Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 18:00

La Centrale, Élisabeth Filhol, P.O.L., 2010, 140 p.

 

9782846823425.jpg

 

Ce livre qui a inspiré la réalisatrice Rebecca Zlotowski pour Grand Central avec Tahar Rahim, Léa Seydoux et Olivier Gourmet dans les principaux rôles, nous plonge dans l’univers finalement trop peu connu des travailleurs du nucléaire.

 

Contrairement au film qui situe l’action, en extérieurs, autour de la centrale ardéchoise de Cruas et sur les rives du Rhône, Élisabeth Filhol nous emmène d’abord à Chinon, au bord de la Loire, puis au Blayais, en Gironde..

 

Dès les premières lignes, nous apprenons que « trois salariés sont morts au cours des six derniers mois », et que, sur les 2 000 personnes employées sur place, la moitié seulement est sous statut EDF. Ainsi, l’auteure s’attache aux pas d’un intérimaire, Yann, qui s’exprime à la première personne mettant le lecteur au cœur de la vie de ces ouvriers salariés des sociétés prestataires de services pour les CNPE (Centres nucléaires de production d’électricité).

 

Pour « cette chair à neutrons. Viande à rem », le souci principal est de ne pas dépasser la dose maximum d’irradiation sur douze mois, soit 20 millisieverts, car cela signifie arrêt brutal du contrat, mise au vert. L’irradié, appelé DATR (Directement affecté aux travaux sous rayonnement) est d’ailleurs aussitôt remplacé.

 

Élisabeth Filhol n’oublie pas les problèmes de logement pour ces hommes qui se déplacent d’un arrêt de tranche à un autre afin d’assurer la maintenance et la recharge en combustible. Le camping, en caravane, est le plus souvent choisi, en colocation, car il est trop difficile de trouver une chambre libre à proximité.

 

Au fil des pages, nous rencontrons aussi ceux qui agissent pour alerter l’opinion sur les dangers du nucléaire et dont Yann ne se sent pas solidaire. Son souci principal, c’est le dosimètre qui risque, à tout moment, de s’affoler et de compromettre des mois de travail.

 

« Une énergie colossale, contenue, tout est là, dans un confinement qui ne demande qu’à être rompu pour donner toute sa mesure. » Ce livre nous rappelle tout ce que contient de menace, ce qui est maintenant devenu assez familier dans nos paysages.

 

La Centrale est un livre court, incisif, percutant, émouvant, à lire absolument tellement il ouvre des portes sur un monde si proche de nous et pourtant méconnu.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache
commenter cet article

commentaires