Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 23:01

Le rêve mexicain ou la pensée interrompue par  J.M.G. Le Clézio

  Gallimard, 1988, 273 pages.

 

J.M.G. Le Clézio, Prix Nobel de littérature en 2008, nous fait comprendre ici tout le drame de cette confrontation entre deux rêves : le rêve d’or des Espagnols et le rêve des Mexicains basé sur des croyances anciennes. La magie et les dieux ne résisteront pas longtemps au désir de puissance et d’or.

L’auteur s’appuie sur le récit de Bernal Diaz del Castillo, soldat-témoin qui se mit à écrire ses souvenirs à la fin de sa vie. Bernal Diaz accompagna Hernán Cortés, terrible conquistador assoiffé d’or. Ainsi, au fil des pages, nous comprenons mieux ce qui s’est passé grâce à l’analyse que fait l’auteur du témoignage direct de ce qui fut le début de l’anéantissement d’une civilisation prestigieuse dont nous ne savons pas tout encore aujourd’hui. Alors les questions se posent. Que serait devenue la civilisation européenne sans cette destruction accompagnée d’une exploitation vertigineuse ?

Les rivalités, la guerre, la maladie et la famine ont tout anéanti. C’est une civilisation entière qui s’écroule. J.M.G. Le Clézio écrit : « Au lendemain de la catastrophe qui anéantit Mexico-Tenochtiltlan, le silence recouvre la dernière civilisation magique, ses chants, ses rites, ses paroles. Ce silence, c’est celui de la mort ou de la barbarie, comparable au sort de Rome au IVème siècle, mais plus étonnant encore, puisque cette civilisation est détruite en plein essor, au terme d’une conquête qui ne dure que quelques mois. »

S’appuyant sur le témoignage de Bernardino de Sahagun, l’auteur détaille les rites magiques des Indiens : le soleil, le feu, l’eau, le sang, la mort, les dieux, les rois et le peuple. Il reprend ensuite les mythes qui sont la base de la pensée indienne : les quatre directions du monde, la création-destruction, les mythes de la catabase (descente aux enfers), les métamorphoses et les contes populaires. Le livre se termine par un hommage à Antonin Artaud qui, en 1936, délivra un message révolutionnaire au Mexique puis l’auteur revient sur la pensée interrompue de l’Amérique indienne.

Le rêve mexicain est passionnant jusqu’au bout et riche en informations, allant bien au-delà des idées reçues.

 

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires