Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 18:42

Anquetil tout seul par Paul Fournel, Éditions du Seuil, 2012, 148 pages

 

Une fois de plus, Paul Fournel laisse parler sa passion pour le sport cycliste et c’est un véritable bonheur de lire de telles pages sous l’excellente plume d’un aussi bon écrivain.

 

Comme le titre et la photo de couverture l’indiquent, c’est à Jacques Anquetil que se consacre l’auteur. Ce grand champion « fait pour rouler seul » fut son modèle et son contraire. Comme tous les cyclistes débutants, le jeune Paul Fournel s’identifie au champion mais il fait parler aussi Anquetil : «  J’ai mal, la nuque, les épaules, les reins et puis l’enfer des fesses et des cuisses. Il faut résister à la brûlure… si je souffre tant, il n’est pas possible que les autres tiennent le coup. » Dans le contre la montre entre Bourgoin et Lyon (62 km), Anquetil rattrape Poulidor, son éternel rival et Antonin Magne, le directeur sportif de celui qui fut dénommé à tort l’éternel second, ordonne à son coureur de se garer et de regarder passer la caravelle…

 

Né à Saint-Étienne, Paul Fournel, président de l’OuLiPo, rêve d’être coureur cycliste et son premier vélo est vert, comme celui d’Anquetil. Il a été fabriqué dans la préfecture de la Loire qui fut la capitale du cycle.

 

Au fil du livre, les exploits mémorables du champion sont retracés, vécus de l’intérieur mais le lecteur profite, en prime, de l’humour de l’auteur qui se prend pour Jacques Anquetil. Il détaille aussi ses rapports avec les autres coureurs, lui qui n’aime pas rouler en peloton. Il hait Darrigade qui vient le chercher en queue de paquet pour le remonter en tête. En fait, Anquetil n’aime le peloton que quand il est loin derrière ! Pourtant, il déclare : «  Je n’aime pas le vélo. Le vélo m’aime. Il va le payer. »

 

Présent le 12 juillet 1964 sur les pentes du Puy-de-Dôme, à 2 km du sommet, Paul Fournel prend en photo, tour à tour, Poulidor et Anquetil, le premier ayant décroché le second, mémorable évènement  faisant la gloire du Tour de France. Quelques questions simples permettent de tenter de mieux comprendre l’homme et le champion. Il faut savoir ce qui motive Anquetil. Généreux et modeste, il recherche avant tout l’exploit alors qu’Alfredo Binda aimait vraiment le vélo, que Roger Walkowiak était indifférent à l’argent, que Raphaël Géminiani acceptait la douleur et que Louison Bobet savait la gérer au mieux. Paul Fournel n’élude pas le problème de la drogue et du dopage. Il raconte ce grand prix de Forli contre la montre où avec Ercole Baldini, ils avaient décidé de se contenter d’eau minérale, de ne pas prendre d’amphétamines. Ils ont fait premier et deuxième, mais à une moyenne inférieure, en souffrant le martyre, trouvant l’épreuve interminable.

 

Toutes les questions sont posées et abordées avec passion et franchise, même sa vie de couple avec Janine dont l’auteur nous révèle le rôle prépondérant joué par elle auprès du champion : « Janine veille, elle conduit, elle compte, elle accompagne. Elle assure aussi le spectacle… Leur couple est si perfectionné qu’il est inséparable. Ils ne s’écartent l’un de l’autre qu’au moment où Jacques doit pédaler. » Enfin, il détaille l’incroyable histoire familiale de cet homme hors du commun sans oublier de brosser le portrait des hommes qui ont accompagné sa carrière : Jean Stablinski, le lieutenant, André Darrigade, son ami, son capitaine de route, son mentor, son tourmenteur, Raphaël Géminiani, son antithèse et Raymond Poulidor avec qui il partage finalement une amitié respectueuse et durable.

 

Enfin, je note une petite erreur concernant l’abandon de Jacques Anquetil lors de son dernier Tour, lors de l’étape qui arrivait à Saint-Étienne. Ce 11 juillet 1966, il mit pied à terre dans la côte de Serrières (Ardèche), comme le note Christian Lacroix, dit Lax, dans l’avant-propos de sa passionnante BD, « L’Aigle sans orteils » (Aire Libre, Dupuis). Ce n’était pas « dans un obscur trou de pluie, au milieu d’une descente, sous un orage froid. » Ce jour-là, je me trouvais sur le Cours Fauriel, à Saint-Étienne, où je m’étais rendu, sur mon demi-course Winster, pour assister à l’arrivée de l’étape remportée par Ferdinand Bracke, un coureur belge qui battra aussi le record de l’heure. Le grand Jacques pouvait se retirer l’esprit tranquille, ayant assuré la victoire de son coéquipier, Lucien Aimar.

 

Après André Darrigade, mon éternel favori qui me le rendait bien en collectionnant les victoires d’étapes, je supportais Jacques Anquetil. C’est pourquoi, à 14 ans, après m’être cassé le poignet gauche en jouant au foot, je portais ma montre au bras droit. Lorsqu’on me demandait pourquoi, je répondais invariablement : « Mais… comme Jacques Anquetil ! »

 

Pour finir, je n’oublie pas de remercier de tout cœur l’ami Jean-Pierre S. qui m’a offert ce livre. Ghislaine et moi, nous nous sommes régalés.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires