Chronique littéraire, Sylvie Massart et Florence Archimbaud

  • Les amis et proches de Jean-Paul Degache
  • Chroniques

Détours du monde, Souvenirs de cinq années à vélo

par Sylvie Massart et Florence Archimbaud

Éditions Tabi, 279 pages.

 

Le 12 février 2011, Marisette et Bernard ont rencontré Sylvie Massart et Florence Archimbaud à l’occasion d’une expo photos et d’une conférence organisées par la médiathèque de Mâcon. Afin de me faire partager leur aventure exceptionnelle, ils m’ont offert le livre qui raconte leur périple autour du monde ; 5 ans passés à vélo, 67000 km et 50 pays traversés.

Hélas, ces chiffres sont bien peu de choses à côté de l’aventure humaine unique vécue par ces deux femmes. Chacune d’elles, sur son VTT bien ordinaire, a fait preuve d’un courage et d’une volonté hors du commun. Je suis persuadé que, dans ce livre que je viens de lire avec beaucoup de plaisir, il n’y a pas le millième de tout ce qu’elles ont vécu et ressenti.

Elles s’étaient rencontrées parce qu’elles pratiquaient le karaté. Bien que n’ayant pas d’expérience cycliste, le choix de leur moyen de locomotion est vite fait : « le vélo, dévoreur d’efforts et d’énergie humaine s’imposa malgré notre inexpérience en la matière ».

Leur vélo qui pèse déjà une quinzaine de kilos, est chargé de 15 à 20 kg de bagages. Florence décide : « l’entraînement viendra au fur et à mesure… pas avant, pour ne pas nous dégoûter… ».

 

Le 25 mars 2000, elles partent de Dijon pour trois ans… au moins.

«  Pas d’exploit, ni de performance, aucun chronomètre, aucun record à battre… Point de projet pédagogique, d’enquête ou de collection, aucune mission, aucune banderole… ».Toute la philosophie de nos deux aventurières est là et c’est ce qui rend leur aventure encore plus belle.

Sylvie raconte le déroulement du voyage en alternance avec la chronique de Florence qui a baptisé son vélo « Livingston » alors que Sylvie appelle plus prosaïquement le sien « Ernest ». Elles roulent, campent, affrontent tous les aléas de la route pour gagner d’abord les pays scandinaves via l’Allemagne, la République Tchèque, la Pologne et les pays Baltes. Elles redescendent ensuite plein sud, passant par la France et l’Espagne pour traverser au Maroc. Elles parcourent les pays de l’Afrique de l’ouest jusqu’au Ghana avant de traverser l’Atlantique. Du Vénézuela à l’extrémité sud du continent, elles doivent franchir des cols à plus de 4000 m et lutter contre le vent qu’elles appellent « Dudule » pour tenter de l’apprivoiser.

Après la Nouvelle-Zélande et l’Australie où elles travaillent à l’emballage des fruits, ce sera l’Asie par Bali et Java puis le Japon. Elles découvrent qu’ au pays de Shimano, elles ne trouvent que des moulinets de canne à pêche, l’autre fabrication emblématique de la marque.

 

Avec une patience infinie, elles parviennent à déjouer tous les pièges de l’itinérance, réussissant un parcours asiatique incroyable et très complet. Lorsqu’elles sont sur la route du retour par la Turquie, la Grèce…pour arriver en France par la Suisse, le doute les assaille mais tout ce qu’elles ont vécu au contact de la nature, aucune autre expérience n’aurait pu le leur donner.

 

Jean-Paul

 

Merci beaucoup à Marisette et Bernard pour m’avoir offert ce livre et merci aussi à Florence (« un peu de rêve et d’évasion à travers notre récit ») et à Sylvie (… « que cette lecture vous apporte de bons moments et du courage »  pour leurs précieuses dédicaces.  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Thème Noodle -  Hébergé par Overblog