout un drame, sûrement le plus terrible qu’ait eu à subir l’Humanité ?

 

Kressmann Taylor, déjà mère de trois enfants à l’époque, a publié ce texte, pour la première fois, dans Story Magazine, en 1938.

 

Avec une simplicité et une efficacité désarmantes, l’auteure fait correspondre deux hommes, Martin Schulse, un Allemand vivant à Munich, et son ami très cher, Max Eisenstein, un Juif américain, qui habite à San Francisco, en Californie. Tous les deux, ils sont marchands de tableaux. Martin s’inquiète beaucoup pour sa sœur, Griselle, qui vit à Vienne et demande à son ami, Max, de bien vouloir prendre de ses nouvelles car elle est artiste et doit aller se produire sur scène, à Berlin…

 

Par touches successives, le lecteur prend conscience de la situation économique, sociale et politique de l’Allemagne qui se relève péniblement de la défaite de 1918. Une question de Max à Martin interpelle : « Qui est cet Hitler ? » et la réponse encore plus : « Hitler est bon pour l’Allemagne… tant pis pour les bavures… »

 

Consterné, Max lit, dans une lettre de Martin, datée du 9 juillet 1933 : « La race juive est une plaie ouverte pour toute nation qui lui a donné refuge », et, un peu plus loin : « Vous n’êtes pas courageux pour vous battre ». Pour Martin, le choc est terrible mais, malgré tout, il tente d’entretenir l’amitié alors que la descente aux enfers est infernale.

 

Martin, le 12 février 1934, écrit depuis Munich : « Tu es en train de me détruire », parle de folie, de camps de concentration, du risque d’être fusillé alors qu’il a tout fait pour plaire à la dictature nazie…

 

Inconnu à cette adresse, petit livre d’une force extraordinaire, m’avait été prêté par la Médiathèque de Villeneuve-lès-Maguelone que je remercie.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires