Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 14:42

Xénia  par Gérard Mordillat, Calmann-Lévy, 2013, 375 p.

 

1480317-gf.jpgGérard Mordillat l’a déjà prouvé à de nombreuses reprises, comme dans Les vivants et les morts, il n’a pas son pareil pour nous plonger dans la vie telle que tant de nos concitoyens la connaissent et dont on parle bien peu.

 

Xénia a 23 ans et un bébé, Ryan, qu’elle doit le plus souvent emmener avec elle sur son lieu de travail, dans ces ménages qu’elle fait très tôt le matin ou tard le soir. Travers, patron sans scrupule de la POP (Propre en Ordre Partout), bafoue les lois du travail mais s’en moque. Xénia fait front car les catastrophes s’enchaînent.

 

Heureusement, il y a Blandine, sa voisine, mère de Samuel, ado métis, qui souffre beaucoup de perpétuels contrôles d’identité et qui n’arrête pas de lire Malcom X et Frantz Fanon. Avec 700 euros par mois, au mieux, Xénia, se bat pour survivre : « Xénia a des abdominaux solides, des bras et des cuisses musclés par les ménages, c’est sa force, son capital. » Mais « Xénia vit perdue dans un tunnel dont elle ne peut apercevoir l’issue. C’est un oiseau affolé qui court d’un côté, tantôt de l’autre, espérant retrouver l’air libre, la lumière du ciel. »

 

Dans sa cité des Proverbes, il y a aussi Aziz et sa mère. Tous sont très solidaires comme ce pauvre garagiste surnommé Biglouche. Au fil des événements, l’auteur dépeint avec justesse tous les problèmes dont souffre notre société : les sans papiers, le monde de la finance, la violence, le racisme ordinaire, l’ouverture des magasins le dimanche et les journées de travail ne respectant même pas un rythme de vie décent.

 

Les drames familiaux sont aussi présents dans ce quotidien qui défile et que personne ne maîtrise vraiment. Arrive enfin Gauvain qui va ouvrir d’autres horizons à Xénia qui sait se donner sans retenue. L’intime description des quatre points cardinaux qu’il réalise pour elle, est tout à fait charmante.

 

Xénia est un roman très actuel, un véritable document sur notre époque qui se lit d’un trait. Malgré un constat très sombre, Gérard Mordillat ne perd pas tout espoir car, avant d’ouvrir une fenêtre assez optimiste, il montre ce que la lutte commune peut obtenir quand chacun met de côté l’individualisme forcené.

Jean-Paul

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires