Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 09:43

Par le feu de Tahar Ben Jelloun chez Gallimard, juin 2011, 49 pages.

 

Comment oublier l’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi, le 17 décembre 2010, à Sidi Bouzid (timbre à son effigie ci-dessous) ? Cet événement terrible restera dans l’histoire comme l’acte fondateur de la révolution tunisienne et même des révolutions arabes.images-copie-1

 

Tous les échos que nous avons pu en avoir sont souvent partiaux.. l’actualité bousculant jour après jour les informations de la veille, il faut lire le récit de Tahar Ben Jelloun, un petit livre d’une cinquantaine de pages remarquablement écrit. Ce récit prend le lecteur du premier au dernier mot, l’immergeant au plus près de la vie quotidienne d’un jeune homme, titulaire d’une licence d’histoire et au chômage. Mohamed Bouazizi qui a une famille unie, veut travailler pour s’en sortir mais, de vexations en brimades, il plonge dans le désespoir le plus profond malgré l’amour qu’il partage avec Zineb. Un engrenage fatal fera de lui à la fois une victime et un symbole.

 

Prix Goncourt avec La nuit sacrée, en 1987, Tahar Ben Jelloun possède un talent unique pour nous faire partager le quotidien de cette lutte essentielle que mènent les hommes pour la liberté et la dignité.

 

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires