Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 11:17

Les Onze par Pierre Michon (Éditions Folio – Gallimard), 2011, 144 pages

Grand Prix du roman de l’Académie française 2009.


Pierre-Michon-Les-onze.gifÉcartons tout de suite tout risque de confusion ou de mauvaise piste. Pierre Michon, reconnu comme un de nos meilleurs auteurs contemporains, ne traite pas ici d’un sport collectif bien connu mais d’un fameux tableau signé François-Élie Corentin et représentant le Comité de salut public qui, en 1794, instaura le gouvernement révolutionnaire de l’an II, ce qui entraîna la Terreur.

 

D’emblée, le lecteur est saisi par la qualité de l’écriture et par le style de l’auteur. Avec des phrases riches, denses, longues, Pierre Michon nous emmène à Combleux, en 1730, près d’Orléans pour que nous fassions connaissance avec la famille de François-Élie Corentin qu’il nomme à plusieurs reprises comme le Tiepolo de la Terreur(1). Il parle beaucoup de ces maçons limousins qui ont construit les levées de chaque côté de la Loire. Arrive enfin Anacréon, ce poète lyrique grec du Vème siècle avant J.C. et qui semble avoir beaucoup marqué l’auteur. En effet, Pierre Michon use et abuse de l’adjectif anacréontique décrivant une poésie célébrant l’amour et la bonne chère.

 

Régulièrement, l’auteur revient à cet impressionnant tableau de 4,30 mètres sur 3, exposé au Louvre, où figurent entre autres, Carnot, Robespierre, Saint-Just, Collot. Revient aussi l’enfance passée entre deux femmes, sa mère et sa sœur à l’amour dévorant. Il décrit bien la situation politique du moment, parle du récit que fait Jules Michelet de ces Onze. Le grand historien a vu dans ce tableau une cène laïque. Quant à Pierre Michon, il offre au lecteur une description détaillée, pleine de sensibilité de la période révolutionnaire.

 

Ce livre est écrit avec un style puissant, étonnant, unique, original, au vocabulaire riche et souvent très recherché, une véritable œuvre littéraire.

Jean-Paul

 

(1)    Tiepolo (1696-1770) : peintre et graveur, dernier des grands décorateurs baroques italiens.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires