Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 23:01

Nous clôturons cette semaine consacrée à des chroniques d'ouvrages mexicains par un  roman écrit par B. Traven. Cette présentation d'ouvrages présents dans le fonds bibliothécaire de la prison a demandé beaucoup de temps à Jean-Paul. Nous publierons prochaînement la suite de cette série.

 

La charrette de B. Traven, Editions La découverte, 2005, 289 pages

 

9782707165787.jpgAntérieur à La révolte des pendus, La charrette nous ramène au problème fondamental de la terre que se sont appropriés les conquérants espagnols et leurs descendants, métissés ou non. Comme d’habitude, B. Traven est tout de suite passionnant, n’ayant pas son pareil pour décrire la vie de ces hommes vivant sur des terres qui changent de propriétaire mais sont leurs terres, là où ils ont toujours vécu et où ils sont exploités. Leur situation n’est pas sans rappeler celle de nos serfs du Moyen-Âge.

Andrés et ses deux sœurs quittent leurs parents pour aller travailler chez un nouveau maître, un commerçant, don Leonardo. Le jeune homme se révélant intelligent et curieux, son maître lui permet d’apprendre à lire et à écrire… quand il a fini son travail, bien sûr ! La vie d’Andrés change lorsque son maître le perd… au jeu. Le voilà maintenant obligé d’apprendre le très dur et difficile métier de charretier. Ainsi, il transporte des tas de choses à travers les montagnes par des chemins fort malaisés et dangereux. C’est l’occasion pour le lecteur de découvrir toute la société mexicaine des villages, une véritable leçon de vie. Surviendra enfin l’amour très protecteur d’Andrés pour Estrellita puis celui de Manuel, un autre charretier, pour Rosario. Nous découvrons alors l’état de la condition féminine au Mexique et toutes les horreurs vécues au quotidien par ces jeunes filles et ces femmes d’origine indienne. Si le Mexique a aboli l’esclavage, tout est diaboliquement organisé pour attacher les Indiens à leurs maîtres grâce au système des dettes dont il est impossible de se sortir. La corruption est reine aussi, à tous les niveaux.

La charretteest une belle et magnifique histoire d’amour, mais elle est également tragique. B. Traven est vraiment un auteur qui sait attacher son lecteur, un véritable régal.

 

Jean-Paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires