Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 09:19

On m’a demandé de vous virer de Stéphane Guillon aux Editions Stock, novembre 2010.

 

 

Comme pour Didier Porte, lire le texte des chroniques de Stéphane Guillon est un véritable régal. Ce livre permet de suivre l’actualité à partir du 31 août 2009 jusqu’au 23 juin 2010.

Avec la complicité de Muriel Cousin, sa compagne, Stéphane Guillon nous fait revivre tous les aléas de la vie politique essentiellement nationale en nous gratifiant de remarques toujours pertinentes. Tout en lisant ces textes, l’on sourit souvent et l’on est pris fréquemment de l’envie de les dire à haute voix et de les faire partager à quelqu’un d’autre.

Personnellement, j’avais entendu la majorité de ces chroniques matinales de France Inter… jusqu’au 22 mars 20101… Les suivantes, je les ai découvertes avec beaucoup de plaisir et j’ai pu recouper ce que je lisais avec ce que j’ai lu et entendu au cours du mois de juin lors des émissions télévisées que je suivais et qui étaient ma seule source d’information, avec les journaux et magasines apportés par ma famille lors de ses visites.

De nombreuses fois, Stéphane Guillon a fait allusion à son licenciement hypothétique. Le 15 mars 2010, il écrit : « Trois minutes, pas plus, il ne faut pas que je traîne… Oui… j’ai des échos comme quoi, en septembre, il faudra que je réduise encore plus ma chronique : Zéro minute, tu fais un truc très court, très efficace… de chez toi ! Tu ne vas pas venir pour zéro minute ! »

Le 23 mars 2010, il parle du métier d’humoriste : «Humoriste, ça devient de plus en plus compliqué. Il faut faire attention à tout, peser chaque mot… Si ça continue, c’est un métier qui va disparaître… comme maréchal-ferrant, il n’y en aura plus ! » Avec beaucoup de talent, il ramène les situations politiques les plus compliquées sur le même plan que certaines séquences familiales les plus ordinaires et c’est surtout très juste. Le 7 juin 2010, il cite Beaumarchais : « Nous nous empressons de rire de tout, de peur d’être obligés d’en pleurer ! »

Nous ne pouvons que regretter l’absence de Stéphane Guillon sur les antennes de France Inter comme nous avons déploré celle de Didier Porte. Renvoyé à la fin du 7h – 9h, ce moment  d’humour a déjà vu se succéder plusieurs titulaires depuis septembre. Malgré le talent de ceux qui s’y collent, rien n’interdit d’espérer des jours meilleurs sur la radio publique… peut-être à partir de 2012 ?

 

Jean-Paul

Merci à Ghislaine qui m’a permis de me régaler avec les textes de Stéphane Guillon,

dès la parution de son livre.

 

1: Le lundi 22 mars 2010 correspond à la date du début du procès en appel qui s'est déroulé à Nîmes.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Charlotte 19/12/2010 23:37



Justement, je vais offrir à une amie "On m'a demandé de vous calmer" et je n'arrête pas de le lire (à haute voix) en attendant Noël. Il est tellement juste dans ses propos. Les humoristes sont là
pour alléger ce qui est pesant. Depuis Louis XIV, les talentueux humoristes ont un droit de parole pas toujours apprécié du pouvoir mais qu'importe. Là, le droit est bafoué. Grand espoir pour
2012...