Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 09:28

Les guerres silencieuses  BD de Jaime Martin

Traduit de l’espagnol par Jean-Louis Floc’h, Éditions Aire Libre/Dupuis, 2013, 152 p.

 

Souvent, les générations précédentes fatiguent les plus jeunes en ressassant le passé. La vie telle qu’elle a été vécue au cours d’une époque assez proche semble, pour ceux qui écoutent et débutent la leur, aussi éloignée que la préhistoire…

1334_rot.jpg

Jaime Martin, jeune auteur barcelonais, fatigué par les récits de son père, décide d’en savoir plus et découvre une guerre oubliée, celle que mena l’Espagne, dans le Sahara occidental, fin 1957 et dans les premiers mois de l’année suivante. Ensuite, les jeunes Espagnols furent envoyés faire leur service militaire, là-bas, à Sidi-Ifni. Précisons que ce n’est qu’en 1969 que l’Espagne rendit au Maroc cette colonie du Sahara occidental.

 

José Martin, dit Pepe, père de l’auteur, faisait partie de ces jeunes recrues emmenées sur le territoire africain. Il raconte les brimades, toutes les absurdités d’un conflit oublié où l’ennemi est partout et nulle part. Ses carnets de mémoire et les photos qu’il a ramenés, sont une aide précieuse pour restituer ce passé.

 

En même temps, Jaime Martin décrit la vie sous la dictature franquiste avec le poids des traditions et de l’église catholique. C’est la deuxième guerre menée toujours en silence, guerre intérieure qui a tant marqué ceux qui l’ont subie.

 

Enfin, sans ménagement pour lui-même, l’auteur décrit tout le combat qu’il doit livrer pour aboutir dans son récit. S’il s’appuie sur sa famille, ce n’est pas sans difficultés. Sa mère, Encarna, disparue depuis, joue un rôle fondamental et c’est un bel hommage que son fils lui rend.

 

L’album est magnifique. L’histoire est découpée en chapitres et l’auteur joue bien de la couleur. Son dessin donne des visages très expressifs qui permettent bien de ressentir toute l’absurdité de cette vie de caserne, loin de tout. Ces jeunes avaient « faim, faim de sexe », faim de liberté. Là-bas, ils avaient été « reçus à coup de pierre et ils ont été renvoyés à coup de bâton. »

 

« Les guerres silencieuses » mêle avec bonheur récit historique loin de l’Espagne d’aujourd’hui et chronique familiale. Merci à Vincent de m’avoir fait découvrir cette BD émouvante et instructive à la fois.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires