Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 09:56

Une métamorphose iranienne, BD de Mana Neyestani.

Traduit de l’anglais par Fanny Soubiran, Éditions çà et là / Arte Éditions, 2012, 196 p.

 

arton74-41289.jpgDifficiles à supporter ces premières pages avec les interrogatoires, les scènes de prison où l’on retrouve tous les mêmes travers, tous les mêmes comportements, quel que soit le pays et les conditions de détention…

 

Mana Neyestani a vécu ce qu’il raconte, ce qu’il dessine tout en gardant un ton teinté d’humour malgré le caractère dramatique du récit. Dessinateur dans les pages jeunesse du supplément week-end du journal Iran, il est inspiré par un cafard auquel il fait vivre de petites aventures. Dans une bulle, il place le mot « Namana » que les Iraniens disent souvent lorsqu’ils cherchent leurs mots. Hélas, ce mot est aussi un terme azéri et voilà que cela est mal interprété par la minorité de cette partie nord du pays en mal de revendications.

 

Au fil des pages et de la dramatisation recherchée par le régime, le lecteur comprend vite que tout cela n’est que prétexte pour faire payer à l’auteur les manifestations qui agitent cette région. Le dessinateur et son rédacteur en chef se retrouvent incarcérés, soi-disant pour les protéger…

 

Passée la moitié du livre, nous quittons les geôles iraniennes pour la fuite de Mana accompagné par Mansoureh, son épouse, car l’auteur ne peut pas supporter la menace bien réelle de retourner en prison. Commence alors un parcours incroyable d’un couple qui n’arrive pas à trouver refuge dans les pays occidentaux et se trouve toujours à la merci de passeurs sans scrupule.

 

D’abord, c’est Dubaï avec le refus du Canada de les accueillir, puis la Turquie, la Chine, la Malaisie et enfin la France où il a pu publier ce récit poignant et révélateur de tellement de souffrances inutiles.

 

Le dessin est précis, toujours en noir et blanc, parfois proche de la caricature mais très expressif. Le texte soutient bien l’action et permet de comprendre ce qui se passe. L’ensemble met souvent le lecteur mal à l’aise car cette histoire est très récente et se reproduit pour d’autres qu’ils soient journalistes, poètes, écrivains….

 

Merci à Pauline et à Simon pour ce livre à la fois instructif et très émouvant.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires