Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 23:01

La mémoire des vaincus de Michel Ragon, Editions Le Livre de Poche, 1989, 558 pages.

 

9782253059509-G.jpg

 

 

Ce livre est une découverte. Michel Ragon a réalisé une fresque extraordinaire en mêlant l’histoire à la vie de Fred Barthélémy et de Flora, deux gosses de 11 et 12 ans, abandonnés dans les rues de Paris. Très rapidement, Fred découvre la lecture grâce aux Misérables, dans la boutique de Paul Delesalle, une librairie spécialisée en publications révolutionnaires et syndicales.

 

Sans le savoir, ces adolescents côtoient quelques membres de la bande à Bonnot. L’auteur s’attache rapidement aux pas de Fred qui nous permet de rencontrer un nombre incroyable de personnalités célèbres et d’autres inconnues et méconnues.

 

 

La Première Guerre mondiale arrive. Flora met déjà au monde leur enfant qu’ils prénomment Germinal alors que Fred a appris le russe pour pouvoir lire Dostoïevski et Tolstoï dans le texte… Il n’a que 14 ans ! Toujours sur fond de pacifisme, d’anarchisme de lutte pour défendre les plus faibles, nous passons en revue toutes les composantes de ce que l’on appelle la Gauche et des luttes fratricides qui les opposent. Alors qu’il est apprenti ajusteur, Fred doit monter pour le front mais sa maîtrise du russe lui donne l’occasion de partir pour Moscou où il devient interprète, en mars 1918. Il adhère au Parti Communiste Français, quitte l’armée et apprend qu’il est condamné à mort par contumace, en France.

 

L’histoire se déroule sous les yeux du lecteur, une histoire vécue de l’intérieur avec tous les aléas qui constituent une vie. Fred revient enfin en France puis c’est la guerre civile en Espagne, la Seconde Guerre mondiale pour nous mener jusqu’à mai 1968.

 

Jean-Paul

Merci à Pierre-Louis qui m’a permis de lire cette formidable histoire romancée du mouvement libertaire et anarchiste tout au long du vingtième siècle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires