Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 00:00

Les souvenirs par David Foenkinos, nrf Gallimard, 2011, 265 pages

 

FOENKINOS--Les-souvenirs.jpg

 

Juste après La Délicatesse, roman adapté avec bonheur au cinéma, David Foenkinos a livré un autre texte tout en nuances et plein de sensibilité, basé sur une cascade de souvenirs.

 

Tout commence avec ce narrateur qui parle de ses grands-parents, de ce grand-père à qui il n’a jamais pu dire qu’il l’aimait : « Toute mon enfance, j’ai été émerveillé par ce personnage joyeux et facétieux. » Expliquant les problèmes de son père avec toujours beaucoup de délicatesse et de justesse, l’auteur est très agréable à lire.

 

Il aborde très justement tout ce qui touche à la vieillesse, cette maison de retraite où ses fils veulent emmener sa grand-mère. Bien sûr, elle refuse puis finit par dire : « D’accord. » Ensuite, il y cet appartement vendu par les enfants… Tout est vendu ou donné : « Ils n’avaient pas saisi la mémoire des objets… »

 

Le ton employé est toujours juste : « Il y a un âge où les seules sorties que l’on accepte sont les enterrements. » C’est justement là que le narrateur croise le regard d’une jolie fille et  le voilà qui revient dans ce cimetière en espérant la revoir. Régulièrement, une pause-souvenir vient interrompre le rythme de l’histoire et ce rendez-vous régulier est attendu par le lecteur car ces souvenirs, distillés comme de délicieux bonbons, sont parfois très émouvants. Ainsi, l’histoire de Sonia Semerson, cette danseuse classique russe qui quitte Paris pour tenter de retrouver son mari revenu dans son pays pour combattre durant la seconde guerre mondiale et dont elle n’a jamais eu de nouvelles.

 

La recherche de sa grand-mère qui a fugué de la maison de retraite, nous emmène à Étretat où notre homme, gardien de nuit dans un hôtel parisien et qui veut devenir écrivain, rencontre Louise. Ainsi, nous glissons dans la seconde partie du livre, cette histoire d’amour toujours imbriquée dans les soucis familiaux car les parents du narrateur causent quelques soucis.

 

Amour, disputes, réconciliations, la fin est moins riche en émotion mais Les souvenirs est un roman très touchant qui mérite vraiment une lecture se révélant à la fois distrayante et émouvante, poussant à la réflexion sur cette vie qui passe et fuit.

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Charlotte 17/02/2014 10:57


J'ai acheté ce livre il y a plusieurs mois déjà. La Délicatesse ne m'attirait pas du tout mais l'écriture de David Foenkinos est tellement adulée que j'ai voulu tenter un autre livre. Et pour
être honnête, je ne suis pas très attirée par cette histoire... Je vais encore profiter des chroniques de l'auteur dans Psychologie Magazine, que j'adore, avant de tenter ses livres.