Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 09:45

Porteurs de rêve   (D’une rive à l’autre : Algérie – France)

par Daniel Berthet, Kariel B. Edition, 2014, 217 p.

 

Délaissant les déboires des habitants de la Haute-Provence à la fin du XVIe siècle, Daniel Berthet, pour son quatrième roman, après Il faut sauver le Saint-Esprit, Justice aux poings et L’anneau de Saint-Jérôme, traite de la guerre d’Algérie et de ses conséquences. Sa façon d’aborder un sujet très délicat est vivante, passionnante et riche d’enseignements.

 

Tout commence à l’hôpital de la Timone, à Marseille, le 15 janvier 2009. Nous sommes dans la chambre de Béjan, à 4 h du matin et notre homme qui fut sergent en Algérie, se réveille d’un cauchemar lui ayant fait revivre les tortures appliquées dans une villa dominant Alger. Ce Cantalien d’origine a abandonné la ferme familiale pour l’armée, à 18 ans. Parachutiste, il est passé de « l’Amen du curé » à « Oui, Chef ! » Appréciant d’aller « casser du fell, dans le djebel », il se souvient de la réalité du terrain : « Arrestations arbitraires, interrogatoires musclés, détentions administratives, torture, viols, exécutions remplacèrent  nos rêves d’accrochages nocturnes avec les fellaghas. »

Sans titre

L’autre personnage essentiel de l’histoire arrive très vite mais nous sommes maintenant le 25 juin 1957, dans la forêt de Bouarfa, et on l’appelle El Batar ! Ce qu’il vit est terrible car « chaque millième de seconde est une éternité quand tu attends le coup fatal ! » Dans le Bordj Medeira, il est rejeté par tous car il n’a pas de parents. Un colporteur, El Moutanabi, lui a révélé ses origines et il est parti rechercher sa mère dans les bordels du pays ce qui lui a valu d’être arrêté et torturé pendant trois jours : « La torture n’est pas que blessure de chair, c’est aussi anéantissement de l’esprit… La torture tue définitivement  le droit au repos. »

 

Ainsi, l’histoire se poursuit, haletante, alternant entre ce qui s’est passé en 1957, là-bas, et Marseille. L’auteur maîtrise bien son sujet, situant précisément chaque scène, chaque épisode, en indiquant la date et le lieu. L’action se déplace aussi à Nanterre, à Paris où l’on côtoie ceux qui militent pour le Front de libération nationale, le FLN, et subissent une répression policière  qui s’abat sans discernement ni pitié. Daniel Berthet nous fait vivre de l’intérieur le massacre du 17 octobre 1961 et comment le Préfet de police, Maurice Papon, publia son communiqué outrancièrement mensonger.

 

Les rêves s’envolent pour les harkis comme Ben Gouasmi cherchant sa famille dans les camps de Saint-Maurice l’Ardoise (Gard), de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) et du Larzac (Aveyron). L’histoire se termine par un croisement de destins peu ordinaire que nous laisserons découvrir au lecteur.

 

Il fallait du courage et une profonde connaissance du terrain pour aborder un sujet aussi délicat mais la lecture de Porteurs de rêves permet d’avoir un autre regard sur la vie quotidienne de personnes assez ordinaires prises dans une tourmente qui les dépassait mais dont ils étaient les acteurs.

Jean-Paul

 

 

« Pour que vive la Liberté retrouvée » a écrit Daniel Berthet dans sa dédicace d’un livre dont la publication, comme il l’a fait pour ces ouvrages précédents, est associée à une action de solidarité en rapport avec le thème de son récit. Porteurs de rêves  parlant de la lutte contre la colonisation, chaque livre vendu permettra d’apporter 5 € à l’Association France – Palestine Solidarité pour participer au financement  de la rénovation de 45 maisons de Bédoins palestiniens, dans trois villages du sud de la vallée du Jourdain.

 

Voici le lien vous permettant de commander le livre. Et pour toute autre information :

www.danielberthet.com

Page Facebook : Porteurs de rêves

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Daniel 04/10/2014 16:55


Merci Jean-Paul pour cette nouvelle chronique concernant mon quatrième roman.


Avec l'espoir de lire un jour un livre signé Jean-paul Degache sur la liberté volée !


Amical bonjour à l'ensemble du comité de soutien.

Les amis et proches de Jean-Paul Degache 07/10/2014 11:51



Ce sera transmis Daniel ! Et encore merci à toi pour tous les conseils apportés.