Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 23:00

L’Intranquille Autoportrait d’un fils, d’un peintre, d’un fou

par Gérard Garouste avec Judith Perrignon,

Éditions l’Iconoclaste/Le Livre de Poche

 

9782253156741-T.jpg

 

Que ce livre est dérangeant ! Voilà un fils, devenu peintre célèbre, qui parle de son père ainsi : « Il n’avait pas pu faire héros. Alors, il avait fait salaud. » Cet homme qui avait menacé de tuer sa mère devant ses enfants, s’était servi des biens des Juifs pendant la guerre, notamment des biens de la famille Lévitan.

 

Né en 1946, Gérard Garouste part à la recherche des secrets de famille, s’apercevant, au fur et à mesure de ses recherches, que les tableaux qu’il peindra plus tard, sont fortement reliés à cette histoire mouvementée.

 

Il nous emmène aussi en Bourgogne, chez Éléonore, la sœur de sa mère, où il a connu ses plus beaux souvenirs d’enfance : « Là-bas, l’inquiétant était drôle et le secret un jeu. » Il passe aussi dix ans en pension au collège du Montal de Jouy-en-Josas où il se fait un ami, Patrick Modiano, qui est deux classes au-dessus. Viré alors qu’il est en classe de première, après un chahut monstre, avec quelques camarades dont Jean-Michel Ribes, il va dans une boîte privée où il rencontre Elisabeth qui deviendra sa femme. Ses parents sont juifs.

 

À 20 ans, il écoutait Sartre mais ne savait que dessiner. Plus tard, se tournant vers le monde juif, il apprend l’hébreu et lit la Torah. C’est à ce moment-là, qu’il se définit comme « un Intranquille ». Arrivent alors les premiers coups de folie. « Vivre était tout simplement au-delà de mes forces.» Après la naissance de Guillaume, son fils, commencent dix ans de dépression…

 

Gérard Garouste peint des décors pour le théâtre et ses premiers tableaux ont du succès. Petit à petit, sa réputation grandit, surtout à l’étranger car il expose à New York, à Düsseldorf, à Berlin…Hélas, les crises de folie reviennent et le lecteur partage la douleur, la souffrance de cet homme qui, choqué par la misère, fonde La Source, une association destinée à donner accès à l’art aux enfants. Cette association dure toujours.

 

Merci à Agnès D. pour m’avoir permis de découvrir la vie tourmentée de Gérard Garouste, grâce à la lecture dérangeante mais toujours enrichissante de « L’Intranquille ».

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires