Chronique littéraire - Edward St Aubin

  • Les amis et proches de Jean-Paul Degache
  • Chroniques

Sans voix  par Edward St Aubyn,

Traduit de l’anglais par Jacqueline Odin,

Christian Bourgois éditeur, 2014, 217 p.

 

Auteur britansans-voix.jpgnique sachant manier l’humour, Edward St Aubyn s’attaque ici au grotesque ou au charme désuet, comme on veut, des prix littéraires. Bien sûr, tout cela se passe de l’autre côté de la Manche et ne nous concerne guère… quoique…

 

Ici, il s’agit de décerner le prix Elysian, du nom d’une firme agrochimique faisant bien penser à un géant des pesticides dont Marie-Monique Robin a démontré tout le mal qu’il cause à la planète. Sir David Hampshire demande à Malcolm Craig de présider le comité dont il a déjà choisi les membres. On y trouve Jo Cross, « une garce condescendante », Vanessa Shaw, universitaire d’Oxford, Penny Feathers, ancienne maîtresse d’Hampshire, et Tobias Benedict, filleul du même Sir David…

 

Tour à tour, l’auteur nous présente les membres du jury avec beaucoup d’humour mais ne cache pas toutes les interférences existant forcément dans ce petit monde. Nous savons tout : que la fille de Vanessa est anorexique, qu’Alan Oaks, éditeur, couche avec Katherine Burns qui, elle-même, auteure à succès a bien d’autres amants mais que son livre n’a pas été sélectionné.

 

Chaque membre du jury a choisi de défendre un livre différent mais le président compte bien imposer son choix en tentant de s’allier les voix de Penny et de Tobias. Tout se complique avec l’arrivée de Sonny qui fut Maharaja de Badanpur, en Inde et qui est l’auteur d’un roman à succès : L’éléphant de Mulberry

 

L’auteur ou plutôt sa traductrice utilise le mot peu utilisé et pourtant judicieusement formé : un tapuscrit, pour désigner les textes remis par les écrivains aux éditeurs. À plusieurs reprises, Edward St Aubyn se moque des logiciels facilitant l’écriture et n’hésite pas à citer des extraits très amusants des livres en lice pour le fameux prix.

 

Dans ce véritable jeu de quilles, la tante du Maharaja, Tantine, risque bien de jouer les trouble-fête avec La cuisine du palais que certains qualifient de roman mais que Vanessa traite de simple livre de cuisine ! Didier Leroux, un Français, joue aussi son rôle dans une remise du prix Elysian complètement rocambolesque : « Les invités allaient fourmiller dans le Salon officiel, buvant du champagne, regardant les portraits royaux, examinant le plan de table posé sur un chevalet non loin  de la porte. »

 

Nous laisserons la conclusion à Katherine et à Sam… sur l’oreiller :

« J’en ai marre des prix, dit-elle.

-          Comparaison, compétition, envie et souci, dit Sam.

-          Faisons juste l’amour et soyons heureux.

-          Vaste programme, dit Sam, comme de Gaulle a répondu au perturbateur qui avait crié : « Mort aux cons ! » »

 

Merci à Jean-Pierre et Mireille S. pour m’avoir offert ce livre un peu dérangeant et très drôle.

Jean-Paul

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Thème Noodle -  Hébergé par Overblog