Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 20:11

Les derniers grizzlys par Rick Bass aux Éditions Gallmeister, 2010, 257 pages.

 

20279.jpgLire Rick Bass, c’est prendre un grand bain de nature mais c’est aussi recevoir un choc salutaire permettant de prendre conscience des dégâts irréversibles causés par l’homme au milieu naturel.

 

Après une longue mise en situation, l’auteur détaillant tous les problèmes posés par l’expédition, nous arrivons enfin dans le vif du sujet : la recherche des derniers grizzlys du Colorado, s’il y en a encore… Rick Bass nous entraîne dans les San Juan, une chaîne des Montagnes Rocheuses, au sud du Colorado, où les plus hauts sommets culminent à plus de 4 000 m. Gérard Meudal qui a traduit ce livre, ayant fait le choix de conserver les unités de mesure américaines (mile, yard, pied, pouce, acre), c’est un peu gênant pour la lecture.

 

Si les ours noirs sont encore nombreux dans ces montagnes, la rumeur fait croire que le grizzly, ours brun emblématique des Montagnes Rocheuses, a disparu. L’auteur et ses compagnons sont persuadés de la présence de l’animal mais il faut le prouver. Pour cela, le moindre indice peut être utile, que ce soit des crottes, des poils ou des empreintes. L’expédition est harassante et dangereuse parfois. Enfin, une empreinte de 22 cm prouve la présence du grizzly mais c’est la fin de la première recherche.

 

Dans la seconde partie du livre, Rick Bass devient de plus en plus précis, expliquant le but recherché : réussir à délimiter de vastes territoires de nature vierge en les reliant entre eux afin de permettre à la vie sauvage de continuer à exister. Cette fois, ils sont six dont un cameraman, à effectuer une nouvelle expédition lancée parce qu’une famille de grizzlys aurait été vue. C’est dans la troisième expédition que l’épisode le plus palpitant maintient le lecteur en haleine. Les grizzlys sont bien là mais aussi les déchets abandonnés là, dans un milieu exceptionnel souillé par la négligence et la bêtise humaine. L’urgence absolue, c’est d’apprendre à l’homme à coexister avec les autres occupants de la Terre.

 

Lors du Printemps du Livre de Grenoble, du 2 mars au 1er avril 2012, Maëlle a eu l’heureuse idée de faire dédicacer ce livre par l’auteur qui a noté : « For Jean-Paul, with all fine wisches ! » Un immense merci à Maëlle pour cette découverte passionnante d’un milieu exceptionnel à préserver absolument.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires