Chronique littéraire - Patrick Deville

  • Les amis et proches de Jean-Paul Degache
  • Chroniques

Peste & Choléra par Patrick Deville, Éditions du Seuil collection Fiction & Cie, 2012, 219 pages

 

peste-cholera.jpg

 

Lauréat du Prix Fémina 2012, Patrick Deville méritait largement une belle récompense pour cet ouvrage passionnant, regorgeant d’informations et très bien écrit. En un peu plus de 200 pages, c’est une véritable épopée que nous vivons sur les traces d’Alexandre Yersin – bien prononcer Yersin et non Yersine – un membre trop méconnu de « la bande à Louis Pasteur. »

 

Nous faisons d’abord connaissance avec cet homme aux multiples talents dans un avion en route pour Saïgon, le 31 mai 1940. Alexandre Yersin qui a découvert le bacille de la peste en 1894, fuit la peste brune en train de ravager toute l’Europe. L’auteur revient ensuite à l’enfance, à Morges, dans le canton de Vaud, en Suisse, à sa passion pour les insectes, comme son père. Il débute ses études à Marburg, en Allemagne, puis poursuit à Berlin et ne cache pas son admiration pour Livingstone, le célèbre explorateur.

 


Avec des phrases courtes, incisives, précises et des chapitres brefs, Patrick Deville brosse un tableau détaillé et passionnant de toute une époque pas si lointaine que cela : la fin du XIXe (19e) et le début du XXe (20e) siècle. Alexandre Yersin bouge beaucoup, profitant à chaque fois de ce que les lieux qu’il découvre peuvent lui apporter. À Iéna, chez Carl Zeiss, il achète un microscope qui ne le quittera plus. Dans cette Allemagne où il se forme, il voit aussi les persécutions contre les Juifs puis part pour Paris. Là, il se confronte à l’anti-germanisme et intègre la petite équipe de chercheurs qui se forme autour de Pasteur. Trois ans après, il est docteur en médecine, voyage encore en Allemagne, en Suisse et obtient la nationalité française pour pouvoir exercer la médecine dans notre pays.

 

Ainsi, Patrick Deville accumule les évènements, les changements dans la vie de Yersin qui n’hésite pas à devenir médecin embarqué à bord d’un bateau et part pour l’Asie, ce qui représente trente jours de navigation, de Marseille à Saïgon. Au fil des pages, nous rencontrons de nombreuses personnes devenues célèbres comme Albert Calmette qui mit au point le BCG avec Guérin, Arthur Rimbaud, le poète et sa petite bande de Sahariens, Joseph Meister, l’enfant sauvé de la rage par Pasteur, devenu concierge de l’Institut Lyautey qui lui fournit 20 chevaux comme bêtes à vaccin, Paul Doumer, gouverneur général d’Indochine à l’époque, etc…

 

Passionné par la découverte de l’Indochine, Yersin s’installe à Nha Trang, au Vietnam. On l’appelle Docteur Nam. Il est le premier médecin occidental de la région. Impossible de citer tous les lieux où passe notre homme mais c’est en Chine, à Canton (Guangzhou) qu’il réussit à sauver un jeune de 18 ans qui allait mourir de la peste. À Nha Trang, il crée un vrai paradis qu’il ne cesse de développer. Il se lance même dans la culture de l’hévéa, produisant deux tonnes de latex par mois pour Michelin. Il devient aussi, à 67 ans, le roi du quinquina mais ses amis meurent les uns après les autres et là, il n’y a pas de vaccin…

 

Alexandre décède en 1943, à 80 ans, et sa tombe, bien modeste, se trouve là-bas, au milieu de ce qui fut son domaine. Quel bel hommage a rendu Patrick Deville à Alexandre Yersin, personnage extraordinaire dont la vie et l’œuvre méritaient de sortir de l’oubli !

Jean-Paul

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

AUMONT Jean-Luc 10/07/2013 20:48


Je viens de terminer "Peste et Choléra" que j'ai lu d'une traite. Très remarquable, écriture alerte, documentation parfaite, style classique excellent. J'ai passé un très bon moment de
lecture  en compagnie de  ce livre .


Merci à l'Auteur


J.L.A.

Thème Noodle -  Hébergé par Overblog