Chronique littéraire, Patrick Lapeyre

  • Les amis et proches de Jean-Paul Degache
  • Chroniques

La vie est brève et le désir sans fin de Patrick Lapeyre publié chez P.O.L, août 2010

 

Etre résolument moderne sur un sujet presque aussi vieux que le monde n’est pas la tâche la plus facile. Le jury du Prix Femina a récompensé un auteur sachant parler d’amour, décrire certains sentiments amoureux mais qui laisse son lecteur terriblement sur sa faim.

192427-161259-lapeyre-une-jpg-63091-jpg_87812.jpg

Dans La vie est brève et le désir sans fin, Patrick Lapeyre nous emmène dans l’enchevêtrement d’une histoire d’amour mêlant Nora et deux hommes, Blériot et Murphy Blomdale. Le nom complet du premier, le plus important des deux protagonistes, est Louis Blériot-Ringuet et il serait un arrière-petit-cousin de l’aviateur… L’histoire commence entre Rodez et Millau puis se poursuit à Paris, Londres et même en Italie. Blériot se débat avec une infinité de problèmes : ses parents, son couple, son travail, ses soucis d’argent… Nora est une femme libre qui n’hésite pas à partir pour avoir le plaisir de revenir, vivant chaque passion comme elle l’entend. Tout cela donne une impression assez confuse que ne réussit pas à faire oublier l’excellent style de l’auteur.

Patrick Lapeyre en est déjà à son sixième roman chez le même éditeur. L’homme-sœur avait obtenu le prix des Librairies Initiales et le Livre Inter en 2004. Avec une grande maîtrise de la langue et un style très fluide, il n’hésite pas à mêler quelques phrases en anglais lorsque Nora veut exprimer sa différence. D’autres personnages traversent parfois furtivement cette histoire qui déçoit au final laissant à l’imaginaire de chacun le soin d’expliquer l’inexplicable : le difficile cheminement des sentiments. 

 

Jean-Paul 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Thème Noodle -  Hébergé par Overblog