Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 23:01

Après nous avoir proposé les chroniques des deux premiers recueils de nouvelles écrits par Charlotte Boyer, voici celle de sa dernière publication. Un grand merci à l'auteure de nous avoir envoyé son livre afin de le transmettre à Jean-Paul.

 

Couverture-Adrien-Poche-non-illustre.jpg

Adrien Poche de Charlotte Boyer, TheBookEdition, 2011, 77 pages

 

Petit à petit, Charlotte Boyer glisse vers le roman mais Adrien Poche est encore qualifié de nouvelle parce que l’histoire est courte. C’est vite lu, vite dégusté et c’est un régal qui peut s’apprécier une, voire plusieurs fois.

 

Quand le lieutenant Tarmé donne d’office un mois de vacances à Adrien, simple et policier qui espère devenir inspecteur, celui-ci n’en croit pas ses oreilles. Ses rêves de Californie vont pouvoir se réaliser parce qu’il débarque peu après à Glen Elen au Jack London Lodge, un motel où les gens et l’ambiance sont de plus en plus bizarres. L’intrigue se noue rapidement autour d’un meurtre et de notre Adrien qui joue parfaitement l’idiot tout en faisant preuve de beaucoup de courage. Nous n’en dirons pas plus pour ne pas gâcher votre plaisir de lire Charlotte Boyer, jeune auteure au style très agréable et qui n’ a pas fini de nous étonner.

 Jean-Paul

Merci à Charlotte pour ce nouveau livre et pour sa dédicace très encourageante.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis et proches de Jean-Paul Degache - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Charlotte 06/07/2011 14:12



Ca me touche beaucoup Simon. Merci :-)


Je continuerai à vous soutenir et à vous offrir mes livres. Pourtant, il me tarde de pouvoir en donner un à Jean Paul, libre.



Simon 05/07/2011 12:08



J'ai lu tous les livres de Charlotte et je me suis bien régalé. N'hésitez pas à les commander sur son site.


En plus d'être une auteure en devenir, Charlotte est une personne qui n'a pas hésité à s'engager à nos côtés et je l'en remercierai jamais assez.